La Suède va expulser une militante kurde vers le Kurdistan irakien

0
314

Les autorités suédoises ont refusé d’accorder l’asile à l’activiste kurde Hana Nasour, en ordonnant le 8 octobre à la police de l’expulser vers l’Irak où elle risque d’être livrée à l’Iran où elle militait.

Hana Nasour était une activiste en Iran et craint que le ministère iranien du renseignement ne constitue une menace pour sa vie au Kurdistan d’Irak, a-t-elle déclaré au Kurdistan Human Rights Network (KHRN).

« Les forces de sécurité de la région du Kurdistan nous ont également constamment fait pression pour nous rendre à l’Iran ou quitter la région en raison de mon activisme continu contre la République islamique d’Iran », a déclaré la militante kurde qui a grandi en Iran.

Hana Nasour est née en 1991 au Kurdistan iranien d’une mère kurde iranienne et d’un père kurde irakien.

Elle a vécu jusqu’à ses 18 ans comme réfugiée irakienne à Sanandaj. Les autorités iraniennes ont refusé de lui accorder la nationalité car son père était citoyen irakien.

Elle a également été forcée de mettre fin à ses études universitaires en architecture à l’Université islamique Azad, branche de Sanandaj, lorsque sa famille a quitté l’Iran pour des raisons politiques.

L’activisme de Nasour en Iran et le fait qu’elle était la nièce du militant kurde exécuté Farhad Vakili ont concentré les pressions du ministère du Renseignement de Sanandaj sur elle et sa famille.

En 2011, en raison de l’intensité de ces pressions, la militante et sa famille se sont rendues dans la région du Kurdistan d’Irak, où elle a ensuite obtenu la nationalité irakienne.

Cependant, la militante a poursuivi son activisme contre le gouvernement iranien alors qu’elle résidait au Kurdistan irakien.

Cet activisme a entraîné des pressions de la part des forces de sécurité de la région du Kurdistan a déclaré le mari de Nasour, Rezgar Rawshani.

Finalement, en décembre 2015, elle a fui en Suède avec son mari et sa mère, demandant l’asile politique pour leur sécurité.

Les autorités suédoises ont refusé d’accorder l’asile politique à la militante ainsi qu’à son mari et à sa mère, les considérant comme des « extrémistes menaçant la sécurité nationale de la Suède » car ils sont des sympathisants du Parti pour une vie libre au Kurdistan (PJAK).

Cependant, ils ont accordé des permis de séjour conditionnels au mari et à la mère de la militante – qui sont des citoyens iraniens – mais ont rejeté sa propre demande à trois reprises depuis 2015.

Le mari de Hana Nasouri, Rezgar Rawshani, et sa mère sont également des militants politiques et des sympathisants du PJAK.

«Nous faisons partie de la société suédoise. Nous travaillons et étudions ici. Nous avons également poursuivi notre activisme en Suède pour les droits humains, et nous nous sommes opposés pacifiquement aux exécutions et à la violence contre les femmes avec l’autorisation des autorités suédoises. Il est injuste que notre activisme soit considéré comme une menace contre la sécurité nationale suédoise», a déclaré Hana Nasour.

La militante poursuit son activisme contre la République islamique d’Iran et a critiqué le gouvernement régional du Kurdistan pour sa conduite contre les militants kurdes iraniens.

Elle a participé à diverses campagnes de solidarité en Suède grâce à son lien avec la Société des femmes libres du Kurdistan oriental (KJAR).

« C’est aussi contre les droits humains que les autorités suédoises ont décidé de me séparer de mon mari et de ma mère », a-t-elle déclaré.

Le 8 octobre, les autorités suédoises ont ordonné à la police d’expulser la militante vers la région du Kurdistan d’Irak – un ordre qui pourrait être exécuté dans les deux semaines – suggérant qu’il n’y aurait aucune menace pour sa vie dans la région.

Cependant, le mari de la militante affirme que les autorités « ignorent les pressions des forces de sécurité et la présence du ministère iranien du renseignement dans la région ».

La République islamique d’Iran « menace et assassine » les militants qui s’y opposent politiquement, a-t-il déclaré, ajoutant que malgré sa nationalité irakienne, « elle est considérée comme l’une de ces militantes pour être membre d’une famille iranienne politiquement opposée à la République islamique ».

« Contrairement à ce que prétendent les autorités suédoises, la vie d’Hana sera également en danger parce qu’il existe une collaboration en matière de sécurité entre la région du Kurdistan et la République islamique d’Iran », a poursuivi le mari. Il a ajouté que Hana Nasour a quitté la région du Kurdistan « parce que les institutions de sécurité de la région fonctionnent comme un instrument du gouvernement iranien pour faire pression sur les militants kurdes d’Iran».

Kurdistan Human Rights Network

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici