L’existence d’un peuple par la résistance: Les Kurdes

0
342
Organisé comme une nation apatride fondée sur les principes de la démocratie, de l’écologie et de la libération des femmes, le peuple kurde a prouvé, à maintes reprises, qu’une société peut exister sans prendre le pouvoir, sans être hostile aux autres peuples et sans tracer de frontières.
 

Notre démocratie directe et participative est le fruit d’un vaste réseau organisationnel qui permet des spécificités régionales et une diversité de langues et de cultures, ainsi que des structures autonomes de femmes et de jeunes.

Ces structures ont réussi à prospérer malgré les attaques racistes contre le peuple kurde que nous subissons depuis des millénaires. En effet, en raison de nos origines en Mésopotamie – l’emplacement historique des premières civilisations étatiques du monde – notre identité est forgée par la nécessité de nous défendre contre les attaques d’États qui refuseraient de reconnaître notre culture. Aujourd’hui, des milliers d’années plus tard, le peuple du Kurdistan continue de lutter pour son existence et sa liberté, guidé par le leadership des femmes et l’esprit de la révolution des femmes.

Malgré notre longue histoire d’existence, les violences les plus dévastatrices qui ont eu lieu contre les Kurdes n’auraient eu lieu qu’avec la montée de la modernité capitaliste au cours des deux derniers siècles. Bien que les exécutants de ces politiques dans la région aient été les États de Turquie, d’Irak, d’Iran et de Syrie, ce sont avant tout les puissances impérialistes mondiales, en particulier la Grande-Bretagne et les États-Unis, qui ont préparé le terrain pour ces États, leur offrant soutien et conseils pour commettre des massacres. Cette violence, à la base, est celle du racisme culturel.

 

Lutte pour l’existence au Bakur contre le racisme islamique turco-sunnite

La République de Turquie, dans son processus de construction basé sur l’identité turco-sunnite, s’est tournée vers les Kurdes à la suite du génocide arménien de 1915. Cependant, en raison de la forte population kurde et du niveau d’organisation sociale (basé sur des tribus capables d’autodéfense et d’autogouvernance), l’État turc ne pouvait pas se permettre de commettre un génocide total. Néanmoins, il a développé un processus d’élimination à long terme. Cette lente destruction a été mise en œuvre petit à petit à la suite de recherches approfondies menées sur les spécificités de chaque région. Parallèlement à ce massacre physique, une forme continue de génocide s’est installée, celle qu’Abdullah Öcalan définit comme un « génocide culturel ».

L’État a commencé ce processus en collectant les armes du peuple. Désarmer les tribus signifiait briser le pouvoir de la société kurde et sa capacité à se défendre. Ensuite, le service militaire de longue durée dans l’armée nationaliste turque est devenu obligatoire. Les organisations politiques et sociales kurdes et même la langue et la culture kurdes étaient interdites. Ceux qui osaient protester étaient éliminés, soit par l’arrestation, l’exil ou le massacre.

Au Bakur (Kurdistan du Nord), des pratiques à multiples facettes ont eu lieu et ont été maintenues en vigueur, notamment le meurtre de milliers de personnes, la destruction systématique, l’incendie de villages et le déplacement forcé. Les enfants étaient retirés de leur famille et assimilés dans des internats publics. Outre les massacres massifs au Kurdistan, à Koçgiri après la rébellion de 1921, à Bingöl et Amed après la rébellion de Şex Said en 1925, dans la vallée de Zilan après le soulèvement d’Agirî de 1930 et pendant le génocide du Dersim en 1938, des dizaines de milliers de personnes ont été tuées, harcelés, violés et arrêtés. Des attaques similaires ont été menées dans les années 1990 contre ceux qui soutenaient la lutte du PKK, qui est le 29e soulèvement pour la liberté du Kurdistan.

Les Kurdes qui collaborent avec l’État sont habitués à couvrir ces politiques meurtrières. Par le biais de personnes qui se rendent à l’État ou qui y sont obligées, les Kurdes sont montés les uns contre les autres. Le système de garde de village mis en place au Kurdistan, développé par l’État turc au sein des structures tribales elles-mêmes, est une organisation paramilitaire créée pour neutraliser et même assassiner les Kurdes révolutionnaires, démocrates et patriotes qui mènent une lutte pour la liberté. Ces gardes villageois, qui ont commis des crimes allant du trafic de drogue au harcèlement des femmes, au viol, au vol et à la corruption, sont protégés par l’État. Des milliers de personnes ont été assassinées par ces gangs et jetées dans des puits d’acide. Le sort de milliers de personnes reste inconnu. Depuis le 27 mai 1995, les mères des « disparus » ont manifesté tous les samedis en public pour demander des éclaircissements sur leurs proches disparus. Elles sont devenues connues sous le nom de « Mères du samedi ».

Les femmes ont été les plus durement touchées par ces politiques étatiques et ces massacres. Le massacre perpétré à Dersim en 1938 était essentiellement un massacre de femmes. Semblable aux attaques de l’Etat islamique à Shengal en 2014, des milliers de femmes ont été kidnappées à Dersim – selon certaines sources, 4000 ou plus. Des milliers de jeunes femmes de la région de Dersim, qui est une région kurde alévie, ont été emmenées et remises à des agents de l’État turc en tant qu’enfants adoptés ou épouses. Il n’y a toujours aucune information à leur sujet. Des documentaires comme « Les Filles Perdues de Dersim » révèlent les politiques racistes envers les femmes [kurdes]. Même Sidika Avar, une enseignante du régime kémaliste*, directrice de l’Institut des filles d’Elazığ, entre 1939 et 1959, et dont la mission était d’assimiler de forces les fillettes kurdes qu’elle arrachait à leurs familles, a écrit un livre sur ses souvenirs intitulé «Mes Fleurs des Montagnes». Ce livre est un aveu des politiques d’assimilation infligées aux jeunes femmes et aux enfants kurdes qui ont été enlevées de force à leurs familles ou ceux dont les familles ont été tuées lors de massacre et élevés comme des Turques sunnites dans des internats étatiques. Bien que certains d’entre eux aient ensuite retrouvé leur famille, la plupart d’entre eux étaient profondément assimilés et avaient oublié leur langue et leur identité.

Ces politiques ont eu un effet décisif sur le fait que le dialecte kurde de dimilkî (zazakî ou encore kirmanckî), largement utilisé par les Kurdes du Dersim, est aujourd’hui une langue en danger. Les pratiques les plus sévères du gouvernement turc ont émergé avec l’interdiction de la langue kurde, et ces pratiques ont surtout touché les femmes. Initialement, en raison des traditions féodales, les femmes n’avaient pas la possibilité d’aller à l’école, tandis que les hommes kurdes étaient obligés d’apprendre le turc à l’école et le service militaire auquel ils étaient contraints.

L’enseignement forcé du turc a causé un traumatisme durable aux enfants kurdes. Chaque enfant kurde qui a commencé l’école primaire et ne parlait pas turc a été battu et insulté parce qu’il parlait kurde, et pendant des années a dû lire des serments racistes dans les écoles chaque matin en disant « Je suis fier d’être un Turc… Je veux sacrifier mon existence pour le existence turque. Les enseignants ont été autorisés ou même encouragés à punir violemment les élèves de langue kurde, à avertir leurs familles, voire à les expulser de l’école.

Les politiques de l’État turc ont produit des films, des photographies et des livres qui se moquaient de la langue et de la culture kurdes. Ce sont des tentatives pour transformer l’identité kurde en symboles d’ignorance, d’analphabétisme et de retard. Cette situation a endommagé la relation des enfants avec leurs mères, qui représentaient leur existence kurde avec leurs vêtements, leur langue et leur mode de vie. Les enfants ont été amenés à se sentir embarrassés ou même honteux. L’interdiction de la langue maternelle a conduit à une humiliation constante des femmes dans les lieux officiels et les hôpitaux.

Malgré une telle répression, les Kurdes ont mis en place de nombreuses organisations et institutions pour protéger la langue et la culture kurdes. Pour accéder à la liberté, la résistance populaire s’est poursuivie sans interruption. La résistance armée développée par le PKK sous la direction d’Abdullah Öcalan a été efficace pour repousser les politiques racistes. La résistance qui a commencé au Kurdistan du Nord (Bakur) s’est progressivement étendue aux quatre parties du Kurdistan. Parallèlement à la lutte de libération nationale depuis les années 1990, la perspective que « la révolution du Kurdistan est une révolution des femmes » a été développée.

Les femmes qui participent à la lutte pour la liberté au Kurdistan mènent une lutte efficace en formant des organisations d’autodéfense et des organisations politico-sociales contre les politiques racistes. Une nouvelle conscience a été créée pour lutter contre les politiques d’assimilation, valorisant l’utilisation de la langue maternelle, des vêtements traditionnels et des symboles de la culture kurde. Les femmes ont transformé des événements publics comme les marches du 8 mars, les célébrations du Newroz, les conférences et les manifestations en événements de résistance culturelle en participant avec leurs vêtements et leurs couleurs traditionnels.

Les femmes kurdes se sont organisées dans tous les domaines de la vie, des universités, usines, villages, quartiers et parlements municipaux, au domaine de la culture, des arts et des académies. Les mères des guérilleros martyrs se sont organisées au sein de l’Initiative des mères de la paix et travaillent depuis 21 ans pour une solution pacifique à la cause kurde. Les familles des combattants de la liberté et des prisonniers politiques ont également lutté et organisé pour soutenir la lutte de leurs enfants. De plus, les femmes kurdes ont créé des plates-formes conjointes pour lutter avec les féministes, les socialistes, les démocrates, les anarchistes et les écologistes turcs. Ils se sont réunis pour une solution pacifique à la question kurde et contre les politiques racistes et sexistes.

Contre cette résistance et cette organisation, les attaques de l’État turc contre les femmes sont devenues de plus en plus intenses. Les attaques les plus dures contre les femmes et le mouvement des femmes se sont développées pendant le règne d’Erdogan. Des femmes parlementaires et co-maires ont été arrêtées, les institutions pour femmes ont été interdites. Des milliers de militantes du mouvement de libération des femmes sont désormais emprisonnées.

 

De l’ignorance à la révolution: Le Rojava

Le Kurdistan de Rojava a été détenu sous le régime du régime Baas qui a représenté le nationalisme arabo-alaoui pendant des années. Dans sa politique envers les Kurdes, la « République arabe syrienne » a affirmé que les Kurdes étaient des migrants arrivés sur ces terres bien plus tard. Afin de changer la démographie de la région kurde, avec leur projet intitulé la  ceinture arabe , dans les années 1970, des familles arabes se sont installées dans des villages des régions kurdes. Une grande partie de la population kurde a vu son statut de citoyenneté révoqué et a été appelée  ecnebi  (étranger) ou  mektum  (fugitif).

Sans papiers, les Kurdes n’avaient aucun droit de citoyenneté et ne pouvaient pas bénéficier des services publics. Ils ont été dépossédés de la possibilité d’aller à l’école, de trouver un emploi ou de posséder une propriété. Néanmoins, les Kurdes étaient toujours contraints d’effectuer sept ans de service militaire pour l’État. À différentes périodes, certains révolutionnaires et intellectuels kurdes tels que Nuri Dersimi, Celadet Bedirxan et Abdullah Öcalan sont venus au Rojava pour éviter la persécution de l’État turc et poursuivre leur lutte pour la libération et l’unité du Kurdistan et du peuple kurde. À chaque période, les habitants du Rojava ont soutenu et participé aux luttes dans d’autres parties du Kurdistan.

Anticipant le coup d’État militaire fasciste de 1980 en Turquie, Abdullah Ocalan est arrivé en Syrie avec des membres du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) nouvellement fondé. Pendant des années, le Rojava a été un terrain pour les travaux éducatifs et organisationnels du Mouvement pour la liberté du Kurdistan. La société, les milices, les sympathisants et les comités populaires du Rojava ont 40 ans d’histoire de lutte. Depuis le début, la participation des femmes a été très forte. Les femmes ont essayé de résoudre leurs problèmes sociaux en rejoignant les rangs de la guérilla ou en créant des comités.

Clandestinement, les femmes organisaient chez elles des œuvres culturelles, une éducation politique et des cours de langue kurde. En travaillant de manière communautaire, les femmes ont joué un rôle actif dans la sensibilisation, l’organisation des ressources matérielles à l’appui de la lutte et la création d’une solidarité sociale. Les familles ont même encouragé leurs enfants à rejoindre les forces de guérilla. A partir des années 1980, de nombreuses femmes du Rojava ont rejoint la guérilla et sont devenues des martyres de la lutte. En 2005, la première organisation féminine autonome a été créée sous le nom de Yekitiya-Star. Avec la révolution du Rojava, il a commencé à s’organiser à plus grande échelle et a changé son nom en Kongra Star.

Avec les soulèvements et les rébellions populaires au Moyen-Orient à partir de 2011, la révolution du Rojava a réussi à établir des structures d’auto-administration populaire basées sur la démocratie radicale, l’écologie et la liberté des femmes. Le rôle des femmes a été décisif dans la réalisation de l’autonomie démocratique au Rojava. La résistance armée qui s’est développée sous la direction des Unités de défense des femmes (YPJ) contre les gangs de l’Etat islamique à la fois au Rojava et à Shengal en 2014 a eu un impact mondial. Grâce à leur volonté organisée, les femmes ont obtenu une représentation égale et la mise en place d’un système de coprésidence dans la sphère politique et dans toutes les institutions.

Les femmes kurdes ont créé des organisations autonomes dans tous les domaines de la vie : des unités de défense aux organisations civiles, en passant par les conseils culturels et artistiques, les institutions économiques communales et même le conseil de justice des femmes. De nombreuses décisions principales concernant les femmes ne peuvent être prises que par les femmes elles-mêmes. Les crimes contre les femmes sont traités conformément aux lois sur les femmes qui ont été initiées par le mouvement des femmes et ont été approuvées par l’assemblée constitutionnelle de l’autonomie démocratique. Parallèlement à cela, des conseils communs ont été établis avec des peuples arabes, syriaques, arméniens, circassiens, tchétchènes et turkmènes ainsi qu’avec des personnes de croyances yézidie, chrétienne et musulmane. Les femmes ainsi que les personnes de tous les groupes nationaux, religieux et sociaux ont la garantie de participer à ce système grâce à leur propre auto-organisation.

 

La guerre pour l’existence au Kurdistan du Sud (Başur) entre le nationalisme sunnite-arabe et le nationalisme micro-kurde

L’État irakien, qui a été construit sur la base du nationalisme sunnite-arabe, n’a cessé de perpétrer des massacres de Kurdes dans la géographie du Kurdistan. On estime que plus de 200 000 personnes ont été assassinées, des milliers de villages incendiés et plus d’un million de Kurdes déplacés sous le régime de Saddam Husseyin. Des milliers de femmes kurdes ont été harcelées, violées ou vendues aux pays arabes. Le plus horrible de ces massacres a eu lieu à Halabja, au Kurdistan du Sud, du 16 mars 1988 à 1989. L’attaque chimique impliquait l’utilisation de gaz moutarde et sarin et a tué plus de 5000 personnes, dont la majorité étaient des femmes et des enfants. Environ 10 000 personnes ont été blessées. L’impact des armes chimiques a provoqué la propagation de nombreuses maladies aux générations futures.

Le Kurdistan du Sud a une longue histoire de luttes de résistance. Les femmes peshmergas ont également joué un rôle dans cette résistance, malgré leur nombre limité et leurs positions moins actives. Leyla Qasim, féministe et activiste des droits des Kurdes, est devenue un symbole par sa résistance en tant que femme kurde et a été exécutée par Saddam. Margaret Shello (nom de guerre Margaret George Malik), une autre femme peshmerga d’origine assyrienne dont le meurtre n’a toujours pas été élucidé.

Après une longue lutte, les Kurdes ont gagné leur autonomie avec la défaite du régime fasciste du Baas. Cependant, avec la politique impérialiste des États-Unis, la région du Kurdistan a été occupée d’une manière différente. En raison des politiques qui favorisent la diffusion du mode de vie et de la culture capitalistes dans la région, il y a une immigration continue vers l’Europe. Avec l’admiration de la culture européenne et américaine, les gens perçoivent leur propre langue et culture comme arriérées.

Sans protéger et développer une politique au profit de son peuple et du Kurdistan, le gouvernement régional du Kurdistan (dans lequel le PDK et l’UPK sont les forces décisives) a fait des concessions à l’Iran et à la Turquie. Au lieu des besoins de la société, ce sont les gains personnels et familiaux qui déterminent leur politique. Ces politiques, que l’on peut appeler le micro-nationalisme d’une nation opprimée, créent un cercle vicieux en marchandant entre les puissances internationales qui contrôlent les Kurdes, permettant leur massacre.

De plus, l’attitude actuelle de l’administration envers les femmes reproduit le sexisme et renforce le système patriarcal. Le nombre de femmes massacrées par des « crimes d’honneur » ou « suicides » est très élevé. Bien qu’il existe de nombreuses organisations de femmes de type ONG, comme dans d’autres parties du monde, elles visent à atténuer les réactions et à lutter contre le système patriarcal dans une perspective eurocentrique de solutions libérales. Le mouvement de libération des femmes du Kurdistan à Başur doit lutter contre les approches impérialistes et eurocentriques, contre la domination des États colonialistes sur le Kurdistan ainsi que contre l’administration kurde dominant la région. Les femmes jouent un rôle de premier plan dans les œuvres pour « l’unité nationale » en reliant des éléments de conscience politique, sociale, culturelle, économique et d’autodéfense et en organisant les quatre parties du Kurdistan.

Shengal, l’ancien sanctuaire sacré des Yézidis, a une signification spécifique dans le cadre du Başur (Kurdistan du Sud) ainsi qu’en raison de la mise en œuvre de politiques racistes spécifiques envers les Kurdes yézidis par le régime irakien. Le peuple yézidi, qui a subi le 74e génocide yézidi commis par l’EI, a été constamment exposé à des attitudes racistes parce qu’il est à la fois kurde et yézidis. Semblable aux chasses aux sorcières de l’Europe médiévale, les Yézidis ont été la cible de groupes fondamentalistes islamiques dirigés par les gouvernements des États. Les Yézidis ont été constamment ciblés par la propagande les accusant d’ « adorer le diable », en déformant la croyance des Yézidis selon laquelle Dieu et les anges ne peuvent pas être mauvais et que le mal est lié aux humains. Essentiellement, les Êzdîs (Yêzidis) sont la cellule souche de la culture et de l’existence kurdes.

Leur système de croyance est basé sur l’adoration de la nature. En ce sens, nous pouvons la considérer comme une continuation de la culture de la déesse néolithique. Cependant, en raison des nombreux massacres dont ils ont été témoins, ils sont devenus de plus en plus introvertis, créant même des systèmes de castes basés sur l’autoprotection. Pendant le règne de Saddam, de nombreux Ezidis ont été expulsés de leurs villages et réinstallés de force dans les villes. Par la présente, ils ont été détachés de leurs montagnes sacrées et se sont installés dans les plaines. Après 2003, la zone de Shengal a été placée sous la protection des forces peshmergas de l’administration régionale du Kurdistan.

Lorsque les attaques génocidaires de l’Etat islamique ont commencé à Shengal le 2 août 2014, les forces peshmergas du KDP chargées de protéger la zone se sont échappées et ont laissé sa population vulnérable au massacre. En conséquence, près de 7 000 femmes et enfants ont été enlevés, des milliers ont été tués et des milliers d’autres ont été déplacés ou ont migré. Seule l’intervention des forces de guérilla HPG et YJA-Star des montagnes du Kurdistan ainsi que les Forces de défense du peuple et des femmes YPG et YPJ du Rojava ont pu empêcher de nouveaux massacres. Plus de 150 guérilleros qui se sont battus pour sauver les réfugiés ézidis dans les montagnes du Shengal sont tombés en martyrs dans cette bataille contre l’Etat islamique. Après la défaite de l’Etat islamique à Shengal, le peuple de Shengal a commencé à s’organiser sur la base de l’autonomie démocratique.

Pour la première fois, les femmes yêzidies ont créé leurs propres forces de défense, des conseils de femmes et de nombreuses autres institutions pour femmes. L’histoire d’une femme que l’Etat islamique a kidnappée et vendue comme esclave sur les marchés de Raqqa était frappante. Cette jeune femme a réussi à échapper à l’esclavage et a rejoint les YJŞ (Unités des femmes de Shengal) et a participé à la bataille pour la libération de Raqqa, la soi-disant capitale de l’Etat islamique. Elle est revenue déposer un drapeau sur la place du marché où elle a été vendue comme prisonnière. Mais au moment où nous écrivons cet article, la Turquie et l’Irak, ainsi que le PDK et les États-Unis, négocient une réponse et prévoient de modifier l’autonomie de Shengal. Néanmoins, avec la résistance menée par les femmes, le peuple de Shengal continuera sa lutte pour l’autonomie.

 

Rojhilat: un lieu de résistance contre les ténèbres du régime des mollahs

Dans la République islamique d’Iran, qui a été fondée sur le nationalisme chiite-perse ainsi que sur les gouvernements iraniens précédents, les Kurdes n’étaient pas reconnus comme leur propre peuple, mais plutôt comme une « branche du peuple persan ». Ainsi, le régime iranien n’a pas reconnu la langue, la culture ou les droits politiques kurdes. Pourtant, cette région contient les éléments les plus riches de la culture kurde, y compris l’art et la littérature, où les femmes ont un rôle important. Bon nombre des riches exemples de musique kurde proviennent des régions du Rojhilat. L’authenticité en termes de croyance et de diversité linguistique a été préservée et les motifs de la foi zoroastrienne sont bien vivants.

L’organisation et la résistance des Kurdes dans cette région ont également une longue histoire. Cependant, l’État iranien, avec ses complots, ses infiltrations et ses assassinats, a rendu inefficace la résistance de ces organisations. Après l’expérience de la République kurde de Mahabad avec une histoire courte, et avec l’exécution de son chef Qazi Muhammed / Muhammad, un mouvement de résistance efficace n’a pas pu être développé. Pourtant, des organisations de résistance armée telles que le marxiste Komala ont été créées et les femmes ont pris une part active dans ces organisations. Cependant, la plupart de ces organisations sont devenues inefficaces en raison des politiques de l’État iranien ou ont été éliminées par diverses méthodes.

Surtout après le complot international contre Abdullah Öcalan en 1999, un nombre important de Kurdes de cette région ont rejoint la lutte pour la liberté du Kurdistan. Plus d’un millier de jeunes hommes et femmes ont rejoint l’armée de guérilla et des mesures globales ont été prises. Les femmes kurdes du Rojhilat ont également créé leurs organisations autonomes à partir de 2004, tant dans les forces armées d’autodéfense que dans la sphère sociale. Les tactiques d’arrestation et d’exécution de l’État iranien n’ont pas réussi à briser la volonté de cette organisation. Şirin Elemhuli [Shirin Alam-Houli, surnommée la fleure de la résistance du Kurdistan d’ « Iran »], qui dirigeait cette résistance, a été exécutée le 9 mai 2010, avec quatre de ses camarades. De nombreuses personnes sont encore menacées d’exécution dans les prisons iraniennes. L’une d’elles est Zeynep Celaliyan [Zeynab Jalalian]. Diverses campagnes internationales ont été menées pour la libération de Zeynep Celaliyan, qui a été constamment torturée parce qu’elle ne s’est pas rendue. Son exécution n’a été retardée qu’en raison d’actions publiques. Les femmes kurdes du Rojhilat poursuivent leur lutte de manière multiforme. Ils utilisent efficacement les médias sociaux, sensibilisent à travers les médias et poursuivent leur travail malgré la menace d’exécution dans les conditions les plus difficiles.

Zozan Sima, de l’Académie de la Jineolojî

 

*Tout en donnant des conseils à Sıdıka Avar, Atatürk lui aurait déclaré; « Savez-vous pourquoi les gens de l’Est sont pauvres et ignorants ? La seule raison est qu’ils ne connaissent pas le turc. S’ils apprennent le turc, le problème disparaîtra aussi… »

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici