IMPÉRIALISME. La carte de l’influence turque qui menace les États arabes

0
942
Les rêves d’Erdogan de ressusciter l’empire ottoman en occupant les pays voisins n’inquiètent pas uniquement les Kurdes, les Arméniens, les Grecs, ou les Russes, ils inquiètent également les pays arabes du Moyen-Orient et l’Afrique. Seul, l’Iran et l’Israël semblent échapper aux ambitions turques.    
 
Des activistes et politiciens arabes regardent avec inquiétude la carte de l’influence turque d’ici 2050 qui expriment les intentions malveillantes d’Erdogan liées à l’expansion et à l’occupation turque qui menacent les pays arabes.
 
Samedi, la chaîne d’État turque TRT1 a montré une carte des sphères d’influence turques d’ici 2050, publiée dans le livre intitulé « Les 100 prochaines années » : Prévisions pour le 21e siècle », écrit par le chercheur politique américain George Friedman, fondateur du Centre de recherche en politique internationale de Stratfor.
 
Ce livre, publié en 2009, présente les attentes concernant la situation géopolitique dans le monde au cours du 21e siècle, son évolution et le changement de l’équilibre des pouvoirs au cours des prochaines décennies.
 
Le Centre de Stratfor est un centre américain d’études stratégiques et de sécurité. Il est considéré comme l’une des plus importantes institutions privées traitant du secteur du renseignement, surnommé la «CIA clandestine».
 
Qui est concerné par la carte ?
 
La carte publiée par la chaine turque comprend la Syrie, l’Irak, la Jordanie, l’Égypte, la Libye, toute la péninsule arabique et la Grèce, en plus de la région transcaucasienne et de certaines régions du sud de la Russie, de la Crimée, de l’est de l’Ukraine et de certaines parties du Kazakhstan et du Turkménistan surplombant la mer Caspienne.
 
Mais il a exclu l’Iran et Israël, ce qui a conduit à une sorte de controverse dans l’arène politique arabe, sur les attentes et les intentions du Centre et la non-inclusion d’Israël et de l’Iran.
 
Les interventions turques
 
Au cours des dernières années, la Turquie s’est immiscée dans de nombreux pays du Moyen-Orient et d’Afrique par le biais de mercenaires et de groupes terroristes, comme en Égypte par le biais des Frères musulmans, mais elle a échoué, et en Syrie par le biais de ses mercenaires syriens qu’elle a utilisés comme mandataires en Libye et au Karabakh, et en Irak également en établissant ses bases dans les zones relevant du Parti démocratique du Kurdistan, au Kurdistan du Sud, et au Kazakhstan et au Turkménistan par son soutien aux groupes terroristes d’Al-Qaida, en plus de ses interventions en Somalie, au Soudan, au Yémen et au Karabakh.
 
Conflits régionaux et Turquie
 
Membre du bureau exécutif de l’Union des journalistes irakiens, conseiller en matière de presse et de culture, Alaa Al-Awad Al-Azzawi, déclare qu’à la lumière des conditions internationales et des changements régionaux instables au Moyen-Orient et du conflit « américano-irano-sioniste », la Turquie est apparue comme une quatrième puissance qui jouit d’une influence nationale antérieure, qui remonte à l’Empire ottoman et dont le rêve éternel est de revenir à la situation d’avant la Première Guerre mondiale.
 
Al-Azzawi a ajouté : « L’ingérence de la Turquie en Syrie et son occupation directe de régions du nord de l’Irak sous le prétexte de poursuivre le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) et d’établir des bases militaires au milieu du silence arabe, gouvernemental et régional, l’encourage, ainsi que d’autres pays qui ont mis fin à leur époque et auparavant ».
 
Le danger arrive inévitablement
 
Al-Azzawi a souligné que le turc pense à réaliser ses rêves dans le temps à venir, est le prochain danger réel, et donc la solution est arabo-arabe par excellence.
 
Al-Azzawi a confirmé que si les pays arabes n’atteignent pas un degré minimum d’unité, comme l’Union arabe ou l’Union des États arabes, similaire à l’Union européenne, « Disons que le danger arrive, loin de notre pays ».
 
Promue par les Frères musulmans
 
Pendant ce temps, l’activiste politique jordanienne Rania Haddadin a confirmé que la carte publiée par le groupe « Frères musulmans et califat » est d’influence turque d’ici 2050, comme en témoigne son cadre général de l’État ottoman, exprimant sa surprise car « elle préserve la sécurité d’Israël, en l’ignorant sur la carte ».
 
Rania a ajouté : « Le retrait d’Israël de la carte a deux raisons : Soit un accord pour protéger l’entité israélienne, soit des intérêts communs pour faire pression sur les Turcs. D’autre part, l’Iran était en dehors de la division pour confirmer ma première théorie de l’Etat ottoman, et puisque le point est le principe de base est que la Turquie est un pays islamique. La carte doit être ajustée de manière plus holistique. A part cela, il y a une méfiance à l’égard de l’objectif turc d’unifier les pays islamiques sous une seule bannière. »
 
Le Jordanien Haddadin a souligné que cette carte est une règle d’imagination, car les pays qui sont alliés au Moyen-Orient sont plus forts et soutiendront leurs alliés, comme cela se passe au moins sur les terres syriennes. Dans la prochaine étape, la Turquie sera plus faible avec la présence d’un nouveau parti qui se profile à l’horizon pour ébranler la domination du parti d’Erdogan.
 
Promouvoir des rêves impossibles
 
Quant à l’écrivain et chercheur égyptien, Jammal Raef, il estime que la promotion de ces rêves est: « impossible et illégale et exprime les intentions malveillantes d’Erdogan » liées à l’expansion dans les terres arabes. Ce n’est rien d’autre qu’une faillite médiatique après que les outils de propagande turcs n’aient pas réussi à convaincre l’intérieur de la Turquie des raisons logiques liées à l’épuisement de l’économie ou à la poussée de la jeunesse turque à mourir en Syrie, en Libye, au Kazakhstan et dans d’autres régions où les forces turques sont impliquées militairement.
 
Le chercheur en politique a souligné que cette carte est une nouvelle tentative de flirter avec les propriétaires d’idées extrémistes pour renforcer les guerres idéologiques et prouver les vrais doigts qui font bouger DAECH et d’autres groupes extrémistes qui adoptent les mêmes objectifs et travaillent en faveur des rêves expansionnistes d’Erdogan qui ne sont plus à l’heure actuelle et ne se réaliseront pas. Un jour, ce sont des illusions du régime turc de rester au pouvoir, de resserrer son emprise sur les rênes de l’intérieur turc, et une justification illogique de ses mouvements militaires étrangers qui ont détruit l’économie et de nombreuses vies sans intérêt.
 
L’Égypte était et est toujours un avertissement de l’hégémonie turque dans la région
 
Pour sa part, le journaliste égyptien Mahmmud Bassiyuni a déclaré que ce qui était mentionné sur la carte par la chaîne officielle turque TRT quelques jours avant l’hégémonie turque sur les régions du Moyen-Orient, la Grèce et certaines parties de la Russie d’ici 2050 incarnait ce dont l’Égypte avait mis en garde ces dernières années contre les projets de la Turquie, qui déstabilise complètement le Moyen-Orient et la région de la Méditerranée orientale.
 
M. Bassiyuni a souligné que la Turquie et l’Iran cherchent fébrilement à partager leur influence au Moyen-Orient et dans le golfe Persique, après que les États-Unis ont commencé leur plan de retrait du Moyen-Orient à la fin de l’ère Obama et se consacrent à leurs batailles avec la Chine en Asie de l’Est.
 
L’écrivain et journaliste égyptien a déclaré que ce qui était mentionné dans la carte était tiré du livre « The Next 100 Years » (100 prochaines années) de l’Américain George Friedman, fondateur du Stratford Research Center, qui étudie les changements géopolitiques dans le monde et place le Moyen-Orient sous domination turque, en se référant au succès de la Turquie dans la restauration de l’héritage ottoman défunt grâce à son contrôle sur les terroristes des Frères musulmans, dont les membres sont partout dans un certain nombre de pays arabes, et qu’Erdogan a un jour qualifié dans un rare moment de sincérité d’agents locaux.
 
Le pari de Friedman pour l’avenir, basé sur l’ingérence flagrante d’Erdogan dans les pays du Moyen-Orient, rappelle une fois de plus le projet d’Obama de donner du pouvoir aux Frères musulmans dans les pays arabes, après le chaos des soulèvements arabes de 2011, qui a commencé à partir du succès de ce qu’on appelait alors, « expérimenter la Turquie » ou se débarrasser des groupes militants par une formule croustillante et laïque que la Turquie a modelée dans l’espoir d’adhérer à l’Union européenne, mais ce n’était pas une expérience sérieuse à tous points de vue et le coup d’État en Turquie contre l’héritage laïque d’Ataturk a prouvé le contraire.
 
Friedman et Obama ont renoncé à ce que les Frères Musulmans avaient implanté dans l’esprit des Occidentaux
 
Bassiyuni, lors de son discours sur l’abandon de Friedman et Obama, a évoqué l’influence des Frères Musulmans sur l’Occident : qu’ils sont l’alternative toute faite pour gouverner, et que leur contact avec la Turquie peut rétablir la vieille formule du califat comme barrière contre l’expansionnisme iranien d’une part, et les projets expansionnistes de la Russie et de la Chine d’autre part.
 
Le journaliste égyptien a souligné que le projet proposé ignore complètement le droit des peuples à l’autodétermination, et que l’Iran et la Turquie sont habitués à utiliser des milices armées terroristes pour résoudre leurs batailles, et comme couverture à leurs intentions coloniales avides de richesses, en particulier le gaz méditerranéen.
 
Il a ajouté : « Ce qui entrave ces projets coloniaux régionaux, c’est la présence d’États puissants, au premier rang desquels l’Égyptien, qui a clairement contesté les projets d’hégémonie turcs lorsque le président Abdel Fattah El-Sisi a tracé une ligne rouge pour le conflit en Libye face à l’organisation des Frères Musulmans ». Cela explique que la Turquie héberge les membres des Frères Musulmans et qu’elle soutienne largement l’information des groupes terroristes afin de contrecarrer les efforts de développement en Égypte, en utilisant les médias sociaux parmi le citoyen moyen.
 
Le journaliste égyptien a mis en garde contre la carte, en disant « Elle exprime un grave danger pour la Méditerranée orientale et la région arabe et son projet national qui s’est cristallisé après l’indépendance de l’ancien colonialisme, et que les mouvements et interventions de la Turquie en Libye, en Tunisie et en Somalie cherchent à encercler les puissances arabes. L’opposition au projet turc et l’adhésion à son projet national, qui résistera inévitablement à ces illusions. »
 
Le journaliste égyptien a terminé son discours en évoquant le silence américain sur les illusions turques, en soulignant que le silence américain sur les illusions turques et la brutalité iranienne offre à la région une plaque dorée pour les projets sino-russes à long terme, ce qui affectera sans aucun doute leurs intérêts à long terme.
 
Ces rêveries vont bientôt disparaître
 
Quant à l’analyste politique libyen, Radwan Al-Fitouri, il a noté que l’ambition du président turc est connue de tous, et a souligné que ceux qui voient l’ingérence d’Erdogan dans ces pays (la Syrie, l’Irak, la Jordanie, la Libye, la péninsule arabique et l’Égypte): sont pleinement conscients que l’ambition de cet Ottoman est très compréhensive. »
 
Al-Fitouri a ajouté : « Dans chaque pays, Erdogan porte un costume différent de celui de l’autre pays, dans un pays qui s’impose comme l’émir des musulmans, et dans un autre pays qui s’impose comme le protecteur de la paix et le partisan de la démocratie pour intervenir dans les affaires des États avec ces arguments. Il frappe les décisions des Nations unies et de la communauté internationale sans y prêter attention, soulignant que cette indifférence est le résultat du soutien illimité de la Russie et du soutien caché de l’Amérique sous l’administration précédente. »
 
Et l’analyste politique libyen Radwan al-Fettouri a mis en garde contre la paranoïa d’Erdogan et a déclaré « Erdogan l’a pris pour un paranoïaque et a été infecté par le virus de la mégalomanie, pour ainsi dire, et il imagine que comme une vague rugissante, personne ne peut l’arrêter, c’est le début de la fin pour lui, une fin de l’intérieur et une fin de l’extérieur, donc la Turquie vit maintenant sur une plaque chauffante dans tous les sens du terme après l’effondrement de la livre turque dans un précédent qui ne s’est pas produit dans l’histoire de la Turquie, et l’armée turque est dans un état d’agitation et n’oubliera pas à Erdogan comment il les a promenés nus dans les rues d’Istanbul, il essaie d’échapper à ses crises internes en s’immisçant dans les affaires des pays, notamment la Syrie et la Libye. »
 
Al-Fitouri a indiqué qu’Erdogan voit la Libye comme son sauveur de toutes ses crises internes et la considère comme la pierre angulaire du contrôle du continent africain, mais ce sont des rêves qui vont disparaître très bientôt.
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici