La répression des activistes kurdes d’Iran s’invite au parlement suédois

0
253

STOCKHOLM – Alors que près de 100 activistes kurdes ont été arrêtés par les mollahs iraniens en quelques semaines, la députée suédoise, Amineh Kakabaveh, est scandalisée par le silence en Europe concernant la persécution des Kurdes et d’autres minorités en Iran.

Depuis trois semaines maintenant, une nouvelle vague de répression déferle sur la société civile du Kurdistan d’Iran (Rojhilat). L’organisation de défense des droits humains Hengaw a rapporté lundi qu’au moins 95 militants kurdes avaient été arrêtés par les gardiens de la révolution iraniens depuis lors. Seules six personnes ont été libérées sous caution. Parmi les personnes arrêtées se trouve des militants politiques et des droits civiques, des étudiants, des journalistes, des écologistes et des enseignants. Selon leurs proches et leurs avocats, ils ont tous été arrêtés sans décision de justice et transférés dans des prisons et des centres de détention sous le contrôle des gardiens de la révolution.

La manière dont le régime de Téhéran traite la société civile et les mouvements qui défendent les droits et les causes des minorités ethniques, religieuses et sexuelles reste une source de préoccupation. Les militants et les groupes qu’ils défendent sont confrontés à un mécanisme répressif brutal parce qu’ils sont considérés comme une menace pour la sécurité nationale et l’unité religieuse du pays.

Amineh Kakabaveh: Pour le régime, tous sont des terroristes

Amineh Kakabaveh

Amineh Kakabaveh, une députée suédoise née au Rojhilat, est allée plus loin, affirmant que les dirigeants iraniens assimilent tous les dissidents à des «terroristes». La semaine dernière, la politicienne originaire de Torjan, près de Saqiz, a évoqué les attaques de Téhéran contre la société civile kurde devant parlement et a critiqué le gouvernement suédois pour son «approche indulgente» envers l’Iran.

La députée socialiste Amineh Kakabaveh a soumis une question parlementaire écrite à la suite de la session de la veille à laquelle assistait également la ministre suédoise des Affaires étrangères Ann Linde, où les développements en Iran ont également été discutés. Elle a demandé à la ministre Linde d’œuvrer pour libérer les prisonniers politiques kurdes arrêtés par le régime iranien.

Au cours de la discussion de la motion précédente de Kakabaveh au Parlement la semaine dernière, il y a eu des disputes entre Kakabaveh et Ann Linde. Alors que Linde affirmait qu’ils soulevaient constamment la question des arrestations et des violations des droits en Iran, Kakabaveh a appelé le gouvernement suédois à adopter une position plus cohérente et plus décisive pour la libération des prisonniers.

Dans sa motion, Kakabaveh a évoqué une déclaration dans laquelle des centaines de personnalités éminentes, notamment des ministres, des députés, des membres du Comité des droits de l’homme des Nations Unies et 160 scientifiques dont certains ont reçu le prix Nobel, avaient appelé à la libération du scientifique irano-suédois Ahmet Riza Celali emprisonné en Iran.

La même motion a également abordé le cas du dissident arabe et citoyen suédois Habib Chaaban que la Turquie a expulsé vers l’Iran. Le régime iranien accuse Chaab d’être l’un des dirigeants du mouvement arabe Ahwaz pour la liberté (ASMLA). Kakabaveh a déclaré que Celali et Chaab avaient été torturés lors de leur interrogatoire et que les deux opposants étaient accusés de trahison et d’espionnage. Elle a également attiré l’attention sur les activités illégales du régime iranien en Europe et à l’étranger.

LE GOUVERNEMENT DEVRAIT FAIRE UNE DÉCLARATION

Kakabaveh a exigé que la Suède agisse avec l’Union européenne pour assurer la libération de Celali et Chabb et pour mettre fin à l’oppression des réfugiés iraniens vivant à l’étranger. Elle a demandé au gouvernement suédois d’annoncer que les relations diplomatiques et commerciales entre les deux pays seraient affectées si Celali et Chaab étaient exécutés, comme l’a déclaré le gouvernement belge.

LES EFFORTS DE LINDE

Dans son discours au Parlement, Linde a affirmé que Kakabaveh avait soulevé deux cas diplomatiques graves et que le gouvernement suédois considérait le cas de Celali comme très grave et qu’elle continuait de traiter les cas sans interruption. Déclarant que la Suède a traité la question avec des responsables iraniens afin d’annuler la peine de mort infligée à Celali, Linde a révélé l’approche suédoise de la peine de mort en déclarant: « La peine de mort est une peine inhumaine, cruelle et irrécupérable qui n’a pas sa place dans l’ordre juridique moderne. »

Linde a déclaré que le cas de Habib Chaabi est également assez alarmant et elle a discuté de l’enlèvement de Chabbi avec les ambassadeurs de Turquie et d’Iran à Stockholm. Elle a ajouté qu’elle l’avait mis à l’ordre du jour lors de ses entretiens avec le ministre iranien des Affaires étrangères Javad Zarif.

Remarquant que le gouvernement suédois a clairement communiqué ses demandes à l’Iran, Linde a déclaré: « Nous n’abandonnerons jamais nos efforts diplomatiques pour Celali et Chabb. »

APPEL À L’ACTION DE LA SUÈDE

S’exprimant après les remarques de Linde, Kakabaveh a rappelé que le Parlement européen et les députés suédois avaient signé une déclaration demandant la libération de Celali et d’autres prisonniers politiques. « Le gouvernement suédois soutient-il cette demande du Parlement européen? La France, l’Allemagne et la Belgique ont lancé des ultimatums au régime de Téhéran, mais pas la Suède. Tout cela se produit alors que deux citoyens suédois sont sur le point d’être condamnés à mort dans les prisons iraniennes », a déclaré Kakabaveh en critiquant l’attitude de la Suède.

L’IRAN ET LA TURQUIE ONT UN PROGRAMME SIMILAIRE CIBLANT LES PEUPLES

Interviewée par l’ANF, Kakabaveh a déclaré que l’Iran et la Turquie commettaient un terrorisme d’État et ne respectaient pas les droits humains. Elle a ajouté qu’ils avaient des programmes politiques similaires ciblant les travailleurs et les Kurdes.

Rappelant que l’Iran a qualifié de « terroristes » ceux qui luttent pour les droits des femmes, les droits humains et la protection de l’environnement, Kakabeveh a déclaré: « Le régime a arrêté 70 Kurdes et de nombreux Baloutches. Ces personnes ne sont ni membres ni partisans d’aucun parti politique. Ils veulent que les personnes vivant au Kurdistan aient de meilleures conditions. Ils exigent que tous les enfants aient le droit à l’éducation dans leur langue maternelle. Tout comme la Turquie, l’Iran accuse ces gens de terrorisme simplement parce qu’ils revendiquent leurs droits. »

Kakabeveh a noté que l’Iran et la Turquie ont collaboré contre les Kurdes et les défenseurs des droits humains, en disant; « Il y a des dictatures dans les deux pays. Ils ne respectent pas les droits de l’homme et des femmes. Les deux pays ont des programmes similaires visant leur peuple. Ils accusent les femmes, les étudiants et les écologistes qui revendiquent leurs droits d’être des terroristes. Selon eux, ceux qui luttent pour cherchent leurs droits sont des terroristes. »

LES REPRÉSENTANTS DU RÉGIME IRANIEN VISITENT L’EUROPE

Kakabaveh a noté que les représentants du régime iranien ont voyagé à travers l’Europe pendant que l’Iran arrêtait et torturait des dissidents. « Ils prononcent des discours aux Nations Unies et dans l’UE. Ann Linde serre leurs mains ensanglantées. Elle les écoute et les serre dans ses bras », a déclaré Kakabaveh critiquant la politique iranienne de la Suède.

LA SUÈDE N’A PAS D’ATTITUDE COHÉRENTE

Kakabaveh a déclaré que les États occidentaux réagissaient durement aux violations des droits humains en Ukraine et en Biélorussie, mais ignoraient les crimes contre l’humanité en Iran, ajoutant qu’ « Ils agissent de manière lâche. Actuellement, deux citoyens suédois sont arrêtés en Iran. Pourtant, la Suède est assez calme. Depuis 40 ans, elle n’a pas pris de position cohérente contre le régime et ne le fera pas à l’avenir. »

ANF

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici