Ces Kurdes tués ou agressés en Turquie pour avoir parlé leur langue maternelle

0
889
Nous sommes en 2021 et les millions de Kurdes sont encore interdits de parler leur langue sur leurs terres, que ce soit en Turquie ou en Iran. Certains d’entre eux ont été été agressés ou tués en Turquie pour avoir parlé en kurde ou écouté de la musique kurde…
 
Ces interdits et crimes visant la langue kurde s’appellent le génocide linguistique dont la Turquie se rend coupable.Mais étant donné tous les crimes de guerre et crimes contre l’humanité que la Turquie commet contre les Kurdes depuis plus d’un siècle, disons que la Turquie n’est à un crime près et faisons un état des lieu de la langue kurde en Turquie à l’heure actuelle à travers le témoignage du militant kurde Mirza Roni.
 

La pression exercée sur les Kurdes en Turquie pour qu’ils ne parlent pas leur propre langue reflète une intolérance générale envers la population kurde, a déclaré la coprésidente de l’Association de la langue et de la culture de Birca Belek, Mirza Roni.

S’adressant à l’agence de presse Mezopotamya (MA), Roni a déclaré que cinq personnes avaient été tuées en Turquie au cours des sept dernières années pour avoir parlé kurde. Il a ajouté que les autorités étaient restées silencieuses sur les crimes de haine visant les Kurdes.

Selon Roni, en 2015, A.Ö, 11 ans, avait été battu puis expulsé de l’école dans l’est de la province d’Erzurum parce qu’il parlait le kurde. Un an plus tard, une autre étudiante, Pınar Çetinkaya, a été expulsée de son dortoir pour avoir parlé kurde avec sa famille au téléphone. La direction du dortoir a affirmé qu’elle avait des liens avec des organisations kurdes illégales.

Bedriye Yaşlı, 71 ans, et son mari ont été battus dans un hôpital par le visiteur d’un autre patient pour s’être entretenu en kurde en 2019.

«La population kurde est opprimée parce qu’elle parle sa langue. Non seulement des gens ont été tués, mais des magazines, journaux, agences de presse et chaînes de télévision kurdes ont été fermés», a déclaré Roni.

Selon Roni, la politique du gouvernement décourageant l’utilisation du kurde est embarrassante. Bien que les associations kurdes aient travaillé dur pour préserver leur langue et leur culture, leurs activités sont constamment menacées d’être interdites, a-t-il déclaré.

Les autorités ont de plus en plus restreint l’utilisation du kurde ces dernières années. L’administration locale nommée par le gouvernement a supprimé les panneaux de signalisation bilingues turco-kurdes dans la ville à majorité kurde de Diyarbakır, dans le sud-est de la Turquie, en 2018. La même administration a fermé une bibliothèque audio en langue kurde pour les enfants handicapés.

Les crimes haineux contre les Kurdes ont augmenté en Turquie ces derniers temps. En octobre dernier, un ouvrier agricole saisonnier kurde, Şirin Tosun (19 ans) a été  abattu  à Sakarya pour avoir parlé à ses amis en kurde.

Seize ouvriers agricoles saisonniers kurdes ont été attaqués le 4 septembre 2020 par un propriétaire de ferme et un groupe de villageois dans la province de Sakarya, au nord-ouest de la Turquie, lors d’un incident qui semble avoir été causé par un sentiment anti-kurde.

Dans  un autre crime de haine, le père et le fils Kadir Sakçı (43 ans) et Burhan Sakçı (16 ans) ont été attaqués par une foule, toujours à Sakarya, pour s’être entretenus en kurde. Kadir Sakçı est décédé des suites de ses blessures et Burhan a été hospitalisé pendant une longue période.

Les interdictions contre l’utilisation du kurde en Turquie remontent à plusieurs années. La langue, les vêtements, le folklore et les noms kurdes sont interdits depuis 1937. Les mots «Kurde» et «Kurdistan» font partie de ceux officiellement interdits. Après un coup d’État militaire en 1980, parler le kurde était officiellement interdit, même dans la vie privée.

Via le site SCF

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici