TURQUIE. La députée kurde emprisonnée, Leyla Guven dénonce les lois ségrégationnistes turques

0
713

TURQUIE / BAKUR – Députée du HDP et coprésidente du DTK, Leyla Güven, a rappelé que les lois turques ne s’appliquaient pas aux Kurdes de la même manière qu’au reste de la société turque, y compris sur l’arène politique, au sujet de la décision de la Cour constitutionnelle turque pour le député emprisonné du Parti républicain du peuple (CHP) Enis Berberoğlu. Elle a déclaré: « Nous avons déjà payé un lourd tribut, nous continuerons notre chemin avec notre propre dynamique à partir de maintenant. »

La coprésidente du Congrès de la société démocratique (DTK), Leyla Güven, a fait un communiqué au sujet de la décision de la Cour constitutionnelle (AYM) concernant le député du CHP Enis Berberoğlu. Mme Güven a envoyé son communiqué écrit depuis la prison d’Elazig où elle est emprisonnée. Güven a déclaré que les pratiques et l’attitude de la volonté du peuple kurde ont toujours été les mêmes depuis le début de l’histoire de la république turque, malgré ses lois ségrégationnistes.

« Nous préférerions rester dans les prisons avec notre dignité, plutôt que d’être à l’extérieur comme les Kurdes d’un parti », a-t-elle dit.

« Les lois ne s’appliquent pas aux Kurdes de la même manière »

Attirant l’attention sur la décision de l’AYM concernant le député du CHP Enis Berberoğlu, qui a été jugé dans l’affaire des camions du MIT qui apportaient des armes aux jihadistes syriens et condamné à une peine d’emprisonnement, Güven a souhaité le succès de Berberoğlu et a déclaré

« Je ne demande pas pourquoi l’AYM applique deux poids, deux mesures parce que les lois n’ont jamais été appliquées de la même manière à notre égard. Dans toutes les interviews que j’ai données à la presse le 4 juin, lorsque le statut parlementaire a été révoqué pour nous, (y compris le député HDP Amed Musa Farisoğulları et le député CHP Istanbul Enis Berberoğlu), j’ai clairement dit que Enis Berberoğlu brûlait dans notre feu, mais que cette situation serait compensée dès que possible, et que Enis Berberoğlu serait réintégré.

Quant à savoir comment j’ai pu prévoir cela, je peux l’expliquer avec quelques exemples. Pendant les procès d’Ergenekon, Sledgehammer etc., nous étions également jugés dans l’affaire Diyarbakır KCK. Des milliers de maires, avocats, journalistes, universitaires et militantes kurdes ont été détenus pour diverses raisons. Grâce aux dispositions légales prises, ils ont été libérés, tout comme nous. Alors qu’ils (Ergenekon, les suspects de Sledgehammer) se sont fait dire « Désolé que ce ne soit pas nous mais les membres de la FETO parmi nous », nous avons reçu des peines records environ 11 ans plus tard. Par conséquent, nous sommes soumis à ce genre de double standard, non pas parce que nous sommes coupables, mais parce que nous sommes kurdes et de l’opposition ».

« Le CHP facilite, volontairement ou non, l’oppression de l’AKP et l’approuve presque en gardant le silence »

Güven a critiqué le silence du principal parti d’opposition, le CHP, et a poursuivi : « Le CHP ne demande justice que pour son propre parti. Avec ces pratiques, il facilite, volontairement ou non, l’oppression de l’AKP et l’approuve presque en gardant le silence. Si un jour l’histoire appelle l’AKP à rendre compte des souffrances qu’il a infligées au peuple kurde, en particulier à Roboski, elle demandera quel parti était dans la principale opposition pendant que tout cela se passait. Bien que l’AYM ait statué qu’il n’y a pas de violation des droits dans le cas de notre député M. Musa Farisoğulları et dans mon cas, pour lequel nous avons été dépouillés de notre immunité parlementaire, je suis presque sûr que la Cour européenne des droits de l’homme statuerait autrement et critiquerait la Turquie. Cependant, nous nous attendons à ce que l’AYM prenne une décision sans appliquer deux poids deux mesures sur cette question. Sinon, le sentiment que cette situation constitue une politique spéciale se fera jour parmi notre peuple. Que notre peuple se sente à l’aise. En tant que peuple kurde, nous n’avons pas à accepter les politiques fascistes de l’AKP-MHP, ni l’absence de politique du CHP et d’autres sur cette question. Nous avons déjà payé un lourd tribut, nous continuerons notre chemin avec notre propre dynamique à partir de maintenant ».

ANF 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici