Trafic de drogue et prostitution organisés par l’État turc dans la ville kurde d’Amed

0
910
TURQUIE / BAKUR – Dans les villes kurdes qui ont mené une résistance acharnée pour l’autonomie gouvernementale dans les années 2015-2016, la prostitution, la drogue, les jeux d’argent et les activités d’espionnage sont organisés par la police turque rapporte l’agence de presse ANF.
 

Il y a des trafiquants de drogue dans presque toutes les rues et il y a plus d’une maison de prostitution dans les quartiers de Sur et Bağlar à Amed (Diyarbakır). La jeunesse kurde est visée par le régime turc par la consommation de drogue et la prostitution.

Les politiques sales de l’État turc basées sur l’assimilation et la corruption au Kurdistan sont endémiques. Ces politiques sont mises en œuvre de manière plus organisée, en particulier dans les centres des villes et des districts où la résistance à l’autonomie gouvernementale a eu lieu dans un passé proche. La prostitution et la drogue sont très populaires à Sur et à Bağlar. De plus, ils sont introduits par la police turque. Bien que la police et les gardes patrouillent de jour comme de nuit, le nombre de trafiquants de drogue augmente.

Un commerçant, qui possède depuis des années une épicerie dans le quartier d’Alipaşa du district de Sur, raconte qu’il s’est récemment disputé avec des trafiquants de drogue devant son magasin. Il a déposé une plainte qui a été dissimulée par la police du district sans aucune action. Dans le quartier, les trafiquants de drogue et les maisons de prostitution sont principalement actifs la nuit.

DROGUES SYNTHÉTIQUES À SUR

Un autre habitant du quartier, qui ne veut pas être nommé parce qu’il a peur de la prostitution et des gangs de drogue du quartier, dit qu’il habite ici depuis 35 ans, mais veut partir maintenant car le quartier n’est pas le même que avant que. Il donne les noms de deux de ceux qui se livrent à des activités liées à la drogue et à la prostitution dans le quartier. Le résident dit que R.E. a introduit l’héroïne et des variétés de drogues synthétiques, en particulier dans le district de Sur, et a rendu les jeunes fidèles à lui en leur donnant de l’argent et en leur faisant peur. Selon lui, R.E. utilise et vend à la fois du bonsaï, du cristal et des drogues synthétiques similaires aux jeunes, et la police entretient des relations étroites avec R.E.

LES JEUNES FEMMES SONT FORCÉES À LA PROSTITUTION

L’habitant du quartier raconte en outre que Ş.Y trompe les jeunes femmes avec diverses méthodes et en fait des prostituées. En conséquence, Ş.Y entretient des relations avec MA, propriétaire du casino Maşiri situé sur la place Dağkapı et y emploie quelques jeunes femmes. En revanche, les femmes qui veulent se débarrasser de Ş.Y sont victimes de menaces et de chantage.

 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici