L’Iran a emprisonné une activiste kurde car elle enseignait le kurde aux enfants

0
564
IRAN / ROJHILAT – Aujourd’hui, la militante kurde, Zara Mohammedi a été emprisonnée par le régime iranien. Cette jeune femme de 28 ans va purger une peine de prison de 5 ans pour avoir enseigné la langue kurde aux enfants.
 
Zahra Mohammadi, dirige l’association culturelle et sociale Nozhin, et ses activités comprennent l’enseignement de la langue et de la littérature kurdes et d’autres activités civiles. Elle avait été arrêtée par les forces de sécurité à Sanandaj le 23 juin 2019 et remise en liberté provisoire le 2 décembre 2019.

Zara Mohammadi Sarawala, est originaire de Sanandaj (Sinê), une ville kurde du Rojhilat (Kurdistan de l’Est). Titulaire d’une maîtrise en géopolitique de l’Université de Birjand, Zara a prodigué son enseignement à des centaines d’enfants kurdes de Sanandaj et des villages environnants, malgré les restrictions des autorités iraniennes.
 
En juillet 2020, un tribunal révolutionnaire iranien a condamné Zara Mohammadi à dix ans de prison pour « formation d’un groupe contre la sécurité nationale ». En appel en février de l’année dernière, la peine initiale a été réduite à cinq ans et Mohammadi a ensuite été libéré sous caution. Mais malgré une justification détaillée d’un appel, les juges de la Cour suprême ont rejeté la demande de révision de la peine.
 
En plus des appels d’Amnesty International et des Nations Unies, de nombreux autres appels demandant l’abandon des poursuites visant Zara Mohammadi ont été ignorés par le régime iranien et son système judiciaire qui criminalisent la langue et la culture kurdes. Zara a été mise derrière les barreaux aujourd’hui.
 
Le journaliste kurde, Kamal Chomani a écrit un court texte expliquant pourquoi Zara Mohammadi faisait trembler les mollahs iraniens en enseignant la langue kurde. Le voici:
 
Pourquoi l’Iran a mis Zara Mohammed en prison?
 
L’Université des sciences médicales du Kurdistan et l’université du Kurdistan à Sînê sont classées par Times magazine devant toutes les universités d’Irak et de la région kurde. Ces deux universités sont au Kurdistan oriental. Si vous allez dans n’importe quelle ville et village du Kurdistan oriental, vous verrez plus de culture et de traditions kurdes dans la région du Kurdistan et dans d’autres parties du Kurdistan. Mais quand Zara Mohammed veut enseigner la langue kurde aux enfants de Sînê (Sanandaj), la République islamique lui colle six ans de prison, pourquoi ?
 
Parce que l’action de Zara Mohammed est une action en dehors du système politique de la République islamique. La lecture en langue maternelle est un droit universel. L’ONU a confirmé que les langues devraient être protégées et éduquées les enfants dans leur langue maternelle. Les intellectuels post-coloniaux font de l’étude de la langue maternelle l’un des mécanismes les plus importants de l’anticolonialisme et de la correction des cerveaux culturels et occupés.
 
L’UNISCO a annoncée en 2019: « Les langues locales, en particulier les langues d’origine, de culture, de valeurs et de diversité, et jouent donc un grand rôle dans le développement de la durabilité future. »
 
Ngũgĩ wa Thiong’o, célèbre auteur et fondateur du colonialisme anti-langue kényan, dit : « Si vous connaissez toutes les langues du monde mais que vous ne connaissez pas votre langue maternelle, c’est de l’esclavage mental. Mais si vous connaissez votre langue culturelle et que vous y ajoutez toutes les autres langues – savoir-, c’est la force. »
 
Ngũgĩ wa Thiong’o a toujours essayé d’étudier les africains dans leur langue maternelle parce qu’il pense que « la langue maternelle est une partie sans importance de l’art culturel. »
 
Zara Mohammedi, avec l’enseignement de la langue kurde, a non seulement a enseigné la langue aux enfants, où les enfants peuvent apprendre dix autres langues, mais a également créé les modèles culturels dans lesquels les ayatollahs iraniens ne peuvent pas être créés.
 

Zara Mohammedi, avec son esprit plein d’altruisme et de courage avant d’aller en prison, devant une foule révolutionnaire récite les vers du poète Qani* « Malheur à cet ennemi qui met ses espoirs en la prison ». Par ce poème connu de la plupart des Kurdes de l’est et du sud, Zara crée facilement une grande connexion spirituelle. Elle a compris la force de sa langue maternelle, la connaissance de la littérature et de la culture de cette langue, donc en écrivant un poème – pour autant que je sache Qani a écrit ce poème pendant qu’il était dans une prison iranienne – elle sait comment répondre à la dictature iranienne et rappelle les Kurdes et les sympathisants et combattants de la liberté à leurs devoir (…). Voici le peuple du Kurdistan et les combattants de la liberté où qu’ils soient dans le monde.

Vive la lutte de la langue maternelle! »

 
*Qui est le poète Qanî?
 
Muhemmed Kabuli ou Mamoste Qani (né en 1898, Meriwan – décédé en 1965) était un poète kurde du Kurdistan oriental.
 
Il a commencé ses études à l’âge de 12 ans et s’est rendu dans les villes de Sardasht et Sulaymaniyah et Sînê et Seqiz et Koye et Kirkuk puis est retourné à Sulaymaniyah et a étudié avec le savant religieux Ibn ul-Qaradaxi. Il a ensuite abandonné l’école en raison de problèmes familiaux et est devenu enseignant dans des villages. Il a écrit de la poésie en kurde, arabe et persan, mais est bien connu pour sa poésie kurde simple. Qani est décédé en 1343 à l’âge de 67 ans.
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici