TURQUIE. La situation des droits humains dans les régions kurdes similaire à celle des années 90

0
438
TURQUIE / BAKUR – Plus de 40% des habitants de Diyarbakır (Amed en kurde) ne font pas confiance au système judiciaire du pays, selon une nouvelle enquête réalisée par le barreau de Diyarbakır et la société d’opinion Rawest.
 
Le barreau de Diyarbakır et la société d’opinion Rawest ont réalisé une enquête d’opinion publique dans la ville kurde à l’occasion de la Semaine des droits de l’homme du 10 décembre.
 
Selon l’enquête menée entre le 27 novembre et le 4 décembre auprès d’un nombre égal d’hommes et de femmes interrogés, 41 % des habitants de Diyarbakır ne font pas confiance au système judiciaire turc.
 
Les années 90 et aujourd’hui
 
Lorsqu’on leur a demandé d’évaluer la Turquie en matière de droits de l’homme dans les années 1990 et aujourd’hui, de nombreux répondants ont déclaré qu’il n’y avait pas de grande différence entre les deux périodes. Les années 90 ont été une période marquée par des violations généralisées des droits humains, y compris des milliers d’exécutions extrajudiciaires, dans les régions kurdes du pays.
 
Parmi les personnes interrogées, 42,1% ont déclaré que les droits de l’homme n’étaient pas du tout importants dans les années 90 et 38% ont déclaré que la situation n’est pas différente aujourd’hui.
 
Lorsqu’on leur a demandé quels groupes subissaient le plus de violations de leurs droits, 68,7 % ont répondu « femmes » et 55 % ont répondu « Kurdes ».
 
Ceux qui violent le plus les droits humains sont l’État (61,9 %), les hommes (45,9 %), la police et l’armée, selon les habitants de Diyarbakır.
 
La langue maternelle
 
67% des personnes interrogées ont convenu que le fait de ne pas être en mesure de recevoir une éducation et des services publics dans la langue maternelle est une violation des droits humains.
 
Alors que plus de la moitié des personnes interrogées ont déclaré qu’elles n’étaient pas d’accord avec le fait que le gouvernement puisse nommer des « administrateurs » pour les municipalités et les universités lorsque cela était nécessaire, 24% étaient d’accord avec cette affirmation.
 
Depuis les élections locales de 2019, le gouvernement a remplacé des dizaines de maires du Parti démocratique des peuples (HDP) par des « administrateurs [kayyum]», citant des enquêtes « liées au terrorisme » contre les maires.
 
À propos d’un événement récent au cours duquel un commerçant de la province de Van a été arrêté pour avoir dit à un politicien que « C’est le Kurdistan », 70,4% des personnes interrogées ont déclaré qu’il s’agissait d’une violation des droits tandis que 9,7% ont déclaré que ce n’était pas une violation.
 
Plus de 60% des personnes interrogées ont déclaré que le retrait de la Turquie de la Convention d’Istanbul, un traité du Conseil de l’Europe sur la lutte contre la violence à l’égard des femmes, a entraîné une augmentation des cas de violence à l’égard des femmes.
 
En outre, 81,2% des personnes interrogées ont déclaré qu’être obligé de réciter le serment des étudiants était une violation des droits.
 
Plus de 55% des participants ont déclaré que les procédures judiciaires concernant les exécutions extrajudiciaires dans les années 1990 sont menées de manière équitable.
 
« Les violations des droits sont les mêmes que dans les années 90 »

« L’enquête a ouvertement révélé les violations causées par l’échec de la résolution de la question kurde, a déclaré le président du barreau de Diyarbakır, Nahit Eren.
 
« Nous avons vu dans l’enquête que la méfiance à l’égard de la justice était très élevée », a-t-il déclaré. « Près de 60% de la population ne fait pas confiance [au pouvoir judiciaire]. En fait, c’est un résultat reflétant le point de vue des Kurdes et la question kurde. »
 
De plus, on pense que les enfants subissent de graves violations de leurs droits. Les accidents de véhicules blindés en sont l’exemple le plus tangible », a-t-il noté.
 
« C’est l’État qui viole le plus les droits »
 
« Il est révélé que les violations des droits sont sérieusement liées à la question kurde. Nous avons demandé une comparaison avec les violations des droits dans les années 90, et il est indiqué que les violations des droits sont presque les mêmes aujourd’hui. Cela montre en disant que les gouvernement ne reviendra pas aux années 90 ne reflète pas la vérité.
 
Nous avons également vu que l’opinion publique kurde ne penche pas pour l’abandon de la Convention d’Istanbul. Les réponses que l’État et les hommes causent le plus de violations des droits montrent que c’est à cause de cela.
 
« Les femmes souffrent le plus des violations »
 
Il est indiqué que les femmes sont le groupe qui souffre le plus de violations des droits. Cela ne concerne pas seulement les femmes kurdes. C’est le point de vue de la Turquie depuis Diyarbakır. Cela reflète que le problème provient de l’État et des politiques de l’État. Pas seulement les féminicides et la violence contre les femmes, mais aussi [le manque de] représentation égale est considérée comme une violation des droits. »
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici