Amnesty International demande la libération de 5 journalistes et militants emprisonnés au Kurdistan d’Irak

0
476

Les réactions se multiplient après que 5 journalistes et militants de Behdinan ont été condamnés à des peines de prison par les autorités kurdes du Kurdistan irakien qui détient près de 50 journalistes derrière les barreaux.

Le 16 février, le 2e tribunal pénal d’Erbil (Hewler) a condamné à 6 ans de prison les journalistes et militants Sherwan Sherwani, Ghudar Zebari, Hussein Issa, Ayaz Karan et Shivan Saeed reconnus coupables d’ « atteinte à la sécurité nationale ». Sherwan Sherwani est notamment accusé d’ « avoir travaillé pour l’Iran et avoir surveillé secrètement les mouvements de Masoud Barzani ».

Alors que les cinq journalistes sont actuellement en grève de la faim alors qu’ils attendent le verdict de l’appel qui devrait avoir lieu le 16 mars, Amnesty International a appelé à leur libération immédiate et inconditionnelle dans une lettre adressée au Dr Dindar Zebari, coordonnateur du bureau du GRK pour le plaidoyer international (OCIA ).

Depuis leur condamnation, les cinq journalistes ont entamé une grève de la faim pour protester contre leurs conditions de détention. Selon les informations dont dispose Amnesty International, ils sont détenus dans des cellules surpeuplées sans place pour dormir, se tenir debout ou marcher, avec plus de 100 prisonniers. Dans de telles conditions, les journalistes et autres détenus sont particulièrement vulnérables à la propagation du COVID-19.

Des membres des forces de sécurité kurdes [également connues sous le nom d’Asayish] ont arrêté Sherwan Sherwani le 7 octobre 2020 à Erbil, la région du Kurdistan de la capitale irakienne, et les 4 autres journalistes – Guhdar Zebari, Hariwan Issa, Ayaz Karam et Shivan Saeed – le 22 octobre 2020 à Duhok, une autre ville principale du KRG, en relation avec leur implication dans des manifestations anti-gouvernementales contre les salaires impayés et la corruption. Tout au long de leur détention, les cinq journalistes ont été disparus de force, certains pendant plus de trois mois. Ils avaient un accès très limité à leurs avocats et aux membres de leur famille. Les cinq journalistes ont déclaré à leurs avocats ou à des membres de leur famille qu’ils avaient été soumis à la torture et à d’autres mauvais traitements. Au cours de l’audience, les cinq journalistes ont déclaré avoir été contraints de signer des «aveux» sous la contrainte, mais le tribunal a rejeté ces demandes. En outre, l’audience s’est déroulée à huis clos, les forces de sécurité ayant barré l’entrée, y compris aux membres de la famille immédiate.

Concernant le contexte de l’arrestation des cinq journalistes kurdes, Amnesty International a écrit: « Des membres des forces de sécurité kurdes [également connues sous le nom d’Asayish] ont arrêté Sherwan Sherwani le 7 octobre 2020 à Erbil, la région du Kurdistan de la capitale irakienne, et les 4 autres journalistes – Guhdar Zebari, Hariwan Issa, Ayaz Karam et Shvan Saeed – le 22 octobre 2020 à Duhok, une autre ville principale du KRG, en relation avec leur implication dans des manifestations anti-gouvernementales contre les salaires impayés et la corruption. Tout au long de leur détention, les cinq journalistes ont été disparus de force, certains pendant plus de trois mois. Ils avaient un accès très limité à leurs avocats et aux membres de leur famille. Les cinq journalistes ont déclaré à leurs avocats ou à des membres de leur famille qu’ils avaient été soumis à la torture et à d’autres mauvais traitements. Au cours de l’audience, les cinq journalistes ont déclaré avoir été contraints de signer des aveux »sous la contrainte, mais le tribunal a rejeté ces allégations. En outre, l’audience s’est déroulée à huis clos, les forces de sécurité ayant barré l’entrée, y compris aux membres de la famille immédiate.

À la lumière de ce qui précède, je vous exhorte à libérer immédiatement et sans condition Sherwan Sherwani, Guhdar Zebari, Hariwan Issa, Ayaz Karam et Shvan Saeed, à prendre immédiatement toutes les mesures nécessaires pour que leur condamnation injuste soit annulée et à faire en sorte qu’une enquête rapide et efficace soit menée. les allégations de torture et autres mauvais traitements en vue de responsabiliser les auteurs et de leur offrir réparation. En attendant leur libération, je vous exhorte en outre à veiller à ce qu’ils aient accès à des professionnels de la santé qualifiés fournissant des soins de santé conformément à l’éthique médicale, y compris les principes de confidentialité, d’autonomie et de consentement éclairé et qu’ils aient un accès sans entrave à leurs avocats et à leur famille», a écrit Amnesty. International dans sa lettre adressée au coordinateur du GRK pour le plaidoyer international.

Amnesty International a appelé les gens à écrire soutenir la campagne en écrivant des lettres, et si besoin, utiliser le modèle de lettre que vous trouverez ici.

ANF

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici