Exécutions, arrestations… l’Iran resserre la vis autour des Kurdes

0
381
IRAN / ROJHILAT – Avec l’exécution du prisonnier politique Heydar Ghorbani, 47 ans, par le régime iranien le 19 décembre dernier, les Kurdes du Rojhilat (Kurdistan d’ « Iran ») ont fait brièvement la une des actualités sur la scène internationale. Pourtant, les Kurdes d’Iran ne sont pas à bout de leurs souffrances car le Président iranien Ebrahim Raïssi a resserré la vis autour des Kurdes qui étaient déjà victimes d’acharnements de toutes sortes: arrestations, exécutions, menaces, pauvreté imposée… Il faut croire que toutes ces cruautés n’étaient pas suffisantes pour faire plier la volonté des Kurdes du Rojhilat. Raïssi vient d’en rajouter une couche avec les dizaines d’exécutions – de Kurdes, Arabes, Baloutches… – qui ont eu lieu ces dernières semaines.
 
En une semaine on a assisté à l’exécution d’Heydar Ghorbani et à la disparition forcée de Kazhal Nasri, une jeune activiste kurde, par les mollahs sanguinaires iraniens, la journaliste Fréderike Geerdink explique pourquoi les Kurdes en Iran, avec le nouveau président iranien, sont confrontés à une répression encore plus dure.
 

Un Kurde, Heydar Ghorbani, a été pendu en Iran ce week-end, et une femme kurde, Kazhal Nasri, a disparue de force. En raison de la brutalité générale du régime iranien, l’identité kurde des victimes est souvent mentionnée simplement comme un fait géographique (« dans la province du Kurdistan ») ou ne peut être discernée qu’à travers le « crime » qu’il a commis (« actif au sein du Parti Démocratique du Kurdistan – Iran »). Souvent, aucune référence à l’identité ethnique des victimes n’est faite. Cela doit changer. Que le régime de Téhéran soit brutal envers tous ne doit pas occulter le fait que la population kurde du pays est l’un des groupes qui souffre le plus.

Les images de membres désespérés de la famille de Heydar Ghorbani, pleurant sur leur fils et leur frère, étaient déchirantes. Ce n’est pas, comme toujours avec les communautés opprimées, le premier drame familial : le père d’Heydar; Ali Ghorbani a été assassiné par le régime en 1981.

Les Kurdes avaient soutenu la révolution, mais au début des années 1980, il était déjà clair que leur soutien ne leur rapportait absolument rien et que les nouveaux dirigeants ne leur accorderaient aucune liberté. Heydar Ghorbani était actif au sein du Parti démocratique du Kurdistan Iran, qui s’est divisé depuis mais reste présent dans les montagnes du Kurdistan en Irak et a toujours des soutiens parmi la population de Rojhilat (Kurdistan en Iran).

Kazhal Nasri est une activiste de droits humaines et écologiste et de 26 ans. Elle avait déjà été convoquée par les services secrets iraniens ce printemps, et interrogée pendant plusieurs heures. Le 12 décembre, ils sont entrés dans sa maison sans mandat de perquisition, l’ont fouillé et l’ont arrêtée. Depuis, on n’a plus entendu parler d’elle et on ignore où elle se trouve actuellement.

Commerçants frontaliers

Des cas individuels font l’actualité, mais le contexte plus large est souvent omis. C’est également vrai lorsqu’il y a des nouvelles sur les « kolbars », les commerçants frontaliers kurdes qui font passer des marchandises en contrebande à la frontière avec la Turquie. Ils se font tirer dessus par les gardes-frontières turcs et iraniens et ne survivent souvent pas.

Le contexte plus large n’est pas seulement que leurs régions sont économiquement défavorisées, mais aussi que leurs terres sont divisées par des frontières en premier lieu – le commerce avec littéralement leurs proches est devenu un crime à cause des frontières qui ne signifient rien pour la communauté kurde.

Les manifestations nationales des enseignants de la semaine dernière ont également un angle kurde: il y a eu des manifestations d’enseignants depuis des années, et entre 2014 et 2019, plusieurs enseignants ont été arrêtés et poursuivis, quatre d’entre eux ont été condamnés à mort et trois (d’origine kurde et arabe) ont été exécutés.

Les manifestations ne concernent pas seulement les salaires : les manifestants demandent également la libération des dirigeants syndicaux emprisonnés et la fin de la discrimination ethnique et religieuse au sein du système éducatif. C’est bien sûr là qu’interviennent les Kurdes et les Arabes : ce sont des minorités et ont désespérément besoin d’une éducation adaptée à leurs enfants et étudiants, mais aussi les plus susceptibles de payer le prix le plus élevé pour manifester en raison de leur position marginalisée.

Baloutches et Kurdes

Les Kurdes et les Arabes sont cependant dans une position différente en Iran. Les Kurdes sont plus comparables aux citoyens baloutches, dans le sens où ils sont une minorité ethnique mais aussi religieuse : les Baloutches et les Kurdes sont (majoritairement) des musulmans sunnites, tandis que le régime iranien est bien sûr chiite. Les Arabes sont un peu plus proches du pouvoir : la plupart des Arabes en Iran sont chiites. Remarquez : mon intention n’est pas de créer une sorte de hiérarchie dans la souffrance, mais simplement d’expliquer les relations que l’État entretient avec les différents groupes ethniques et religieux de la société. Et vice versa, les relations que ces groupes minoritaires entretiennent avec l’État : tant sur le plan ethnique que religieux, les Kurdes et les Baloutches ont le moins de proximité avec le pouvoir.

Moins vous ressemblez au régime, plus il vous méfiera. Cette profonde méfiance a des répercussions horribles. Non seulement défendre vos droits culturels et religieux vous causera des ennuis potentiellement mortels, mais aussi si vous enfreignez la loi de manière non politique – comme lorsque vous volez, assassinez, violez – vous êtes tenu d’être puni plus sévèrement lorsque vous êtes kurde. Les organisations de défense des droits humains ont abondamment documenté cela au cours des deux dernières décennies.

Fidélité absolue

Le magazine New Lines présente cette semaine une histoire perspicace sur le président iranien Ebrahim Raisi et sur la façon dont son arrivée au pouvoir en juin de cette année reflète l’histoire de l’État lui-même. Cela commence par une scène horrible dans laquelle une femme enceinte est torturée au début des années 1980, et avec un jeune homme dans un coin de la pièce qui regarde froidement – ​​cet homme était l’actuel président.

Sa loyauté absolue à la révolution islamique est une mauvaise nouvelle pour tout Iranien aspirant à la liberté. L’histoire du régime et de cet homme vous dit que les Kurdes en particulier vont connaître une course encore plus difficile dans les années à venir.

 

Fréderike Geerdink est une journaliste indépendante

 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici