La Turquie prépare une offensive contre le Rojava à l’Est de l’Euphrate

0
664
KURDISTAN – Les plans de la Turquie pour une nouvelle offensive militaire contre les Kurdes du Rojava pourraient être dans la phase avancée d’une nouvelle offensive militaire imminente.
 
Tout en menant une opération militaire contre le PKK dans le nord de l’Irak, la Turquie pourrait également se préparer à une nouvelle offensive militaire contre le nord-est de la Syrie pour tenter de séparer complètement le Kurdistan irakien du Rojava.
 

Après l’échec de l’offensive militaire turque baptisée Opération de Gare, lancée le 10 février et entraînant la mort de 16 soldats turcs, dont 13 étaient captifs du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), la Turquie a lancé une nouvelle opération aérienne et terrestre ciblant les bases du PKK dans la région montagneuse de Zap, Metina et Avashin au Kurdistan irakien il y a six mois.

La Turquie prévoyait de prendre le contrôle de Zap, Metina et Avashin et d’entrer à Qandil, le siège du PKK, dans un délai de deux à trois mois et, ce faisant, le camp de réfugiés de Makhmour devait également être mis sous contrôle via des frappes aériennes. Mais aucun de ces scénarios prévus ne s’est produit. Depuis le début de ces opérations, malgré l’emploi d’avions de combat et de drones armés, la Turquie n’a pas pu atteindre son objectif et a été contrainte de poursuivre les opérations pour ne pas rentrer chez elle les mains vides.

Des déclarations du côté du PKK, des combattants kurdes sur le terrain, des journalistes et des politiciens à la suite des opérations turques ont également confirmé l’affirmation sérieuse selon laquelle la Turquie aurait également utilisé des armes chimiques et des gaz toxiques en cause de « désespoir ».

L’opération en cours de la Turquie est également décrite comme un « échec », en raison du contraste entre l’enthousiasme des autorités turques lorsqu’elles ont lancé les opérations pour la première fois et leur morosité actuelle. Les déclarations du ministre turc de la Défense Hulusi Akar donnent également l’impression qu’ils sont très loin du compte escompté.

Ces résultats inattendus de cette opération au Kurdistan irakien ont poussé la Turquie à préparer de nouveaux plans. Dans le cadre de ces nouveaux plans, il a été rapporté qu’Hakan Fidan, le chef de l’Organisation nationale de renseignement turcs (MIT), a tenu une réunion à Bagdad avec son homologue syrien Ali Mamlouk. Cette réunion, qualifiée d’ « historique » par les médias turcs, a été qualifiée de « début possible d’une nouvelle aire » par İsmail Hakkı Pekin, qui a occupé des postes de direction dans les forces armées turques et était également le chef de l’état-major général du département du renseignement.

Les critiques évaluent ce trafic diplomatique comme la tentative de Fidan d’exiger le soutien de Damas pour une opération projetée dans le nord et l’est de la Syrie. Des sources locales soutiennent également de telles affirmations selon lesquelles la Turquie est en train de discuter de telles discussions diplomatiques grâce à des visites continues à Erbil (Hewlêr) et à Bagdad.

La région d’Al-Malikiyah (Derik), dans la province nord-est d’Al-Hasakah, serait la dernière cible d’une offensive imminente. La Turquie vise essentiellement à couper complètement la connexion entre le nord-est de la Syrie et le Kurdistan irakien, avec une nouvelle offensive dans le nord et l’est de la Syrie, selon le site Gazete Karinca.

Les niveaux croissants d’attaques militaires à Tell Tamer sont évalués à la fois comme une « répétition » d’une nouvelle opération militaire plus large et comme une tentative de la Turquie de « tâter le terrain ».

La Turquie aurait intensifié ses expéditions militaires à la frontière d’Al-Darbasiyah (Dirbesiyê) et d’Amuda (Amûdê‎).

Des sources locales ont informé MA qu’un grand nombre de véhicules blindés et de chars sont positionnés à ces points et que les villages de la région où les unités militaires sont dépêchées ont été évacués. Dans le ciel de la frontière, la présence continue de véhicules aériens habités et de drones est également considérée comme le signe d’une opération militaire imminente.

Lors d’une réunion qui aurait eu lieu le 19 août dans la ville frontalière turque d’Antep (Dîlok), les autorités turques sont invitées à partager leurs points de vue avec une tribu, qui coopère avec la Turquie et est centrée à Jarablus, qu’elles et les tribus coopérant avec elles devraient commencer leur les préparatifs pour frapper l’Administration autonome de la Syrie du Nord et de l’Est (AANES) par l’arrière à travers une série d’attaques et d’actions de sabotage de Manbij (Minbic) à Raqqa (Reqa).

Début septembre, cinq unités militaires, qui avaient été formées dans le cadre de l’Armée nationale syrienne (ASN / SNA), se sont unies sous le nom de « Front de libération syrien », rapportait l’Agence Anadolu.

« Bien sûr, l’ASN attend le bon moment pour relancer les opérations militaires contre les organisations et groupes affiliés au PKK… Cette alliance vise à nettoyer le PKK et ses ailes des régions de Syrie. […] L’ASN poursuit actuellement ses préparatifs militaires pour une guerre. »

Ce sont les propos de Mutasım Abbas, présenté comme le porte-parole du Front de libération syrien, selon le journal Şarkut Avsat.

L’ASN elle-même a été formée à la mi-2019, juste avant que la Turquie ne tourne ses attaques vers Ras al-Ayn (Serêkaniyê) et Tell Abyad (Girêspi).

L’émergence soudaine de cette nouvelle unité militaire qui est le produit d’années d’organisation des renseignements turcs dont dépeint environ 20 000 combattants de l’ASN, est également un motif pour suggérer que nous sommes face à des «préparatifs» d’une nouvelle offensive imminente.

 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici