AccueilKurdistanRojava​​​​​​​PYD: L'occupation d'Afrin est la continuation des massacres des Kurdes

​​​​​​​PYD: L’occupation d’Afrin est la continuation des massacres des Kurdes

SYRIE / ROJAVA – Le 20 janvier 2018, la Turquie et des milliers mercenaires djihadistes lançaient contre le canton kurde d’Afrin l’opération « rameau d’olivier ». Malgré la résistance héroïque des Unités de Protection du Peuple et des Femmes (YPG / YPJ), Afrin fut occupée deux mois plus tard où des crimes de guerre et crimes contre l’humanité ont été commis en masse, avec la complicité de la communauté internationale. Pour la formation politique PYD, « L’occupation d’Afrin est la continuation des massacres des Kurdes ».
 
Le Parti de l’union démocratique, PYD, a publié un communiqué à l’occasion du 4e anniversaire du début des attaques de l’armée d’occupation turque et de ses mercenaires sur Afrin:
 
« Afrin entre dans sa quatrième année sous l’occupation turque et les factions terroristes mercenaires soutenues par la Turquie, en violation flagrante de l’article 51 de la Charte des Nations Unies, conformément au Statut de Rome de la Cour pénale internationale, à la Convention de La Haye de 1907, et toutes les normes du droit international et humanitaire.
 
En raison d’interventions extérieures et de certains partis internes, la guerre a commencé à Afrin, et la carte géopolitique syrienne était dominée par des complots et des conspirations, et l’occupation turque et ses mercenaires qui lui sont fidèles, qui adoptent l’approche du terrorisme, ont commis de graves violations et des crimes de guerre systématiques contre des civils, et parmi ces violations, il y a le changement de la nature démographique et démographique de la région, le changement des noms de villages et de régions et la propagation de la terreur et de la peur parmi la population pour la pousser à fuir ainsi que le nettoyage ethnique , meurtres fondés sur l’identité, ciblage de civils, incidents de viol et de vol, imposition de redevances financières aux civils et à leurs terres, vol de leurs récoltes agricoles et enlèvements contre rançon.
 
Nous affirmons que l’occupation turque constitue toujours un obstacle à toute stabilité, s’oppose aux solutions et au consensus, et s’oppose à tous les projets démocratiques, en particulier le projet démocratique mené par notre peuple dans le nord et l’est de la Syrie et est considérée comme le meilleur modèle de solution en Syrie. et la région en général.
 
La perpétuation de l’occupation turque constitue un danger pour tout le peuple syrien sans discrimination, et aucun des Syriens n’y a intérêt, et notre croyance en l’unité des territoires syriens et notre devoir de préserver son unité nous incite à appeler toutes les forces nationales efficaces en Syrie à s’entendre entre elles, à unir leurs efforts et à entamer un dialogue sérieux. » et transparent pour fournir un terrain approprié pour la coexistence et le travail pour mettre fin à l’occupation et vaincre toutes les formes de terrorisme en provenance de Syrie.
 
Les Nations unies, les organisations de défense des droits de l’homme et tous les pays du monde à rester à l’écart du silence qui n’est plus utile sur ce qui est soumis à Afrin et au reste du territoires occupés et de remplir son devoir humanitaire envers les peuples. Nous mettons en garde contre les dangers des accords conclus par certaines parties avec la Turquie, au détriment des Syriens eux-mêmes.
 
Nous saluons la fermeté et la résistance de nos personnes déplacées de force d’Afrin et de ses régions, et nous les assurons que la libération d’Afrin et de nos autres zones occupées est l’une de nos principales priorités et stratégies, et nous y travaillerons avec toutes nos capacités et énergies. »
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici