KURDISTAN. Les USA prévoient d’investir un million de dollars dans l’agriculture de la région autonome kurde du Bashur

0
158

KURDISTAN DU SUD – Une agence gouvernementale des États-Unis a annoncé dimanche un programme d’un million de dollars d’un an en partenariat avec une société de conseil basée en Irak pour développer le secteur agricole et promouvoir la consommation locale dans la région du Kurdistan, selon un communiqué de presse.

L’Agence des États-Unis pour le développement international (USAID) et la société de conseil irakienne Top Mountain se sont associées pour lancer le programme d’incubateur et d’accélérateur d’agrobusiness pour accroître la compétitivité de l’agriculture irakienne.

Le programme soutiendra les entreprises ainsi que les start-ups travaillant dans les secteurs de l’agriculture et de l’agro-industrie dans la région du Kurdistan irakien par le biais de subventions en nature et d’une assistance technique, en plus d’organiser des événements pour présenter les produits locaux et promouvoir la consommation locale. et l’investissement en facilitant les partenariats avec des parties prenantes privées et publiques.

La région du Kurdistan dépend des pays voisins pour les importations bon marché de produits frais, ce qui profite aux consommateurs mais nuit aux agriculteurs locaux. 

Le communiqué indique que la région du Kurdistan offre un sol riche et un large accès aux ressources en eau, mais reste sous-développée en raison d’un manque d’investissement dans les nouvelles technologies, de pratiques de gestion obsolètes et de chaînes de valeur faibles qui rendent le marché agricole sujet aux produits détérioration et fluctuations des prix et de l’offre. 

En conséquence, l’Irak reste un importateur net de produits alimentaires, ce qui élimine d’importantes opportunités économiques et pose des risques pour la sécurité alimentaire, indique le communiqué. 

Début septembre, des agriculteurs de la province orientale de Sulaimani ont mené des manifestations accusant le gouvernement de ne pas avoir réussi à leur garantir un marché bon marché, les importations illégales les ont empêchés de rivaliser chaque année. Les produits des provinces du sud de l’Irak peuvent être importés dans la région sans restriction, mais les commerçants kurdes disent qu’ils doivent payer pour passer les postes de contrôle afin d’envoyer leurs fruits et légumes dans les provinces irakiennes. 

Les entreprises irakiennes sont confrontées à une rude concurrence des importations en provenance d’Iran et de Turquie, dont les monnaies ont été dévaluées. Le dinar irakien s’est également dévalué par rapport au dollar américain à la fin de 2020, une étape qui, selon le ministre irakien des Finances, pousserait le pays vers des réformes et un équilibre financier qui relanceront l’économie. 

La région a bénéficié de la richesse pétrolière pendant des décennies, mais alors que les prix ont chuté pendant la pandémie, l’agriculture est devenue une priorité pour les Kurdes d’Irak qui recherchent une diversification économique et une diminution de la dépendance au pétrole. 

L’ancien ambassadeur de Washington en Irak a déclaré en août à Rudaw : « Développer l’économie irakienne, aider à diversifier cette économie et la relier au reste du monde sera aussi important pour l’avenir de l’Irak que la situation sécuritaire elle-même. » 

Le conseil d’investissement du gouvernement régional du Kurdistan (GRK) dans son plan de développement 2020 a présenté des promesses de développement de la fabrication de produits alimentaires, qui, selon le conseil, aideront la région du Kurdistan à atteindre la sécurité alimentaire. (Rudaw)

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici