La Turquie responsable de féminicides. « A Afrin, les femmes sont violées systématiquement »

0
444
GENÈVE – Le 23 septembre 2021, le Mouvement des femmes kurdes en Europe, le Club suisse de la presse et la Fondation MAAT pour la paix ont coorganisé une conférence pour la reconnaissance internationale du féminicide comme crime assimilable au génocide à l’occasion de la 48e session du Conseil des droits de l’homme de l’ONU. Lors de la conférence, des femmes kurdes qui ont fui Afrin ont rappelé qu’un véritable féminicide était commis à Afrin par les mercenaires de la Turquie depuis l’invasion de la région en mars 2018, en plus du changement démographique opéré dans le canton kurde.
 
Asya Abdullah, cadre du Mouvement des femmes du Rojava (Kongra Star), deux jeunes femmes d’Afrin qui ont pu échapper aux gangs islamistes de la Turquie et d’autres militantes kurdes ainsi que Marion Böker, experte en droits humains et questions de genre, experte en questions féminines, la porte-parole des relations internationales de TJK-E, Melike Yasar et Ann-Kristin « Anki » Sjöberg, co-directrice et fondatrice de Fight for Humanity ont pris la parole lors de la conférence.
 

La conférence a commencé par la projection de photographies de la guerre en Syrie, ainsi que de témoignages de femmes décrivant les viols qu’elles ont subis et les atrocités commises dans la région. Le changement démographique et la turquification dans la région occupée par la Turquie suite à des opérations transfrontalières ont également été présentés dans la vidéo qui mettait l’accent sur le changement démographique et la turquification dans la région.

La porte-parole des relations internationales de TJK-E, Melike Yaşar, qui a pris la parole en premier, a commencé son discours en rappelant les noms des femmes décédées citées dans la campagne « 100 raisons pour poursuivre Erdogan en justice ».

Notant que le mouvement des femmes kurdes a participé à de nombreuses campagnes et actions contre les atrocités commises contre les femmes, Yaşar a déclaré : « L’objectif de notre campagne « 100 raisons » est de traduire en justice le dictateur Erdogan. Je vous informerai également des crimes d’Erdogan. »

CENTAINES DE FEMMES ASSASSINÉES PAR LE REGIME TURC

Yaşar a déclaré que l’objectif de la campagne était de collecter 100 000 signatures, mais qu’elles ont déjà collecté plus de 235 000 signatures. « Nous voulons commencer la deuxième étape de notre campagne dans ce panel. Pendant le règne de 18 ans d’Erdogan, il n’a pas commis seulement 100 crimes. Des milliers de crimes ont été perpétrés. Sans le procès d’Erdogan, la conscience de l’humanité restera insatisfaite. C’est pourquoi nous aimerions partager les noms des femmes décédées à la suite de la politique militaire d’Erdogan. Sakine Cansız, Fidan Doğan, Leyla Şaylemez, Taybet İnan ont été assassinés et le corps d’İnan est resté dans la rue pendant 7 jours. Hevrin Xelef, Ceylan Önkol ont été assassinées. Kader Ortakkaya a été assassinée à Kobanê. Dilek Doğan a été assassinée à Istanbul. Des dizaines de massacres similaires ont eu lieu. »

« Dans le cadre de notre programme, les femmes qui ont échappé aux gangs partageront leurs expériences, a fait remarquer Yaşar, notant que des centaines de harcèlements et de viols avaient été commis par des groupes de mercenaires soutenus par la Turquie à Afrin. « Sakine Cansız, Fidan Doğan et Leyla Şaylemez ont été assassinés à Paris par des membres du service de renseignement turc MIT. Trois femmes kurdes ont été assassinées sur ordre des autorités turques », a-t-elle fait remarquer.

LA DICTATURE D’ERDOĞAN

Se référant aux attaques contre Shengal, Yaşar a déclaré : « Le régime d’Erdoğan poursuit ses préparatifs pour exploiter cet endroit et commettre un nouveau massacre. À Shengal, il tente de mettre en œuvre le même concept en protégeant les gangs de l’Etat islamique. Je l’appelle régime d’Erdogan parce que c’est la tyrannie d’un seul homme. Il n’y a ni parlement ni loi à cet endroit. Erdogan a également commis des crimes contre la nature depuis son arrivée au pouvoir. Nous avons tous été témoins de ces crimes. Les mères de la paix, les co-maires et les législateurs qui ont reçu des millions de voix ont tous été emprisonnés. Nous partageons l’angoisse de la mère qui a reçu les os de son enfant par la poste. Le régime d’Erdoğan remet les corps des enfants des gens à leurs familles par la poste après quelques années.

Des enfants sont écrasés et tués par des véhicules blindés sous les yeux du monde et du public parce que ce sont des Kurdes », a déclaré Yaşar, soulignant que les gens font la grève de la faim pour un procès équitable. « La liste des crimes commis par la dictature d’Erdogan est longue. Nous pouvons déduire un crime de chaque jour du gouvernement d’Erdogan si nous comptons ces crimes un par un. J’ai une question. Erdogan est-il considéré comme un tyran ou non à la lumière de tout cela? » elle a ajouté.

AVANT QUE LA LISTE DES CRIMES NE S’ALLONGE D’AVANTAGE 

Notant que les femmes ont été soumises à une pression accrue et à des massacres pendant le régime de l’AKP, Yaşar a déclaré : « Nous racontons l’histoire du fascisme à travers deux personnes. Les hommes commettent des violences parce que l’État leur donne la confiance. Les femmes sont massacrées méthodiquement. Pour leurs propres raisons, les institutions internationales et l’Europe ferment les yeux. Erdogan continue son chantage (…). Il forme des gangs dans les camps et les envoie en Syrie. C’est pourquoi nous avons dit « Cent Raisons ». Erdogan tente de cacher la vérité. Même 100 crimes, plutôt que des milliers, sont des motifs suffisants pour poursuivre le tyran. Dans cette optique, nous avons rassemblé 100 infractions avec preuves et papiers dans le cadre de la campagne. Nous avons des preuves réelles et des demandes concrètes. Nous interpellons les institutions internationales et les exhortons à assumer leurs responsabilités. Il devrait être puni pour ses actes. Vous êtes responsable de ce génocide politique et ethnique. Selon les conventions internationales, vous devez reconnaître Erdogan comme un tyran et assurer sa poursuite. Vous devez prendre des mesures avant que la liste ne s’allonge davantage. »

Yaşar a noté que les femmes kurdes ont résisté à toutes ces attaques et ont lutté contre le féminicide, en disant : « Nous avons les preuves des crimes. Nous voulons organiser une lutte pour garantir qu’Erdogan soit poursuivi devant les institutions internationales. Nous voulons montrer comment il a utilisé des produits chimiques. armes et commis des atrocités contre les femmes kurdes résistantes. »

FIN DE L’OCCUPATION TURQUE AU ROJAVA 

Au cours du panel, la défenseuse des droits humains, Mennatalla Abdelraouf a fait remarquer qu’elles se sont réunies pour mettre fin aux crimes commis par le président de l’AKP Tayyip Erdogan au Moyen-Orient. Abdelraouf a déclaré qu’elles ne pourraient pas réussir en tant que femmes à moins qu’elles ne travaillent ensemble, en disant : « Nous souffrons parce que nous sommes des femmes. Lorsque j’ai commencé à faire des recherches sur les femmes turques en Turquie et les femmes kurdes en Syrie, j’ai vu que les cibles principales étaient les femmes. Je sais qu’Erdogan est si hostile aux femmes kurdes à cause de l’Etat islamique. En tant que Marche pour la paix, nous collaborons avec un certain nombre d’institutions pour lutter contre les crimes de la Turquie. J’appelle le Haut-Commissariat à assumer ses responsabilités et à mettre fin à l’occupation de la Turquie. »

LES FEMMES SONT SYSTÉMATIQUEMENT VIOLÉES À AFRIN

L’une des témoins du panel d’Afrin a décrit les horreurs que les gangs de la Turquie font subir aux femmes kurdes ainsi : « Lorsque la Turquie a envahi Afrin, nous ne pouvions même pas quitter la maison. Nous devions nous voiler. Nous étions continuellement harcelés comme des « infidèles ». « Vous êtes des Kurdes, vous êtes des infidèles », ont-ils dit. Les Turcs ont attaqué notre maison une nuit et ont enlevé ma fille alors qu’elle dormait en pyjama. Puis ils m’ont amené un jour la fille de ma fille. Nous avons été incarcérés au poste de police pendant 20 jours. Chaque jour, ils nous humiliaient et nous injuriaient. Ma fille a été sévèrement battue. Ils ont également kidnappé sa fille. Ils l’ont déshabillée et enfermée. Dans ce commissariat, trois policiers nous ont tourmentés. Ils étaient à la fois flics et bourreaux. Ma fille venait d’accoucher et n’arrivait pas à se nourrir. Ils ont drogué ma fille (…). Il y avait beaucoup trop de filles de moins de 18 ans en détention. Elles ont été systématiquement violées, et certaines ont fait des fausses couches. Leurs cibles principales étaient les femmes. Pour cette raison, les femmes étaient les plus humiliées et maltraitées. La prison abritait environ 25 enfants âgés de six mois à sept ans. Ma fille n’a pas pu nourrir son bébé. Nous exhortons les Nations Unies à aider les femmes qui y sont incarcérées. Le nombre de ces femmes augmente de jour en jour. Je n’ai pas d’autre demande que de rentrer chez moi à Afrin. » 

LES AUTEURS DOIVENT ETRE TRADUITS EN JUSTICE

La deuxième témoin, qui a également participé à la conférence, a déclaré qu’elle avait dû fuir Afrin à pied avec ses enfants à la suite de l’attaque de la Turquie, ajoutant que « personne n’entend notre parole, nous les Kurdes ». Elle a poursuivi : « Dieu a fait de nous des Kurdes et nous a donné notre langue. Des dizaines de jeunes ont été blessés ou assassinés. Il y avait aussi des hommes parmi eux. La jambe d’un enfant a été perdue. Cette tragédie a entraîné la mort d’un de mes enfants et la blessure d’un autre. Mes enfants sont toujours terrifiés et surpris par le moindre bruit. Nous voulons que l’État turc soit poursuivi devant la justice pour les massacres. Nous voulons qu’Erdogan soit traduit en justice », a-t-elle déclaré.

SJÖBERG : LES ORGANISATIONS INTERNATIONALES DOIVENT HAUSSER LA VOIX

Ann-Kristin Sjöberg, co-directrice et fondatrice de Fight For Humanity, a déclaré qu’elle avait du mal à parler en tant que femme et mère après avoir entendu ce qui s’était passé là-bas. Sjöberg a déclaré qu’elle s’était rendue dans de nombreuses zones de combat et a poursuivi : « Les femmes et les filles subissent d’énormes injustices dans ces situations. C’est incorrect et nous nous efforçons de le changer. Toutes les lois interdisent la violence sexuelle et la menace de violence sexuelle. Toute loi interdit d’attaquer un hôpital, que ce soit en temps de guerre ou de paix. Il est de la responsabilité des organisations internationales de dénoncer ces crimes. Nous devons faire tout ce qui est en notre pouvoir pour y mettre un terme. »

ABDULLAH : NOUS AVONS ÉTABLI NOTRE CONSEIL CONTRE L’OCCUPATION

Asya Abdullah, qui a ensuite pris la parole, a commencé par souligner que leurs terres étaient fortement occupées. « Nous, en tant qu’institutions et femmes de la Syrie du nord et de l’est, nous défendons et continuerons de nous défendre contre l’occupation dans tous les domaines de la vie », a ajouté Abdullah, notant qu’elles sont sous occupation militaire, économique et politique. Déclarant qu’ils luttaient contre les politiques d’occupation, Abdullah a poursuivi: « Nous avons fait une priorité de nous organiser d’abord afin de nous protéger nous-mêmes et notre territoire. Contre l’occupation, nous avons formé le Conseil des femmes du nord-est de la Syrie, composé de femmes kurdes, arabes, tchétchènes et circassiennes.

Nous luttons contre l’occupation dans les domaines de la politique et de l’économie. Les politiques d’occupation ne sont pas seulement ressenties en termes militaires. Des politiques d’occupation spéciales sont en place. A Afrin, des femmes sont kidnappées. Entre 2020 et 2021, 105 femmes ont été assassinées, 189 ont été kidnappées et 197 ont été tuées dans des bombardements. 182 enfants ont perdu la vie. Aujourd’hui, notre bataille la plus urgente doit être menée contre et la prévention du féminicide. La révolution dans le nord-est de la Syrie et du Rojava a créé des valeurs importantes non seulement pour notre pays mais aussi pour l’humanité. Le combat des YPJ contre DAECH était pour toutes les femmes. L’État turc frappe les FDS (Forces démocratiques syriennes) et les dirigeantes des YPJ sont assassinées devant les yeux du monde. »

LE SYSTÈME DÉMOCRATIQUE MENÉ PAR LES FEMMES EST LEUR CIBLE

« Les femmes kurdes du nord et de l’est de la Syrie sont les pionnières d’un système démocratique pour toutes les femmes. Les hommes et les femmes sont représentés à parité dans la structure de coprésidence. Ceci est également important pour le reste du monde. Pour cette raison même, les gangs de l’État turc ciblent notre système démocratique. Les femmes qui se sont battues contre Daech sont ciblées. Suite à l’occupation de nos territoires, le système démocratique a été aboli et un massacre a commencé. Sous quelle autorité légale ont-ils pris nos territoires et en modifient-ils la structure démographique ? Des milliers de nos concitoyens ont été forcés de fuir. Quel droit international accorde à la Turquie cette autorité ? Le changement de la composition démographique de notre pays est un crime contre l’humanité. Le meurtre de femmes et d’enfants par les armes lourdes de l’État turc est un crime contre l’humanité.

IL FAUT FERMER L’ESPACE AERIEN DU NORD-EST SYRIEN

Nous croyons aux valeurs humaines et au droit de chaque peuple de vivre selon sa propre culture. L’État turc, quant à lui, poursuit ses attaques pour empêcher que cela ne se produise. La Turquie doit être arrêtée afin de mettre fin à l’occupation et aux massacres. Nos terres doivent être protégées contre les attaques aériennes. Notre peuple est massacré chaque jour. Ils attaquent avec leurs avions de chasse quand ils le souhaitent. L’État turc utilisera ses armes plus lourdes s’il n’y a pas d’interdiction. Les gangs sur nos terres emploient les méthodes de l’Etat islamique. Des milliers de nos concitoyens ne peuvent pas rentrer chez eux. Une garantie internationale pour le retour de notre peuple dans son pays d’origine est requise.

TANT QUE LA TURQUIE ATTAQUERA LE KURDISTAN, LES FEMINICIDES CONTINUERONT

Nous invitons les institutions internationales, ceux qui luttent pour les droits humains et ceux qui s’opposent au meurtre de femmes et d’enfants, à visiter la Syrie. Ils peuvent venir voir les faits par eux-mêmes. Vous êtes invités à témoigner de cette réalité. Une frontière a été établie sur notre territoire occupé par l’Etat turc. Plus que ce que nous racontons ici est vécu là-bas. Nous avons traversé bien plus que cela. En tant que femmes, nous organiserons des panels pour discuter des événements dans le nord-est de la Syrie et de leurs implications pour l’avenir des régions occupées et de la Syrie. En tant que femmes, nous lutterons sur ce sujet pour pallier nos lacunes. En tant que femmes, nous continuerons à nous battre pour tous les Syriens contre l’occupation continue de nos territoires par la Turquie jusqu’à la fin. (…) »

La dirigeante kurde a ajouté que tant que l’occupation du Kurdistan continuera, on ne peut empêcher les féminicides, les violences faites aux femmes. Elle a déclaré que les problèmes du Kurdistan et du Moyen-Orient ne peuvent être résolus que par la dialogue.

NOUS DEVONS FAIRE AGIR LES ORGANISATIONS INTERNATIONALES

Enfin, Marion Böker, experte en droits humains et en genre, a expliqué qu’elle était juive née en Allemagne 60 ans après la Seconde Guerre mondiale et qu’elle avait perdu une grande partie de sa famille dans l’Holocauste. Böker a déclaré qu’elle comprenait ce qu’est le génocide et a ajouté : « Nous devons trouver des réponses plus claires et plus rapides. Nous n’avons pas le temps de nous attarder. Écrire une lettre de réprimande ne résoudra pas le problème. Nous avons déjà de nombreux mécanismes en place pour cela. Nous devons passer à l’action. »

 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici