Irak: Les réfugiés kurdes d’Iran inquiets suite à l’assassinat d’un militant

0
226
IRAK / KURDISTAN DU SUD – Les Kurdes d’Iran réfugiés au Kurdistan d’Irak disent êtres inquiets suite au meurtre d’un militant qui avait été menacé par des services de sécurité iraniens.
 
L’épouse d’un militant kurde iranien assassiné dans le nord de l’Irak mi-juillet a déclaré que sa vie était menacée, car les assassins de son mari n’ont pas encore été jugés.
 
« Ma propre vie est gravement menacée et je suis sans défense. J’appelle les autorités kurdes à mettre un terme au meurtre de militants kurdes d’Iran», a déclaré à Middle East Eye Zoleykha Nasseri, veuve du militant assassiné Behrouz Rahimi.
 
Rahimi a été tué dans le quartier de Zhaleh, dans la banlieue de la ville de Sulaimaniyah, près de son lieu de travail, le 14 juillet. CCTV enregistre le moment où une voiture BMW aux vitres teintées et sans plaque d’immatriculation suit et tend une embuscade au militant, avec un nombre inconnu de tueurs lui tirant dessus depuis la voiture.
 
Rahimi a été transporté à l’hôpital mais a souffert d’hémorragies graves et a décédé.
 
L’épouse de Nasseri a déclaré que des agents du renseignement iranien les avaient auparavant menacés tous les deux.
 
Rahimi fait partie des centaines de Kurdes d’Iran (Rojhilat) tués depuis 1991 au Kurdistan irakien, où ils ont cherché refuge contre la répression iranienne.
 
Près de 10 millions de Kurdes, soit environ 10 % de la population iranienne, vivent au Kurdistan d’Iran, dans l’ouest de l’Iran, le long des frontières avec l’Irak et la Turquie.
 
Pendant des décennies, ils ont été privés de leurs droits politiques et culturels. Depuis la révolution islamique de 1979, les gouvernements iraniens successifs ont réprimé les Kurdes d’une main de fer, provoquant une lutte armée pour obtenir l’autonomie au sein de l’Iran. Des milliers de Kurdes ont fui vers la région kurde irakienne voisine.
 
Rahimi, également connu sous le nom de Rebin, est né en 1973 dans la ville kurde de Sanandaj, à l’est de l’Iran. Rahimi et sa veuve, qui travaillaient comme militants civils et écologistes, ont été forcés de fuir leur ville natale en 2012 alors que les services de renseignement iraniens les poursuivaient, a déclaré Nasseri. Ils se sont enregistrés en tant que réfugiés auprès du Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) à Erbil, la capitale du Kurdistan irakien, et ont été reconnus comme demandeurs d’asile politique.
 
Menacés de mort par les services iraniens
 
Nasseri a déclaré qu’avant la mort de son mari, il avait refusé les demandes des agences de sécurité iraniennes de collaborer avec elles.
 
« Le ministère iranien du renseignement avait demandé à mon mari de coopérer avec eux, mais il a refusé. Ils ont ensuite menacé de le tuer s’il refusait de coopérer », a déclaré Nasseri à MEE.
 
Elle a ajouté que son défunt mari était un partisan du groupe militant kurde de gauche anti-iranien, le Parti de la vie libre du Kurdistan (PJAK), qui avait auparavant minimisé les menaces iraniennes.
 
« Les camarades du PJAK nous ont assurés et ont décrit les menaces comme de la ‘simple propagande iranienne’, nous n’avons donc pas pris les menaces au sérieux », a-t-elle déclaré.
 
Elle a déclaré avoir témoigné devant les forces de sécurité du gouvernement régional du Kurdistan (KRG) qui enquêtent sur le meurtre de son mari. Cependant, elle ne sait pas si quelqu’un a été arrêté.
 
« J’appelle les forces de sécurité à agir de manière responsable, à trouver les auteurs et à les traduire en justice », a-t-elle déclaré à MEE.
 
« Je suis sûre qu’ils peuvent tout faire puisqu’il y avait des caméras de vidéosurveillance sur le lieu du crime. Si les forces de sécurité n’agissent pas, je suis obligée de porter plainte auprès de la justice de la région », a-t-elle ajouté.
 
L’incident rappelle le meurtre d’Eghbal Moradi, un activiste kurde et père du prisonnier politique exécuté Zanyar Moradi, qui a été assassiné par des tueurs inconnus le 17 juillet 2018 dans la ville frontalière de Panjwen.
 
L’année dernière, Mustafa Salimi, un Kurde d’Iran qui s’est évadé d’une prison en Iran et a demandé l’asile au Kurdistan d’Irak, aurait été remis par les forces de sécurité kurdes aux autorités iraniennes qui l’ont ensuite exécuté.
 
Le PJAK a déclaré dans un communiqué que l’Iran était à l’origine des « assassinats terroristes de Moradi et Rahimi ». Le parti a appelé les autorités de la région du Kurdistan « à prendre position contre les actes terroristes du régime d’occupation iranien et de leurs mercenaires kurdes et à traduire en justice les assassins de camarades kurdes ».
 
Le Centre Abdorrahman Boroumand pour les droits de l’homme en Iran (ABC), basé à Washington DC, a déclaré dans un communiqué que, dans ses recherches en cours, il a identifié plus de 540 Iraniens dont l’assassinat ou l’enlèvement réussi a été attribué à l’Iran.
 
Selon les recherches de l’ABC, la plupart des victimes ont été ciblées dans les pays voisins de l’Iran, en particulier au Kurdistan irakien dans les années 1990, où 329 personnes ont été tuées.
 
Mohammed Amini, un journaliste kurde iranien vivant à Sulaimaniyah, a déclaré à MEE qu’il avait également reçu de nombreuses menaces de mort.
 
« C’est une simple preuve que l’Iran continue de faire taire ses opposants à l’extérieur de ses frontières. En ciblant les militants et les journalistes kurdes, l’Iran vise à semer la terreur, à freiner et à limiter les impacts de ses opposants politiques », a-t-il déclaré.
 
Contacté par MEE, Sarkawt Ahmed, porte-parole de la police de Sulaimaniyah, a déclaré que le cas de Rahimi et les enquêtes sur le meurtre d’étrangers relevaient du mandat des agences de sécurité de Sulaimaniyah, et non de l’appareil policier.
 
MEE a contacté deux porte-parole de la sécurité de Sulaimaniyah, mais l’un n’était pas disponible et l’autre a refusé de commenter.
 
Selon la loi numéro 4 de 2011 adoptée par le Parlement du Kurdistan, les agences de sécurité sont des organes d’application de la loi liés au Conseil de sécurité de la région du Kurdistan, qui est supervisé par le président de la région du Kurdistan. Mais les deux principaux partis au pouvoir kurdes, l’Union patriotique du Kurdistan (UPK) et le Parti démocratique du Kurdistan (PDK) dirigent pratiquement leurs propres forces de sécurité sous leur contrôle.
 
Sulaimaniyah est sous le contrôle du PUK, tandis qu’Erbil et Duhok sont contrôlés par le KDP.
 
Le fait que les agences de sécurité et de renseignement à Sulaimaniyah soient gérées par l’UPK, actuellement préoccupée par une rivalité familiale entre ses dirigeants, pourrait compliquer toute enquête sur les assassinats politiques dans la région, car Téhéran pourrait user de son influence sur les parties en conflit.
 
Les services de sécurité accusés de silence
 
Le fondateur de l’ONG Kurdistan Human Rights Network (KHRN), basé à Paris, Rebin Rahmani, a déclaré à MEE qu’ « il est trop tôt pour identifier qui a commis le crime » au sujet du meurtre de Behrouz Rahimi. Son organisation s’attend à ce que les agences de sécurité de Sulaimaniyah enquêtent sur l’affaire et annoncent le résultat au public.
 
« Le silence des agences de sécurité sur ces cas d’assassinats a suscité de réelles inquiétudes selon lesquelles les militants kurdes risquent de plus en plus d’être assassinés. Le gouvernement fédéral irakien et le KRG sont chargés de protéger les Kurdes iraniens qui se sont enregistrés comme demandeurs d’asile auprès du HCR. Le HCR est également négligent à cet égard. Personne n’assume la responsabilité envers les Kurdes d’Iran », a déclaré Rahmani.
Il a fait valoir que le silence de la communauté internationale envers les violations des droits de l’homme commises par l’Iran, localement ou à l’étranger, « a encouragé les agences de sécurité iraniennes à cibler les opposants au régime partout dans le monde ».
 
Commentant cette accusation, Firas al-Khateeb, un porte-parole du HCR, a déclaré à MEE que « la sûreté et la sécurité des citoyens et des réfugiés ainsi que des résidents de tout pays est celle du gouvernement hôte. S’il y a des atteintes à la sécurité ou des problèmes de protection à ce niveau, alors il serait pris avec le gouvernement au niveau du Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies pour l’Irak. »
 
Les Kurdes iraniens demandeurs d’asile politique en Irak qui attendent d’être réinstallés dans un pays tiers se sont souvent plaints de la longue procédure d’asile de l’ONU, affirmant que cela aggravait leurs mauvaises conditions de vie et prolongeait leur vide juridique pendant des années. Ils sont estimés à 30 000 personnes, aucun n’a été relocalisé dans un pays tiers depuis 2006 , a déclaré à MEE Arsalan Yar Ahmadi, membre du conseil d’administration de l’organisation Hengaw pour les droits humains au Kurdistan.
 
Un demandeur d’asile kurde iranien de 26 ans, Behaz Mahmoudi, s’est immolé le 18 mai devant le siège de l’ONU à Erbil pour protester contre le retard de son dossier. Il mourut plus tard de ses blessures.
 
L’immolation de Mahmoudi devant les caméras a déclenché une vague de critiques sur l’indifférence perçue des responsables de l’ONU envers la situation des réfugiés dans la région du Kurdistan.
 
Dana Taib Menmy pour Middle East Eye

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici