PRESSE. Les médias kurdes entre progrès et défis

0
131
Le premier journal en langue kurde, « Kurdistan » a été publié le 22 avril 1898 au Caire par les frères Mikdad et Ebdulrehman Bedir Xan. Ce jour-là, les premières graines de la presse kurde ont été semées. En 1973, le 22 avril a été déclaré La journée de la presse kurde.
 
A l’occasion de la journée du journalisme kurde du 22 avril, l’agence de presse ANHA nous rapporte la situation actuelle des médias kurdes sous le titre de « Médias kurdes entre progrès et défis ».
 
Depuis le lancement de la presse kurde à la fin du XIXe siècle, la poursuite de ce secteur s’est poursuivie jusqu’à nos jours. Cependant, cette marche ne sera pas facile, d’autant plus que le peuple kurde est toujours sous occupation. Le processus de presse kurde est confronté à de nombreux problèmes internes et externes.
 
Au milieu de la troisième guerre mondiale, dont le centre actuel est le Moyen-Orient, dont le cœur est le territoire de la Mésopotamie (Kurdistan), le secteur des médias est très important dans cette guerre.
 
Dans cette guerre, les puissances occupantes qui occupent le territoire du Kurdistan, en particulier les États turc et iranien, mènent une guerre spéciale qui se poursuit à travers les médias contre le peuple kurde. Il s’agit d’une guerre visant à l’anéantissement culturel et à l’élimination de l’identité kurde. Des centaines de chaînes de télévision, d’agences de presse, de stations de radio, de journaux et, plus récemment, de médias sociaux travaillent 24 heures sur 24 à maintenir le peuple kurde hors de sa réalité.
 
Grâce à ces outils, ils cherchent à consolider l’idée que les Kurdes n’ont pas d’appartenance à une patrie, et qu’ils ne sont qu’un territoire sans histoire et sans culture millénaire. Avec le développement technologique, les ennemis du peuple kurde ne pouvaient plus cibler directement les Kurdes, ils ont donc eu recours aux médias comme arme principale de cette sale guerre.
 
Parallèlement aux efforts mondiaux visant à rediviser et à réorganiser la région, le peuple kurde a été exposé comme luttant contre les forces autoritaires, défendant ses droits et cherchant à construire un système démocratique. En retour, les ennemis du peuple kurde cherchent à faire taire la voix du peuple kurde à travers les médias et les politiques de guerre spéciales, et à limiter la portée de leurs voix et de leur lutte contre le terrorisme auprès de l’opinion publique mondiale.
 
À l’occasion de l’anniversaire de la Journée de la presse kurde du 22 avril, il est temps pour les Kurdes de se demander dans quelle mesure ils peuvent contrer la guerre spéciale de l’information et les manœuvres des forces d’occupation et du colonialisme.
 
Il convient de noter que le premier journal kurde a été publié par Miqdad Medhat Badrakhan, le 22 avril 1898, dans la capitale égyptienne du Caire. Ce journal est devenu le ferment de la croissance du journalisme kurde en général. En 1973, dans le sud du Kurdistan, le 22 avril a été déclaré Journée de la presse kurde.
 
L’importance des médias pour le peuple kurde
 
Au XXIe siècle, les médias sont de plus en plus importants pour tous les peuples, en particulier pour le peuple kurde. Les médias sont une école ou une académie à travers laquelle le peuple kurde peut établir une entité dans le monde. Aujourd’hui, les médias sont devenus une partie intégrante de nos vies, d’une certaine manière pour le peuple kurde.
 
Bien que le peuple kurde ait précédé de nombreux peuples du Moyen-Orient dans leurs premiers pas vers l’information, il n’a pas été en mesure de porter les médias à un niveau qui lui permette de répondre aux attaques dont il fait l’objet. Cela est dû principalement à la fragmentation politique de la réalité kurde et à l’absence d’unité nationale au niveau du Kurdistan.
 
Le secteur des médias est influencé par la manière dont les forces politiques s’engagent avec les médias
 
Ancien centre kurde d’études et d’information dans l’espace de MED TV, ROJ TV, et RONAHÎ TV, Nawaf Khalil a parlé de l’impact négatif de la fragmentation politique sur les médias kurdes : « Nous parlons d’un pays divisé en quatre parties, et de personnes vivant sous la répression et la persécution dans quatre pays. Il était donc tout à fait naturel que les médias soient affectés par la situation de fragmentation, et à mon avis, c’est une influence négative. Il y a un impact direct sur la façon dont chaque force politique abuse des médias. Par exemple, l’espace MED TV, bien que proche du Mouvement pour la liberté du Kurdistan, a eu un impact positif sur le Kurdistan en général. A travers la chaîne kurde, le citoyen kurde avait écouté pour la première fois d’autres dialectes kurdes. »
 
Khalil a noté en parlant de la réalité des médias kurdes, ne doit pas oublier que les Kurdes vivent dans un état de révolution et de lutte permanente pour la liberté et la réalisation de leurs droits légitimes.
 
Avec la publication du premier numéro du journal Serxwebûn en 1982, la marche des médias libres a été lancée dans toutes les régions du Kurdistan. Les médias libres se sont d’abord développés en Europe et au nord du Kurdistan, et après la révolution du 19 juillet, cette marche s’est étendue au Rojava et au sud du Kurdistan.
 
Bien que les médias libres et alternatifs aient fait des progrès historiques significatifs et précieux dans le cours des médias kurdes, mais en raison de la fragmentation et de l’occupation, ainsi que de la répression et des pressions auxquelles sont confrontés les journalistes, ils en sont arrivés au point de tuer des journalistes, en particulier dans le nord du Kurdistan.
 
Répondant à la question de savoir si les médias kurdes libres ont réussi à devenir un média national, Nawaf Khalil a déclaré : « L’information est une institution indépendante. Je peux dire que l’espace MED TV a joué un rôle important dans la consolidation du discours national, la convergence des Kurdes vers la langue, le nationalisme et tous les autres niveaux. Il en était de même pour ROJ TV. Malheureusement, après l’émergence de chaînes kurdes directement fidèles aux partis politiques, chaque organisation médiatique a dérivé vers une certaine direction intellectuelle et politique. »
 
Les partis kurdes et les intérêts des partis kurdes ont également empêché l’émergence de médias nationaux kurdes, capables de communiquer la voix et la couleur du peuple kurde au monde entier. et l’absence d’une organisation médiatique unifiée et indépendante dans les quatre parties du Kurdistan. Comme dans le cas des Arabes, où l’Union générale des journalistes arabes existe.
 
Les médias kurdes doivent adopter une stratégie unifiée
 
À propos du travail commun des organisations médiatiques kurdes, Khalil a déclaré : « Il est important et urgent que les médias kurdes concentrent leur attention sur les questions communes du nationalisme kurde. Mais ce qui apparaît aujourd’hui, c’est qu’au lieu de convergence et d’action commune, il y a divergence et discorde. Surtout en ce qui concerne l’utilisation des réseaux sociaux, où ils sont davantage utilisés par la société. Les chaînes de télévision, les stations de radio, les agences de presse et les réseaux sociaux doivent adopter une stratégie unifiée. Une stratégie qui épouse la cause d’un peuple sous occupation et menace, un peuple qui continue à se battre pour la liberté. Ce doit être la première chose à faire. »
 
D’autre part, ces dernières années, les réseaux de médias sociaux ont émergé comme des médias importants, et les médias kurdes sont également faibles à cet égard. C’est-à-dire qu’ils n’ont pas réussi à répondre à ces variables. Bien que les chaînes de télévision, les agences et les journaux imprimés restent importants, mais en réalité, la société actuelle est directement affectée par les réseaux de médias sociaux tels que Facebook, Twitter et autres.
 
Le nombre de Kurdes qui mènent une guerre spéciale à travers les réseaux sociaux, dans le but d’influencer la société kurde et de saper la confiance des Kurdes dans leur pouvoir. En tant qu’ennemis du peuple kurde, l’État turc, notamment, fait parfois pression sur la société Google pour qu’elle ferme des sites kurdes influents. Selon une information parue cette année, lors des attaques de l’État turc et ses gangs contre le canton d’Afrin, 2018, Facebook a bloqué le compte des Unités de protection du peuple YPG, sous la pression de l’État turc. [Facebook a également fermé la page Kurdistan au féminin en avril 20218 et Twitter l’a bloquée pendant une semaine environs quand la Turquie a attaqué Sere Kaniyê.]
 
Sur les moyens d’utiliser les sites de médias sociaux par les médias kurdes, le rédacteur en chef du journal Polîtîk Azad, Loqman Koldvi, a déclaré : « Même s’il est trop tard, l’importance de l’utilisation des médias sociaux dans les médias kurdes l’emporte sur l’importance des autres médias. Au fil du temps, l’importance des médias papier diminue. En revanche, les chaînes de télévision ainsi que les stations de radio continuent de conserver leur importance dans une certaine mesure pour certaines raisons, d’autant plus que les sites de médias sociaux permettent facilement la diffusion et le partage de matériel médiatique audio et vidéo. »
 
Les médias kurdes ne créent pas de cadres formés pour gérer les médias sociaux
 
Le journaliste Laqman Koldvi ajoute : « Au fil du temps, la nouvelle génération des médias kurdes utilise davantage les médias sociaux, mais en réalité, aujourd’hui, nous ne disposons pas d’une institution qualifiée et formée dans le domaine des réseaux de médias sociaux, comme c’est le cas pour les chaînes de télévision et les stations de radio, ainsi que pour les journaux et les magazines « . En d’autres termes, les médias kurdes créent et forment des cadres pour les médias visuels, les stations de radio et pour l’édition de journaux et de magazines, mais ne créent et ne forment pas de cadres pour les réseaux de médias sociaux.
 
D’un autre côté, l’une des lacunes des médias kurdes est qu’ils traitent les médias sociaux comme un moyen d’émergence, et non comme une arène de diffusion. Cela signifie qu’aucune équipe médiatique n’est utilisée pour s’occuper de ce secteur médiatique. »
 
Koldvi a souligné la nécessité de renforcer deux aspects concernant le domaine des médias sociaux, et a déclaré à cet égard : « Le premier est de renforcer la publication numérique dans les institutions médiatiques afin d’assurer une large visibilité sur les sites de réseaux sociaux. Le second est de faire preuve de professionnalisme dans l’utilisation et le traitement des plateformes de médias sociaux. Dans les deux cas, il est nécessaire d’organiser des formations. »
 
Pour l’instant, les réseaux sociaux ne sont encore qu’un travail personnel pour les journalistes
 
Au sujet des campagnes de dénigrement menées par les médias sociaux contre le peuple kurde et des moyens de les contrer ; Luqman Koldvi a déclaré : « Pour contrer les campagnes de dénigrement, les médias kurdes doivent accomplir leur tâche principale : la vérité des médias. Dire la vérité signifie non seulement montrer la vérité d’un sujet, mais aussi informer les événements, les idées, les visions et les débats de la société qui n’apparaissent généralement pas dans les médias de pouvoir. Le rôle principal des médias doit être au sein de notre société. Pour l’instant, l’utilisation des sites de médias sociaux n’est qu’un travail personnel pour les journalistes. Des cours de formation et de réadaptation à l’usage professionnel et à l’utilisation de ces plateformes sociales sont indispensables.
 
Les médias kurdes se sont développés au Kurdistan du Nord avant le reste du pays. De nombreuses organisations médiatiques ont été créées en kurde et dans d’autres langues. Bien sûr, les médias libres du Kurdistan du Nord ont subi des pressions et des attaques violentes, et de nombreux journalistes et travailleurs des médias sont tombés au nom de la vérité. »
 
Le rédacteur en chef de Mesopotamia, Abdurrahman Gök, qui a travaillé pendant des années dans les médias du Kurdistan du Nord et d’autres régions du Kurdistan, a parlé de la réalité des médias au Kurdistan du Nord en ce moment : « La répression et la persécution des médias kurdes au Kurdistan du Nord depuis le premier jour de la presse kurde se poursuit au même rythme aujourd’hui. D’autre part, la détermination et le refus de se rendre dont ont fait preuve les journalistes depuis le premier jour de l’émergence du journalisme au Kurdistan du Nord sont toujours les mêmes aujourd’hui. En d’autres termes, l’injustice et l’oppression de l’État dominant n’ont pas diminué, tout comme la résistance et la lutte des médias kurdes. Face à cela, les médias kurdes ont renforcé et consolidé leur réseau et leurs sites et se sont efforcés d’exposer le sale visage du pouvoir. Et ils continuent à le faire. En ce moment, des dizaines de nos collègues journalistes se trouvent dans les prisons turques. Des centaines d’entre eux ont été contraints d’émigrer en raison des menaces dont ils ont fait l’objet, et vivent en dehors de la frontière. Des centaines de journalistes, dont moi, ont été jugés et condamnés à de lourdes peines. Mais en vain, bien que les autorités possèdent des centaines de journaux, de chaînes de télévision, de sites web et une armée de chômeurs travaillant sur les médias sociaux, elles ne peuvent pas cacher la vérité révélée par les médias kurdes. Cela montre bien que, grâce aux professionnels des médias résistants, elle ne restera pas prisonnière des ténèbres.
 
Et elle continue de le faire. En ce moment, il y a des dizaines de nos collègues journalistes dans les prisons turques. Des centaines d’entre eux ont été contraints d’émigrer en raison des menaces dont ils ont fait l’objet, et vivent en dehors de la frontière, des centaines de journalistes, dont moi, ont été jugés avec des peines sévères. Mais en vain, bien que les autorités possèdent des centaines de journaux, de chaînes de télévision, de sites web et une armée de chômeurs travaillant sur les médias sociaux, elles ne peuvent pas cacher la vérité révélée par les médias kurdes. Cela montre bien que, grâce aux professionnels des médias résistants, elle ne restera pas prisonnière des ténèbres. Grâce aux médias de la résistance. »
 
À l’heure actuelle, il n’y a pas de médias turcs
 
Il poursuit : « Je ne pense pas que les médias kurdes doivent se substituer aux médias turcs. Parce qu’en ce moment, il n’y a rien que nous puissions appeler des médias turcs. Des institutions qui ont été déguisées en médias, ne font rien d’autre que d’être les porte-paroles des institutions gouvernementales. Elles ont pour mission d’hypnotiser la société. Mais la société est vigilante et voit tout. Comme les chaînes de télévision et les médias lisibles sont généralement sous le contrôle du gouvernement, ils ont obligé la société à écouter de la propagande sale 24 heures sur 24, mais ils ne réussissent pas dans leurs entreprises. »
 
Concernant les difficultés et les obstacles auxquels sont confrontés les médias kurdes du du Kurdistan du Nord à l’heure actuelle, il a déclaré : « Les travailleurs des médias du Nord du Kurdistan vivent sous la menace d’enquêtes et de poursuites en cours. Parce que les médias kurdes publient des affaires qui ne sont pas souhaitables pour les autorités au pouvoir, ils sont constamment menacés. Les tribunaux turcs continuent de rendre des décisions visant à fermer les sites web kurdes. Elles sont si injustes et injustifiées que les tribunaux ne parlent pas des raisons. Après chaque déclaration, les reporters des médias kurdes sont arrêtés et harcelés par la police. Ces problèmes et obstacles ne peuvent pas prendre fin avec la réalisation de la démocratie, qui à son tour est réalisée par la lutte continue, une lutte commune dans tous les aspects politiques et sociaux, qui éliminera ce pouvoir et ouvrira la voie à la démocratie. »
 
Les médias du Kurdistan du Sud sont entre les mains du pouvoir
 
Sheena Faiq, rédactrice en chef de Roj, a parlé de la situation générale des médias dans le Kurdistan du Sud : « Les médias du Kurdistan du Sud ne sont pas devenus les médias publics du peuple, mais sont devenus une arme aux mains des partis, des commerçants et des gens pour combattre leurs rivaux. Après le soulèvement populaire au Sud-Kurdistan, des médias de partis sont apparus, principalement sous le contrôle du Parti démocratique du Kurdistan et de l’Union nationale du Kurdistan. En 2000, la publication du journal Haulati et d’un certain nombre d’autres journaux a marqué le début de la phase des médias professionnels, et il y a eu des médias sur lesquels la société pouvait compter, des médias d’opposition qui n’agissaient pas selon les caprices des partis et offraient des critiques sérieuses. Mais cette phase n’a duré que peu de temps. Ces institutions ont soit disparu pour des raisons financières, après la perte des sources de financement, soit appartenu à des partis politiques ou à des personnes loyalistes. »
 
Sheena Faiq a qualifié les médias kurdes du Kurdistan du Sud de « chaotiques », ajoutant : « En raison de l’état de chaos, chaque personne ou institution a de nombreux sites Web, des organisations médiatiques, et de grandes étiquettes ont été libérées sur eux, mais ils ne sont en fait rien de plus qu’une arme qu’ils utilisent contre leurs concurrents. »
 
Elle a noté que la majorité des médias étaient sous le contrôle de l’Autorité, tandis que les autres étaient toujours sous le contrôle de l’Autorité, souvent saisis, ou les journalistes étaient arrêtés, torturés et menacés. Elle a également déclaré : « Toutes les institutions officielles du Başûr travaillent pour l’autorité. Il n’y a pas une seule institution qui garantit les droits des journalistes, et les autorités peuvent donc imposer la punition qu’elles considèrent pour les journalistes. Il doit y avoir une alliance contre ces affaires, avec l’alliance et la solidarité on peut mettre fin à de telles actions arbitraires. »
 
Avec le lancement de la révolution du 19 juillet au Rojava, les médias kurdes ont eu la possibilité de travailler librement. En ce qui concerne les médias au Rojava, et pour savoir si les médias kurdes ont réussi à transmettre la voix de la révolution au monde, le rédacteur en chef de la section arabe de l’agence de presse Hawar, ANHA Kemal Najm, s’est exprimé.
 
Kemal Najm a déclaré que « la révolution a permis aux médias de travailler librement au Rojava. Il est bien connu qu’il y avait une renaissance médiatique au Rojava aussi avant la révolution, mais pour de nombreuses raisons politiques, étant donné l’oppression du peuple kurde, la situation médiatique au Rojava n’est pas devenue une situation institutionnelle professionnelle. Les médias au Rojava cherchent à devenir un état institutionnel et à acquérir son identité.

Après la révolution, le secteur des médias, comme tous les autres secteurs de la vie au Rojava, a cherché à devenir un état institutionnel avec sa propre identité. Lorsque nous demandons : quel est le niveau atteint par les médias au Rojava ? C’est comme si nous demandions : quel est le niveau atteint par la révolution ? »
 
Il a été noté que ce qui se passe au Rojava est une étape dans laquelle la société essaie de se gérer elle-même. Au milieu de ce processus, il y a des efforts pour ancrer le travail institutionnel et organisationnel dans divers domaines sociaux, économiques, éducatifs, sanitaires, sécuritaires et autres. Il a également déclaré : « Au cours de cette lutte, il y a beaucoup d’obstacles, beaucoup d’erreurs et de lacunes, mais la lutte continue. Il en va de même pour le travail des médias. Pendant les neuf années de la Révolution, le secteur des médias a réussi à atteindre un état institutionnel, a acquis sa propre entité, a trouvé sa voie et, jour après jour, a cherché à acquérir sa propre identité indépendante. »
 
Les médias n’ont pas réussi à faire connaître au monde le projet politique et social du Rojava
 
Kemal Najm a ajouté : « En dehors de la communication de la voix de la révolution au monde, les médias en général ont d’autres tâches au Rojava. Il est entendu que le peuple kurde du Rojava adopte un projet politique et social. Les médias nationaux ont donc cherché à faire entendre la voix du peuple kurde et des autres peuples de la région. Ils ont réussi à inverser la coexistence intercommunautaire, interethnique et interculturelle et, dans une certaine mesure, à soulever des questions de vie qui intéressent les gens de la société. En outre, son rôle important est de faire entendre la voix des communautés dans les régions en communiquant des nouvelles et des informations.
 
Il ne fait également aucun doute que les médias du Rojava ont joué un rôle central pour faire entendre la voix de la révolution à l’opinion publique mondiale. Sur ce sujet particulier, les médias kurdes du Rojava étaient faibles dans les principales langues du monde. Ils ont peut-être réussi dans une certaine mesure à faire connaître les événements quotidiens, les nouvelles et les développements au monde, mais ils n’ont pas réussi à faire connaître au monde le projet politique et social du Rojava. »
 
Il faut créer des universités et des académies des médias
 
Concernant les obstacles et les freins au développement des médias au Rojava, Kemal Najm a déclaré : « Avant tout, le secteur des médias doit devenir un secteur institutionnel. Si « le média est la quatrième autorité », il doit effectivement être une quatrième autorité, c’est-à-dire une entité privée indépendante.
 
Par ailleurs, le secteur des médias a un besoin urgent de professionnels qualifiés et formés. À cette fin, il est essentiel de mettre en place une structure éducative pour les médias, c’est-à-dire que des universités et des académies des médias doivent être créées et renforcées. »
 
Farzah Jalali, activiste et journaliste du Kurdistan oriental, a parlé de la réalité des médias kurdes au Kurdistan oriental (Rojhilat) : « Ce qui distingue le Kurdistan oriental des autres régions du Kurdistan est la réconciliation des partis et mouvements kurdes. L’absence de partis officiels et d’institutions civiles est également l’une des raisons pour lesquelles le gouvernement iranien entend étendre son contrôle sur les zones kurdes. »
 
Farzah Jalali ajoute : « Le gouvernement iranien manifeste ouvertement son hostilité à l’égard des journalistes et des militants kurdes. Ces dernières années, nous avons assisté à de nombreuses arrestations et interpellations de journalistes et de militants au Kurdistan oriental, accompagnées de condamnations injustes et sévères.« 
 
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici