L’écrivain kurde Burhan Sönmez élu président de PEN International

0
200
Le romancier kurde et avocat des droits de l’homme primé Burhan Sönmez est élu président de PEN International alors que l’écrivaine américano-mexicaine Jennifer Clement, la première femme présidente à diriger l’organisation, se retire.
 
L’Assemblée des délégués de PEN International a élu Burhan Sönmez comme nouveau président de l’organisation, lors de la cérémonie de clôture du Congrès du centenaire de PEN.
 
Lors de son élection, Sönmez a déclaré : « Je remercie mes collègues membres de PEN de m’avoir confié l’avenir de PEN – un honneur et une responsabilité que je reconnais et garderai dans mon esprit et mon cœur alors que je remplis le rôle de président de notre noble organisation. En tant que nouveau président de PEN International, je suis fier d’avoir été dans la lignée de grandes personnes de la littérature et de la liberté comme Catherine Amy Dawson Scott, Jennifer Clement, Per Wastberg, John Ralston Saul, HG Wells, Arthur Miller et Heinrich Böll. »
 
Né en Turquie, Burhan Sönmez a étudié le droit dans les années qui ont suivi le coup d’État militaire de 1980. Il a été arrêté et interrogé au siège de la police d’Istanbul Gayrettepe, un centre de torture notoire, pour avoir organisé la première action étudiante pendant la loi martiale. En tant qu’avocat travaillant sur des affaires de droits humains, il est devenu la cible de harcèlement policier et le centre d’affaires judiciaires, ce qui l’a conduit à s’exiler au Royaume-Uni, où il a reçu un traitement de longue durée avec l’aide de l’organisation britannique Freedom from Torture (Absence de torture).
 
Pendant ce temps, Sönmez a commencé à écrire des romans, inspirés par les histoires traditionnelles qu’il a entendues en grandissant dans un village reculé du centre de la Turquie. Ses œuvres, Nord (Kuzey, 2009), L’Innocent (Masumlar, 2011), Istanbul Istanbul (2015), Labyrinthe (Labirent, 2018) et Pierre et Ombre (Taş ve Gölge, 2021), Maudit soit l’espoir, ont été traduites en 42 langues.
 
Sönmez est lauréat du prix de littérature de BERD (2018), du prix Disturbing the Peace (2017), du prix d’honneur du meilleur récit BUYAZ (2015), du prix de littérature Sedat Simavi (2011) et du prix du meilleur roman Izmir St. Joseph (2011).
 
Il a été maître de conférences en littérature et roman à l’Université de METU, membre du jury du Prix de littérature Cevdet Kudret 2014 et du Festival international du film de Genève 2020.
 
Fondateur de TAKSAV, la Fondation pour la recherche sociale, la culture et l’art, Sönmez est membre du PEN anglais, du PEN kurde et du PEN Turquie, et ancien membre du conseil d’administration de PEN International.

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici