KURDISTAN. Lutte de pouvoir au sein de la famille Talabanî

0
493
KURDISTAN DU SUD – Une guerre fratricide déchire actuellement le clan kurde Talabanî à travers la lutte pour contrôler le parti UPK fondé par leur ancêtre Jalal Talabanî. En effet, Bafel Talabani a évincé son cousin Lahur Talabani de la direction de l’agence Zanyari, l’un des deux services de renseignement du Kurdistan d’Irak, et perquisitionné les médias pro-Lahur. C’est développements sont interprétés comme étant des tentatives de prise de contrôle du parti de l’Union Patriotique du Kurdistan (UPK) par Bafel Talabani.
 
Ci-dessous un résumé de la situation entre les deux cousins Talabanî réalisé par le journaliste Wladimir van Wilgenburg:

Mardi soir, les forces de sécurité de Sulaimani ont perquisitionné les médias affiliés à Lahur Sheikh Jangi Talabani (iPLUS, une télévision qui n’était pas encore en ondes) et à Zhyan News (un site d’information). Le raid était une confirmation claire des tensions entre Bafel Talabani et Lahur Talabani au sein de l’Union patriotique du Kurdistan (UPK) qui ont éclaté publiquement depuis jeudi dernier.

Esta media (affilié à Bafel Talabani) a cité un responsable anonyme de l’UPK selon lequel « toute chaîne ou média établi grâce à l’argent de l’UPK sera restitué à l’UPK ». Zhyan News, un média affilié à Lahur Talabani, a qualifié le raid de coup d’État contre Lahur Talabani. iPLUS lui-même a directement accusé Bafel Talabani et Qubad Talabani.

Jeudi dernier, les rumeurs se répandit que Bafel Talabani et son frère Qubad Talabani, le Premier ministre adjoint de la région du Kurdistan, essayaient de changer la tête de l’agence de renseignement de l’UPK et les unités de contre-terrorisme, a rapporté Rudaw (média proche du KDP). Il y avait également des rumeurs selon lesquelles le chef de l’agence de renseignement Zanyari Mohammed Tahseen et Ranj Sheikh Ali (Talabani) qui est le conseiller de Lahur à l’agence, auraient été brièvement arrêtés pour avoir défié l’ordre de changer les chefs de la sécurité de l’UPK. Les médias pro-Lahur ont qualifié l’incident de « coup doux ». Les rumeurs se sont confirmées dimanche lorsque les frères ont officiellement inauguré les deux nouveaux chefs à Sulaimani, a ajouté le rapport de Rudaw.

Esta (affiliée à Bafel Talabani) a confirmé que le vice-Premier ministre avait nommé Azhi Amin comme nouveau chef de l’agence de renseignement de l’UPK (agence d’information, Zanyari en kurde). De plus, les médias de l’UPK ont confirmé que Wahab Halabjayi avait été nommé à la tête du Groupe antiterroriste (CTG), une unité d’élite antiterroriste. Les chefs précédents, selon Rudaw, étaient étroitement liés à Lahur Talabany, y compris son frère Polad qui était à la tête de l’unité antiterroriste. Lahur Talabani est devenu coprésident de l’UPK en février 2020, avec son cousin Bafel Talabani, après des années de querelles au sein du parti pour savoir qui succéderait à feu Jalal Talabani, décédé en 2017. Le pouvoir de l’épouse de Talabani, Hero Talabani, a également diminué, certains affirmant qu’elle souffre de problèmes de santé. Lahur était le chef sortant des forces antiterroristes de l’UPK et le neveu de Jalal Talabani, qui a été président de l’Irak de 2005 à 2014. Bafel est le fils de l’ancien président. Il y a aussi des rumeurs selon lesquelles Bafel Talabani deviendra le seul président de l’UPK et sur les comptes de réseaux sociaux, Balf Talabani a changé ses profils Facebook et Twitter en «président de l’UPK». L’experte Megan Connelly, une boursière non-résidente à l’IRIS, a tweeté que « le style de confrontation de Lahur a été accueilli avec inquiétude et frustration par de nombreuses personnalités puissantes du bureau politique qui estiment que la nouvelle coprésidence a injustement empiété sur leur autonomie et leur autorité financières et politiques ». Par conséquent, Lahur pourrait avoir suscité la colère de hauts responsables de l’UPK tels que Kosrat Rasul Ali, Cheikh Jafaar, Mahmoud Zangawi, Ata Sarawi (qui a montré son soutien à Bafel) et Mala Bakhtiar, Mustafa Chawrash (dont certains ont leurs propres forces militaires au sein de la Peshmerga, ou sont des commandants supérieurs). Les médias pro-Lahur ont également accusé la Golden Force du Sheikh Jafaar d’être impliquée dans le raid de mardi.

Jusqu’à présent, on ne sait pas quelle est la position du Parti démocratique du Kurdistan (PDK) et comment cela affectera les relations KDP-UPK. Le porte-parole officiel du PDK, Mahmoud Muhammad, a qualifié cette question d’ « affaire interne des frères de l’Union patriotique du Kurdistan (UPK) ». Lahur Talabani a apparemment accusé le PDK et un pays régional [Turquie ?] pour le « coup d’État ».

Cependant, bien que le PDK ait accusé à la fois Lahur Talabani et Bafel Talabani de les avoir « trahis » lors des événements d’octobre 2017 après le référendum sur l’indépendance, lorsque les forces irakiennes et soutenues par l’Iran ont pris des territoires contestés, y compris Kirkouk aux forces peshmergas, Bafel Talabani en général a une meilleure relation avec le KDP. Par exemple, Bafel Talabani a pris la parole à l’Université du Kurdistan Hewler (UKH) en mai, où le président Nechirvan Barzani était également présent (l’université a été fondée par Nechirvan Barzani). De plus, Qubad Talabani, a toujours eu de meilleures relations avec le PDK que Lahur Talabani, travaillant comme député sous le premier Nechirvan Barzani, et maintenant le Premier ministre Masrour Barzani. Qubad Talabani aurait soutenu Bafel Talabani, son frère, dans le différend actuel avec Lahur Talabani. Par conséquent, le KDP pourrait favoriser le changement de pouvoir au sein d’ l’UPK. D’autant plus qu’il n’y avait eu aucune rencontre entre la direction du PDK et Lahur Talabani dans un passé récent. Cependant, Bafel Talabani avait dans le passé des positions similaires à celles de Lahur Talabani envers le PDK.

Le changement de pouvoir pourrait également affecter l’alliance Gorran-UPK pour les prochaines élections irakiennes prévues en octobre. A moins que Bafel Talabani ne poursuive l’alliance avec Gorran.

Cela pourrait également affecter l’avenir de la présidence irakienne après les élections irakiennes. En 2018, il y a eu une concurrence féroce entre le Barham Salih (qui a quitté son propre parti d’opposition qu’il a formé en 2017, la Coalition pour la démocratie et la justice, pour rejoindre l’UPK en 2018 pour devenir président irakien) et Fuad Hussein (soutenu par le PDK). Barham à l’époque était soutenupar Lahur et Bafel Talabani, bien que Hero Talabani s’y soit opposé. En fin de compte, Barham est devenu le président irakien. Il reste à voir si l’UPK continuera à soutenir le Barham Salih à l’avenir pour la présidence irakienne. Il est possible que le PDK propose un candidat alternatif pour Barham Salih à l’avenir (après les élections irakiennes), ou que l’UPK sous Bafel choisisse quelqu’un d’autre pour la présidence irakienne. On ne sait pas non plus si Barham Salih veut rester président irakien ou chercher un avenir différent, même s’il aimerait très probablement rester président irakien.

Il reste également à voir quel type d’effet la lutte pour le pouvoir aura sur les relations entre l’UPK et les Unités de protection du peuple (YPG). Lahur Talabani. Dans mon nouveau livre avec Michael Knights, nous avons écrit que le « CTG (sous Lahur Talabani) développait activement des communications avec les YPG depuis février 2014 ». (page 37). Le média de Lahur a également publié une vidéo sur les bonnes relations entre ses forces et le Rojava (YPG).

Quelle que soit l’issue du différend actuel, il est probable qu’il aura un effet sur la politique intra-kurde, irakienne et peut-être aussi sur la politique régionale.

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici