HRW dénonce les transferts illégaux de plus de 60 Syriens vers la Turquie

0
562

SYRIE / ROJAVA – Un rapport d’Human Rights Watch dénonce la capture et le transfert illégal de plus de 60 Syriens (majoritairement des Kurdes) vers la Turquie où ils sont torturés, « jugés » pour terrorisme et condamnés sans preuves à de lourdes peines de prison en violation totale de la Convention de Genève pour la protection des personnes civiles en temps de guerre.

Voici un extrait du rapport (daté du 3 février 2021) d’Human Rights Watch qui dénonce également l’occupation illégale du Rojava par la Turquie et ses mercenaires islamistes qui se livrent à des crimes de guerre et crimes contre l’humanité visant les Kurdes et les minorités religieuses de la région.

« La Turquie et l’Armée nationale syrienne ont arrêté et transféré illégalement au moins 63 ressortissants syriens du nord  est de la Syrie vers la Turquie pour qu’ils soient jugés pour des accusations graves pouvant conduire à la prison à vie, a déclaré Human Rights Watch aujourd’hui.

Des documents obtenus par Human Rights Watch montrent que les détenus ont été arrêtés en Syrie et transférés en Turquie en violation des obligations de la Turquie en vertu de la quatrième Convention de Genève en tant que puissance occupante dans le nord-est de la Syrie.

«Les autorités turques, en tant que puissance occupante, sont tenues de respecter les droits des personnes en vertu de la loi d’occupation dans le nord-est de la Syrie, y compris l’interdiction de la détention arbitraire et du transfert de personnes sur leur territoire», a déclaré Michael Page, directeur adjoint du Moyen-Orient à Human Rights Watch. «Au lieu de cela, ils violent leurs obligations en arrêtant ces hommes syriens et en les transportant en Turquie pour faire face aux accusations les plus douteuses et les plus vagues liées à des activités présumées en Syrie.»

Les autorités turques et un groupe armé affilié au groupe antigouvernemental soutenu par la Turquie, l’Armée nationale syrienne, ont arrêté les ressortissants syriens, arabes et kurdes, entre octobre et décembre 2019 à Ras al-Ayn (Serekaniye), dans le nord-est de la Syrie, après que la Turquie a pris le contrôle effectif de la région après son incursion dans le nord de la Syrie. Les hommes ont été transférés dans des centres de détention en Turquie, où les autorités de poursuite les ont inculpés d’infractions au Code pénal turc, même si les crimes allégués ont eu lieu en Syrie.

Human Rights Watch a pu obtenir et examiner environ 4 700 pages de documents officiels du dossier turc concernant l’arrestation des 63 ressortissants syriens en Syrie. Les documents comprennent des dossiers de transfert et d’interrogatoire, des actes d’accusation et des rapports de police et médicaux obtenus des avocats et du Comité kurde pour les droits de l’homme-Observateur, un groupe qui aide les détenus. Human Rights Watch a également interrogé six parents immédiats de huit des détenus – dont cinq papiers figuraient au dossier – ainsi que deux des avocats des détenus.

D’autres preuves et rapports publiés d’autres groupes suggèrent que le nombre réel des Syriens transférés illégalement en Turquie pourraient être près de 200. Des informations publiées dans des sources d’information turques pro-gouvernementales font référence à des ressortissants syriens récemment détenus qui ont été transférés en Turquie, indiquant que la pratique persiste .

Les dossiers officiels turcs dans ces affaires montrent que les accusations comprennent la atteinte à l’unité et l’intégrité territoriale de l’État, l’appartenance à une organisation terroriste et le meurtre. Les accusations reposent principalement sur des allégations non fondées selon lesquelles les détenus ont des liens avec les Unités de protection du peuple (connues sous l’abréviation YPG), la branche armée du Parti de l’Union démocratique (PYD) dirigé par les Kurdes dans le nord-est de la Syrie. Le gouvernement et les tribunaux turcs considèrent le PYD et les YPG comme une seule et même personne et sont étroitement liés au Parti des travailleurs armés du Kurdistan (PKK) avec lequel la Turquie est en conflit depuis des décennies en Turquie.

Un examen des documents par Human Rights Watch montre que dans la plupart des cas, les autorités turques n’ont pas produit de preuves que les détenus étaient des combattants actifs avec les autorités dirigées par les Kurdes ou qu’ils avaient commis des crimes. Les membres de la famille et les proches ont déclaré que les personnes détenues avaient des rôles administratifs ou de bas niveau au sein du parti.

Des membres de la famille qui ont assisté à l’arrestation de leurs proches ont déclaré que vers 13 heures le 14 octobre 2019, un groupe armé affilié à l’armée nationale syrienne soutenue par la Turquie a fait une descente au domicile de 15 hommes, les a détenus et les a emmenés dans la ville syrienne de Mabrouka. Les familles des détenus ont déclaré avoir ensuite perdu contact avec les hommes et qu’il a fallu au moins un mois et demi avant de découvrir que les détenus avaient été transférés dans une prison de la province de Şanlıurfa, en Turquie. En vertu de la réglementation turque, les membres de la famille ont besoin d’un numéro de téléphone enregistré en Turquie pour contacter leurs proches détenus, mais en décembre 2020, deux familles n’avaient toujours pas pu entrer en contact direct avec leurs proches.

Dans les actes d’accusation pro forma examinés par Human Rights Watch, les autorités turques du parquet citent le lieu du crime comme Sanlıurfa, Turquie, mais les rapports détaillés, y compris certains documents de transfert, révèlent que toute faute présumée aurait eu lieu en Syrie. Les dossiers, y compris les déclarations de plusieurs détenus au procureur, montrent que des détenus ont été arrêtés en Syrie puis transférés en Turquie.

La Turquie est une puissance occupante dans certaines parties du nord-est de la Syrie qu’elle a envahies en octobre 2019, car elle exerce un contrôle efficace dans la région sans le consentement du gouvernement syrien à Damas. L’article 49 de la quatrième Convention de Genève dispose que «les transferts forcés individuels ou collectifs, ainsi que les expulsions de personnes protégées du territoire occupé vers le territoire de la puissance occupante… sont interdits, quel que soit leur motif». L’interdiction s’applique indépendamment du fait que les personnes faisant l’objet d’un transfert forcé ou d’une expulsion soient des civils ou des combattants.

Bien que les actes d’accusation affirment que toute personne capturée était un combattant des Unités de protection du peuple (YPG), dans la plupart des cas, les documents de l’affaire ne fournissent aucune preuve pour étayer cette affirmation. Dans les quelques cas où des preuves ont été fournies, il s’agit de la découverte de vidéos de soutien du groupe armé sur l’un des téléphones des détenus et dans seulement deux cas, les uniformes du groupe.

Des membres de la famille ont déclaré que certaines des personnes arrêtées étaient membres du Parti de l’Union démocratique (PYD), mais occupaient des postes administratifs et ne se battaient pas avec les YPG armés ni ne portaient d’armes.

Quatre des proches ont déclaré que l’armée nationale syrienne les avait contactés peu après les arrestations et avait demandé de l’argent pour rendre leurs proches. Seule l’une des familles des détenus a pu négocier et payer des frais de 10 000 dollars pour obtenir sa libération. Cette personne n’a pas été transférée en Turquie.

Les documents comprennent des photos de certains détenus présentant des ecchymoses, des lèvres fendues et d’autres signes compatibles avec des mauvais traitements. Le frère d’un détenu a déclaré que son frère lui avait dit au téléphone qu’il avait été battu par l’armée nationale syrienne lors de son arrestation et plus tard par les forces de sécurité turques.

Les forces turques et l’armée nationale syrienne soutenue par la Turquie sont tenues de respecter les lois internationales relatives aux droits de l’homme et humanitaires, y compris l’obligation de traiter les détenus avec humanité et de veiller à ce qu’ils jouissent de l’ensemble de leurs droits. Le droit international interdit la détention arbitraire et oblige les autorités à enregistrer correctement toutes les détentions et à fournir à toute personne cherchant des informations sur une personne détenue des informations sur son statut et sa localisation. Les détenus devraient être autorisés à contacter leur famille.

En octobre 2020, les cours d’assises de Şanlıurfa ont condamné cinq des 63 Syriens et les ont condamnés à la prison à vie. «Mon fils a été condamné à 36 ans», a déclaré le père de l’un d’eux. «Ils ont envoyé la sentence à [la cour d’appel locale de] Gaziantep pour la réduire, mais elle est revenue de la même manière. La sentence du juge était une phrase noire … avec de telles phrases, il n’y a pas de pitié.

Les avocats des hommes ont déclaré que certaines des affaires faisaient actuellement l’objet d’un nouvel appel.

« Non seulement ces Syriens ont été illégalement transférés en Turquie pour des poursuites abusives, mais dans un geste extrêmement cruel, les tribunaux ont imposé la peine la plus élevée possible en Turquie – la perpétuité sans libération conditionnelle », a déclaré M. Page.

Les arrestations

Human Rights Watch a interrogé cinq proches de sept détenus qui faisaient partie des personnes arrêtées en octobre 2019 dans l’un des villages peu de temps après que la Turquie et l’armée nationale syrienne aient occupé la zone.

Les proches, témoins des arrestations, ont déclaré que vers 13 heures le 14 octobre 2019, deux ou trois véhicules transportant 20 hommes armés sont entrés dans le village. Ils ont perquisitionné les maisons de 15 hommes et les ont arrêtés. Dans au moins deux cas, ils ont battu et harcelé des proches qui tentaient de les arrêter.

Les habitants du village ont identifié le groupe armé comme une faction de l’Armée nationale syrienne, une coalition de groupes d’opposition armés, soutenue par la Turquie. Un homme a déclaré que leurs véhicules portaient le nom et l’emblème du Squad 20 de l’armée nationale syrienne. Quatre résidents ont déclaré que le chef de l’équipe s’appelait Abu Barzan.

Trois des proches ont déclaré avoir demandé où le groupe armé emmenait les hommes détenus et ils ont répondu que les détenus étaient emmenés à proximité de Mabrouka, qui était sous le contrôle de l’armée nationale syrienne et de la Turquie depuis le 9 octobre 2019. Le groupe a affirmé que les personnes arrêtées se battaient pour l’administration dirigée par les Kurdes et a dit à des proches qui avaient demandé qu’ils les emmenaient pendant quelques heures pour les interroger.

Cinq des proches ont déclaré avoir perdu contact avec leurs proches quelques jours après leur arrestation et appris un mois et demi plus tard que leurs proches avaient été transférés à la prison de type T de Hilvan à Şanlıurfa, en Turquie. Les documents montrent que les transferts vers la Turquie ont eu lieu entre le 19 Octobre et 21.

Les documents

Human Rights Watch a pu obtenir 4700 pages de documents officiels du gouvernement turc qui détaillent les noms, les mises en accusation, les rapports médicaux et les preuves présumées contre 63 ressortissants syriens qui ont été détenus en Syrie et transférés en Turquie entre le 11 octobre 2019 et le 6 décembre 2019. Human Rights Watch a reçu ces documents du Comité kurde pour l’observateur des droits de l’homme et de deux des avocats des détenus.

Human Rights Watch a pu établir que ces documents sont d’authentiques archives judiciaires et policières turques. Ils comprennent des actes d’accusation, des documents de transfert et des rapports médicaux et de police. Bien que les 63 personnes n’aient pas toutes été mises en accusation, les actes d’accusation semblent être en grande partie des copies pro forma identiques. De nombreuses pages des actes d’accusation décrivent l’histoire du Parti des travailleurs armés du Kurdistan (PKK), que les tribunaux turcs relient aux Unités de protection du peuple (YPG) et au Parti de l’Union démocratique (PYD) dirigé par les Kurdes dans le nord de la Syrie. Les fichiers comprennent des reportages, mais ne relient pas les informations des actualités aux personnes inculpées. Les actes d’accusation contiennent quelques courts paragraphes sur les individus mais sans aucune preuve crédible qu’ils ont commis des crimes.

Transferts illégaux vers la Turquie

Les documents confirment l’arrestation et le transfert de sept des huit personnes dont les proches ont été interrogés. Les actes d’accusation contre eux citent nominalement Şanlıurfa comme le lieu de leur arrestation et du crime présumé, bien qu’ils aient indiqué que les activités présumées des individus n’avaient eu lieu qu’en Syrie, et y compris des pièces justificatives enregistrant leur arrestation sur le territoire syrien et leur transfert en Turquie.

Plusieurs membres de la famille ont pu contacter directement les détenus et ont confirmé que les détenus se trouvaient en Turquie. D’autres ont fait appel à des intermédiaires tels que des avocats qui ont pu retrouver leurs proches et identifier leur emplacement.

Les actes d’accusation indiquent que le parquet turc a pris la décision de facto d’étendre l’autorité du gouvernorat turc de Şanlıurfa à des zones désignées en Syrie.

Les transferts ont également un impact direct sur les familles des détenus, qui ne peuvent ni contacter ni rendre visite à leurs proches en prison. Comme l’a déclaré l’épouse d’un détenu détenu depuis plus d’un an:

Ma plus grande inquiétude, ce sont les enfants. Chaque jour, ils m’interrogent sur leur père. Et quand ils posent ces questions, je suis désolée pour eux. Je ne sais pas quoi dire car honnêtement, je ne sais pas quand leur père reviendra. (…)

Poursuites et procès en Turquie

Selon les documents, tous les hommes détenus sauf 10 étaient membres ou liés au Parti de l’Union démocratique (PYD), le parti politique dirigé par les Kurdes qui faisait partie de l’auto-administration kurde, qui contrôlait auparavant les zones du nord-est de la Syrie maintenant sous le contrôle de la Turquie et de l’opposition armée nationale syrienne. Le PYD garde le contrôle des autres zones de la région.

Les documents indiquent que les hommes sont accusés de s’être livrés à «des actions visant à placer totalement ou partiellement le territoire de l’État sous l’hégémonie d’un État étranger ou à porter atteinte à l’indépendance de l’État ou à son unité ou intégrité territoriale», «appartenance à une organisation terroriste» et « meurtre intentionnel. »

En vertu de la loi turque, porter atteinte à l’unité et à l’intégrité territoriale de l’État entraîne la peine la plus élevée en droit pénal turc – la prison à vie sans libération conditionnelle. L’appartenance à une organisation terroriste est passible d’une peine de cinq à dix ans. Des documents dans deux cas seulement affirment qu’un individu a combattu activement avec les Unités de protection du peuple (YPG), la branche armée du PYD.

Les documents omettent également de fournir des informations spécifiques qui pourraient constituer une preuve d’activité criminelle de la part de l’un quelconque des accusés. Dans deux cas, la découverte d’uniformes des YPG est répertoriée comme preuve d’activité criminelle. Dans un autre, un clip vidéo d’une chanson kurde sur la ville syrienne de Kobanê qui montrait des photos de personnes en uniforme des YPG, trouvé sur le téléphone de l’un des détenus, a été accepté par les tribunaux turcs comme suffisant pour le condamner pour séparatisme armé.

Alors que des échantillons d’ADN et des écouvillons ont été prélevés sur tous les suspects pour établir des traces de résidus de décharge d’armes à feu ou une correspondance avec un crime non résolu, les autorités turques n’ont pas produit de preuve que les échantillons prélevés correspondaient à un crime existant.

Les proches de quatre détenus ont déclaré que les personnes arrêtées ne portaient pas d’armes et n’avaient pas combattu avec les YPG. Certains, cependant, avaient des liens avec le PYD et occupaient des postes administratifs tels que ceux d’agents de la circulation ou de gardiens d’une installation. Les proches ont déclaré qu’au moment de leur arrestation, aucun ne portait d’uniforme militaire et aucun ne combattait. Leurs proches ont déclaré que les hommes n’avaient même pas d’armes.

«Ils sont avec le parti, mais ils ne tiennent pas les armes, ce sont des gardiens, ce sont des travailleurs, ce sont des employés administratifs», a déclaré un parent. «Tous [sont] comme ça. Il n’y a rien à ajouter, il n’y a rien à cacher.

En octobre 2020, cinq des 63 Syriens, dont un dont les proches ont été interrogés par Human Rights Watch, ont été condamnés à la prison à vie sans libération conditionnelle pour «atteinte à l’unité et à l’intégrité territoriale de l’État», ont déclaré leurs avocats. Les avocats ont déclaré que les condamnations étaient en appel. Un sixième homme a été acquitté. Les procès des autres sont en cours et ils sont toujours détenus en Turquie, plus d’un an après leur arrestation.

Les documents d’accusation indiquent également que tous les détenus sauf deux se sont prévalus de la «loi sur la repentance effective» de la Turquie (article 221 du Code pénal turc). En vertu de cette loi, en échange de la divulgation complète de toute connaissance importante et d’une coopération totale avec les autorités, un suspect accusé d’appartenance à une organisation terroriste peut recevoir une peine réduite ou pas du tout.

Cela peut expliquer les informations contenues dans les documents selon lesquelles certains des détenus auraient identifié d’autres personnes comme ayant des liens avec le Parti de l’Union démocratique ou comme faisant partie de l’Asayish (les unités de police locales du Parti de l’Union démocratique). Un avocat a déclaré que les forces de sécurité turques avaient dit à ses clients que s’ils coopéraient, ils seraient libres. Cependant, selon la jurisprudence de la Cour de cassation de Turquie, des accusations telles que «atteinte à l’unité et à l’intégrité territoriale de l’État» contre les détenus ne leur permettraient pas de bénéficier de la «loi effective sur le repentir».

Laissant un doute supplémentaire sur la crédibilité des accusations, des proches ont déclaré que l’armée nationale syrienne les avait contactés par téléphone et en public pour demander le paiement en échange de la libération des détenus. Un parent a déclaré que sa famille avait négocié des frais de 10 000 dollars américains pour la libération de son frère qui avait été détenu en décembre 2019. L’homme a été libéré en février 2020 après que la famille a payé les frais et n’a pas été transféré en Turquie.

Trois autres ont déclaré qu’ils n’étaient pas en mesure de payer la libération de leurs proches. Un homme dont le frère est toujours en détention a déclaré:
 

La situation financière de Kasim, [et] leur vie, est en dessous de zéro. Il a dû recourir à un travail administratif avec cette organisation kurde. Lorsque l’Armée syrienne libre (ASL / FSA) est arrivée, elle les a arrêtés. [Sa famille] ne pouvait pas payer pour être libérée. Comment pourraient-ils, et ils ne peuvent même pas trouver à manger? À dépenser pour leurs enfants? [L’Armée nationale syrienne] les a pris et a rédigé des rapports selon lesquels ils combattaient sur les champs de bataille.

L’absence de preuves crédibles à l’appui de telles accusations graves, sur la base d’un examen des documents disponibles et des déclarations de proches dans au moins trois cas, confirme la préoccupation de Human Rights Watch selon laquelle les poursuites contre les ressortissants syriens sont manifestement mal fondées.

Traitement lors de l’arrestation

Dans un cas, le frère d’un détenu libéré a déclaré que son frère avait été roué de coups pendant sa détention en Syrie. Au moins 27 pièces d’identité écrites de détenus comprennent des photos de détenus qui montrent des signes de mauvais traitements graves, notamment des contusions sur le visage, des yeux gonflés, des nez cassés et des lèvres fendues.

Les membres de la famille ont également déclaré que, parce que leurs proches détenus avaient été transférés en Turquie, ils n’avaient pas pu les contacter. Deux des avocats des hommes en Turquie ont déclaré que si la loi turque oblige les autorités à informer les familles de l’endroit où se trouvent les personnes détenues et à permettre aux familles de les contacter, elles ne peuvent contacter les détenus que si elles ont un numéro de téléphone enregistré en Turquie.

Les documents indiquent que les détenus n’ont été informés de ces droits que par les forces de sécurité qui ont servi de traducteurs et non de traducteurs officiels. Bien que les documents indiquent qu’il y avait parfois des avocats présents, nominalement pour fournir une représentation juridique aux hommes, il n’est pas clair qu’ils pourraient ou ont effectivement fourni une représentation juridique efficace. Les documents montrent également que plusieurs détenus ont signé des documents renonçant à leur droit de contacter leur famille. Les proches des détenus avec lesquels Human Rights Watch s’est entretenu ont indiqué qu’ils n’étaient pas en mesure de contacter directement leurs proches détenus et ont dû recourir à des intermédiaires ou, dans d’autres cas, se passer d’informations pendant plus d’un an. »

La version originale de l’article à lire ici

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici