La Turquie bloque une enquête néerlandaise sur des crimes de guerre commis par des gangs syriens pro-turcs

0
413
SYRIE / ROJAVA – L’État turc a bloqué une enquête soutenue par le gouvernement néerlandais sur d’éventuels crimes de guerre commis par les gangs syriens dans les régions kurdes de la Syrie occupées par la Turquie.
 
 
Une enquête soutenue par le gouvernement néerlandais sur d’éventuels crimes de guerre commis par des groupes rebelles en Syrie a été suspendue en raison des conditions de coopération fixées par le gouvernement turc qui craignaient de compromettre l’indépendance de la commission d’enquête, a rapporté le service turc de la BBC, citant un article du journal néerlandais NRC Handelsblad.
 
Entre 2015 et 2018, le gouvernement néerlandais a apporté un soutien d’un montant de 25 millions d’euros (28,8 millions de dollars) à 22 groupes armés appelés rebelles syriens « modérés », combattant le régime du président Bachar al-Assad par le biais d’une « assistance non létale » ( NLA).
 
Il a été révélé plus tard que certains des groupes rebelles qui avaient bénéficié de ce soutien avaient commis des violations des droits humains, y compris des crimes de guerre, a déclaré la BBC.
 
La Chambre des représentants néerlandaise a décidé au début de 2021 de former une commission indépendante pour enquêter sur d’éventuels crimes de guerre commis par des groupes rebelles syriens qui avaient été soutenus par leur gouvernement, bien que le Premier ministre Mark Rutte s’y soit opposé, arguant que cela nuirait aux relations avec les pays alliés.
 
La commission d’enquête, qui devait effectuer un travail de terrain approfondi en Turquie et dans le nord de la Syrie et rédiger un rapport d’ici octobre 2022, a dû suspendre ses travaux par crainte que les conditions de coopération du gouvernement turc ne compromettent son indépendance.
 
Selon la BBC, la commission a demandé la coopération d’Ankara car les groupes syriens qui avaient reçu de l’aide de La Haye faisaient désormais partie d’une alliance de groupes antigouvernementaux syriens formés par la Turquie, et la plupart de leurs dirigeants et membres vivent en Turquie et opèrent en Turquie. zones de Syrie contrôlées par les Forces armées turques (TSK).
 
Cependant, Ankara a posé une série de conditions de coopération, dont une demande que la commission partage avec eux les questions qu’ils souhaitent poser aux dirigeants des groupes syriens et le contenu de leurs entretiens.
 
La BBC a déclaré que la commission néerlandaise avait alors décidé d’annuler les entretiens avec les chefs rebelles, pensant que les conditions de la Turquie compromettaient l’indépendance de leur enquête.
 
La BBC a également cité un responsable néerlandais qui s’est entretenu avec NRC Handelsblad, affirmant que La Haye prédisait que la Turquie ne laisserait pas simplement la commission faire son travail étant donné que des groupes rebelles syriens participent à des opérations militaires turques très sensibles et qu’Ankara veut empêcher la sortie d’informations concernant ces opérations.
 
Selon des responsables néerlandais, associer des groupes syriens formés par Ankara à l’extrémisme ou aux violations des droits humains est très préjudiciable pour la Turquie, a ajouté la BBC.
 
La Turquie a établi un contrôle direct sur des étendues de terre dans le nord de la Syrie par le biais d’offensives successives contre les Unités de protection du peuple (YPG) depuis 2018. Les YPG, un groupe armé kurde syrien qui a joué un rôle crucial dans le groupe de travail de la coalition mis en place pour vaincre l’Islam L’État d’Irak et du Levant (EIIL) est considéré par Ankara comme une émanation du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) et donc une organisation terroriste.
 
Les groupes de défense des droits et les organisations qui surveillent la région ont depuis accusé les soldats turcs et les rebelles soutenus par la Turquie d’avoir commis des crimes de guerre contre la population locale lors des offensives transfrontalières.
 
La Turquie a lancé l’offensive de l’opération Printemps de la paix le 9 octobre 2019, ciblant les YPG le long de la frontière turco-syrienne. L’opération militaire turque a commencé quelques jours après une annonce surprise et largement critiquée par la Maison Blanche du retrait des forces américaines de la région.
 
«Les forces turques ont fait preuve d’un mépris honteux pour la vie civile, notamment par des exécutions sommaires et des attaques illégales qui ont tué et blessé des civils», a déclaré un rapport d’Amnesty International compilant des crimes de guerre commis lors de l’opération Printemps de la paix.
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici