AccueilKurdistanRojavaUne femme yézidie d'Afrin: "J'ai récité des versets du Coran pour ne...

Une femme yézidie d’Afrin: « J’ai récité des versets du Coran pour ne pas être tuée »

SYRIE / ROJAVA – Avant l’invasion du canton kurde d’Afrin par la Turquie, 25 000 Yézidis vivaient dans la région. Aujourd’hui, il n’en reste que 2 000. Emira Fuat a récité des versets coraniques pour éviter d’être tuée. Elle a dû enterrer son fils lors du Newroz il y a quatre ans avant de s’enfuir vers le canton de Shehba. Elle rêve de retourner à Afrin qui sera libéré des forces occupantes turco-jihadistes.
 

Les forces d’occupation turques à Afrin ont tout fait ces quatre dernières années pour anéantir l’existence de la population yézidie. Tous les lieux saints ont été détruits. Des yézidis ont été tués et enlevés, des mosquées ont été construites dans leurs villages et une islamisation forcée a été pratiquée. Avant l’occupation, environ 25 000 Yézidis vivaient à Afrin. Aujourd’hui, il y en a moins de 2 000. 7 000 déplacés yézidis résistent à Shehba dans l’espoir de retourner un jour dans leur pays d’origine.

L’un d’eux est Emira Fuat. La femme de 66 ans est originaire du village de Qibar à Afrin et a perdu son fils lors d’une attaque des envahisseurs turcs le 18 mars 2018. À Newroz, elle l’a enterré de ses propres mains. Après cela, son mari a été enlevé par les forces d’occupation. Avant d’être libéré contre rançon, il a été torturé plusieurs fois. Aujourd’hui, Emira Fuat vit avec sa famille à Shehba. Dans ses rêves, elle se voit à nouveau travailler dans son oliveraie et son jardin après la libération d’Afrin.

 

« Vous êtes des infidèles, nous allons tuer tous les Yézidis »

La famille est partie pour Shehba à peine deux semaines avant l’occupation complète d’Afrin en raison des attaques massives. Leur fils Fuat est retourné à Afrin à partir de là et a été tué avec son cousin Abdo lorsqu’un immeuble sur la route de Jindires a été dynamité par les occupants. Lorsque la nouvelle de leur mort est arrivée, Emira et son mari se sont rendus à Afrin pour récupérer les corps et les enterrer à Qibar.

« Trois jours plus tard, nous avons voulu retourner à Shehba. Les gangs turcs ne nous ont pas laissés. Nous sommes restés à Jabal Ahlam pendant trois jours sans nourriture ni abri. Ensuite, nous avons été renvoyés à Afrin et sommes retournés dans notre village. , les islamistes et les Turcs étaient là. Dix jours après notre retour, ils sont venus chez nous la nuit. Ils nous ont pointé des fusils sur la tempe et ont dit : « Vous êtes des infidèles. Nous allons tuer tous les Yézidis. » « J’ai récité des sourates du Coran pour sauver nos vies. Sinon, ils nous auraient tués. Nous sommes restés à Afrin pendant trois mois. Notre maison a été perquisitionnée trois fois et nous avons été maltraités » , a déclaré Emira.

« Amenez-nous 5000 dollars et vous récupérerez votre mari »

Lorsque les troupes d’occupation sont venues chez elle pour la deuxième fois, elles ont emmené le mari d’Emira. « Ils ont dit qu’ils allaient juste l’interroger et le ramener dans une demi-heure. Après deux semaines, il n’était toujours pas revenu. Je suis allée à Afrin avec mes frères et sœurs pour demander aux Turcs. trois jours et vous récupérerez votre mari. Je suis retournée et j’ai appelé Shehba et beaucoup d’autres endroits. Finalement, j’ai rassemblé l’argent. Avec cela, je suis allée vers eux. Ils ont pris l’argent et ont relâché mon mari le même jour. Ils avaient pris sa carte d’identité et tout son argent et torturé. Son pied était cassé et son dos était plein d’hématomes. »

Deux ou trois jours plus tard, les islamistes sont de nouveau entrés dans leur maison et ont emmené le couple chez une connaissance yézidie : « Ils nous ont emmenés chez Mahmut Keleş. Tout dans la maison a été dévasté. Ils avaient jeté les livres sacrés du Des Yézidis et d’autres objets sont entrés dans le jardin et les ont piétinés. Ils ont de nouveau pointé des fusils sur nos tempes et ont dit que nous étions des infidèles et qu’ils allaient nous tuer. »

Emire et son mari ont de nouveau été relâchés et après trois jours, ils ont été de nouveau emmenés. « Cette fois, ils nous ont emmenés chez une autre de nos connaissances, Esad. Il y avait là trois hommes avec les mains liées et les yeux bandés. Ils étaient battus. Pour nous sauver , j’ai encore dit que nous étions des Yézidis mais que nous adhérions au Coran. J’ai dû encore réciter des sourates. »

« Je n’ai qu’un souhait »

Quand Emira et son mari sont revenus dans leur village, leur maison avait été pillée par les occupants. Au bout de trois mois, le couple a réussi à s’échapper de la zone occupée. Pour être laissés passer à Shehba, ils ont payé aux djihadistes d’Erdogan 600 000 lires syriennes.

« Ce qui se passe à Afrin est horrible. La vie n’est plus possible sous l’occupation et les Yézidis sont particulièrement cruellement opprimés. Je n’ai qu’un souhait, que les Turcs et leurs gangs disparaissent d’Afrin. Nous voulons retourner dans notre patrie » , a conclu Emira Fuat.

 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici