TURQUIE. Les femmes se battent pour le maintien de la Convention d’Istanbul

0
488
TURQUIE – En mars 2021, la Turquie s’est officiellement retirée de la Convention d’Istanbul qui oblige les pays signataires à promulguer des lois pour combattre efficacement les violences faites aux femmes au sein du foyer qui ne cessent d’augmenter en Turquie, y compris dans les régions kurdes du pays. Depuis, les femmes luttent avec acharnement pour que l’Etat revienne sur sa décision et applique enfin la Convention d’Istanbul.
 
Le retrait de la Turquie de la Convention d’Istanbul, ordonné par le président Erdogan, sera officiellement mis en œuvre le 1er juillet. La Convention n’était pas suffisamment mise en œuvre avant cela, les femmes continuent néanmoins à se battre pour sa préservation.
 
Malgré les vives protestations du mouvement des femmes et de larges pans de la société, la coalition au pouvoir de l’AKP et du MHP en Turquie se prépare à se retirer de la Convention d’Istanbul le 1er juillet. Le retrait sera considéré comme terminé trois mois après notification au Conseil de l’Europe. Ce délai expirera le 1er juillet. La Turquie deviendra ainsi le premier pays à se retirer de la Convention sur la protection des femmes. Les femmes continueront à descendre dans la rue en Turquie jusque-là.
 
Nupelda Çelik de l’Initiative de libération des femmes (Kadınların Kurtuluşu) a parlé à ANF des activités prévues du mouvement des femmes. Çelik a souligné le slogan central utilisé par le mouvement des femmes pour exiger le maintien de la convention : « La Convention d’Istanbul laisse vivre ». Cette phrase, a-t-elle dit, souligne le fait que la Convention protège la vie des femmes, des enfants et des LGBTI+. Il est conçu pour fournir des garanties contre la violence et pour punir les actes de violence », a-t-elle déclaré. Des millions de femmes et LGBTI+ sont descendues dans la rue depuis le début du processus de retrait.
 
Le 12 juin, une manifestation de femmes à vélo est prévue dans le quartier Kadiköy d’Istanbul. Le 19 juin, un rassemblement d’une large alliance de femmes doit se tenir à Bakirköy. « Jusqu’au 1er juillet, nous exprimerons les raisons pour lesquelles la décision de retrait doit être retirée. Les femmes descendront également dans la rue le 1er juillet pour protester », a déclaré Nupelda Çelik.
 
Cependant, l’activiste a également souligné que la Convention d’Istanbul n’avait pas été mise en œuvre en Turquie avant même la déclaration de retrait. « Ce n’était pas une convention qui était effectivement appliquée. Avant la décision de retrait, nous exigions sa mise en œuvre. Maintenant, nous exigeons la préservation de la Convention d’Istanbul et sa mise en œuvre pratique », a ajouté Çelik.
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici