Hilary Clinton et les « bons » Kurdes

0
542
La semaine dernière, nous apprenions que politicienne américaine Hilary Clinton et sa fille Chelsea Clinton avaient acheté les droits du livre « The Daughters of Kobani » (« Les filles de Kobanê ») de Gayle Tzemach Lemmon pour en faire une série télévisée sensée parler des femmes kurdes qui combattu DAECH à Kobanê. Depuis, on assiste à des commentaires scandalisés visant Mme Clinton qu’on accuse de vouloir réécrire le vrai rôle des Etats-Unis en Syrie, dont le soutien à des groupes terroristes islamistes que ces mêmes Kurdes ont combattus, ainsi que les tentatives de masquer l’idéologie révolutionnaire mise en place au Rojava, dont le père spirituel n’est autre qu’Abdullah Ocalan, le chef historique du PKK capturé avec l’aide de la CIA et emprisonné en Turquie depuis 1999. 
 
Le dernier article incendiaire est signé par Marcel Cartier. « Le rôle de l’ancienne secrétaire d’État américain imbibé de sang en voulant être considérée comme une héroïne des mouvements de femmes a des fondements douteux », écrit-il.
 
Voici l’article de Marcel Cartier:
 
En mars 2017, j’ai parcouru les rues de la ville de Kobanê, dans le nord de la Syrie, un peu plus de deux ans depuis qu’elle avait été libérée de l’État islamique par des combattants des Unités de protection du peuple (YPG) et des Unités de protection des femmes (YPJ).
 
Bien qu’une partie de la ville ait lentement vu la reconstruction se dérouler, d’autres zones donnaient l’impression que la guerre était toujours en cours.
 
Voitures brûlées utilisées comme véhicules pour les attentats-suicides. La puanteur des cadavres d’hier enfouis sous les décombres n’est pas encore supprimée. Des graffitis marquant la vue de batailles légendaires et de martyrs tombés au combat, ornant les murs criblés de balles.
 
Ce soir-là, j’ai assisté à un commandant des YPG et à des combattantes du YPJ qui ont participé à la bataille déchirante. Interrogés sur le rôle joué par les États-Unis – qui ont tardé à leur venir en aide avec des frappes aériennes suite à une pression internationale massive – ils n’ont pas carrément dédaigné l’importance que cela jouait.
 
Cependant, ils ont trouvé l’idée que c’était une victoire dirigée par les États-Unis pour être franchement irrespectueuse, ainsi qu’une réécriture de l’histoire – pas simplement parce que ce sont les YPG et les YPJ qui ont combattu et en sont morts, mais parce que les États-Unis avaient jusque-là été un partisan clé de nombreuses factions de l’opposition syrienne qui ont contribué à la naissance de l’État islamique en premier lieu.
 
Avance rapide de quatre ans, et Hillary Clinton – qui a été secrétaire d’État sous le président Barack Obama jusqu’en 2013 – a annoncé qu’elle et sa fille Chelsea produisaient une mini-série sur les YPJ. À première vue, on pourrait être pardonné de penser que cette entreprise a beaucoup de sens. Clinton a été considérée comme un modèle pour un féminisme libéral et bourgeois au cours des dernières années.
 
Quant aux YPJ, elles ont attiré beaucoup d’attention au niveau mondial pour leur rôle en montrant que l’émancipation des femmes peut aller de pair avec l’arme.
 
Cependant, si nous grattons sous la surface, l’annonce de Clinton devrait être considérée non seulement comme opportuniste, mais comme un projet dangereux qui vise à réécrire son rôle dans le bain de sang en Syrie, ainsi qu’à assainir les YPJ en les enveloppant dans un placage libéral drainé de contenu idéologique significatif.
Qu’importe le fait que deux femmes blanches produisent ce qui promet d’être une grande série télévisée sur les femmes kurdes, qui sent l’appropriation culturelle. C’est une évidence. Pire encore, la femme dirigeante en charge du projet est un élément clé de l’establishment impérialiste libéral qui utilise le couvert d’une «intervention humanitaire» pour inaugurer des politiques qui conviennent toujours aux intérêts de Wall Street.
 
Mais que savons-nous du livre sur lequel la mini-série sera basée?

Les filles de Kobanê: L’histoire de la rébellion, du courage et de la justice, qui doit sortir le mois prochain, est écrit par Gayle Tzemach Lemmon.
 
Elle n’est pas seulement journaliste, mais également membre du Council on Foreign Relations, un groupe de réflexion si étroitement lié à Washington que des dizaines de secrétaires d’État en ont été membres.
 
Il y a quelque chose de profondément troublant – et révélateur – dans les critiques du livre, y compris une critique évidemment soigneusement rédigée par l’ancien général Joseph Votel, qui était commandant du Commandement central des États-Unis entre 2016 et 2019.
 
Votel écrit: « Les unités de protection des femmes (les YPJ) ont prouvé leur héroïsme à maintes reprises tout au long de la campagne contre l’État islamique. J’ai toujours été préoccupé par le fait que nos partenaires kurdes syriens n’obtiendraient jamais l’intégralité de leur dû; cet excellent livre de Gayle Tzemach Lemmon documente parfaitement leurs contributions. Je le recommande vivement. »
 
On pourrait être pardonné de supposer, sur la base de la critique élogieuse de Votel, qu’aucun récit décent n’a existé sous forme de livre sur le rôle ou l’histoire des YPJ.
 
En fait, il existe des dizaines de livres – certains excellents, d’autres pas tellement – qui traitent des YPJ, de la révolution du Rojava et, surtout, du mouvement de libération kurde dans son ensemble. Pourquoi ce livre mérite-t-il une telle reconnaissance alors que les autres ne le font apparemment pas?
 
Désinfecter le mouvement des femmes kurdes
 
Il faut se demander dans quelle mesure le texte du livre se concentre sur l’idéologie du YPJ et du Mouvement de libération kurde, et dans quelle mesure il se concentre plutôt sur des cas individualisés d’héroïsme, détachés de leur contexte plus large.
Lorsque j’ai visité le Rojava, l’un des aspects clés de ma participation a été de recevoir environ une semaine d’éducation politique axée sur le mouvement des femmes kurdes et son idéologie de jineologi, traduite par «science des femmes».
 
Au centre de la discussion, il y avait le fait que jineologi avait peu de points communs avec les conceptions individualistes occidentales du féminisme, qui visent à pousser les femmes à des postes de direction sans modifier fondamentalement le tissu de ces institutions.
 
Clinton, bien sûr, en est un excellent exemple, étant presque devenue la première femme à occuper le poste de présidente en 2016.
 
Un thème encore plus important est que jinéologie est enraciné dans le collectif, voyant la lutte contre l’oppression patriarcale comme inextricablement liée à un mouvement contre le capitalisme.
 
Clinton a été un chouchou des banquiers et des cadres de Wall Street, qui a toujours plaidé pour la promotion d’un programme néolibéral qui fait des mesures incroyables de préjudice aux travailleurs, en particulier aux femmes.
 
Par conséquent, il n’est guère paranoïaque de craindre à quel point l’idéologie des YPJ se retrouvera à l’écran.
 
Clinton encouragera-t-elle les femmes du monde entier à se rallier au même système qu’elle a toujours défendu? Cela semble extrêmement improbable.
 
Ensuite, il y a une question encore plus importante – celle du leader idéologique des YPJ et du système confédéraliste démocratique qu’ils prônent.
 
Ce leader n’est autre qu’Abdullah Ocalan, le chef incarcéré du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK).
 
Les responsables américains ont paniqué à la vue d’une banderole avec l’image d’Ocalan placée dans l’ancienne capitale de l’État islamique de Raqqa juste après la libération en septembre 2017, en partie parce qu’il a été désigné chef d’une organisation terroriste par les États-Unis.
 
Mais la réalité est que les YPJ n’aurait pas existé s’il n’y avait pas eu la lutte de 40 ans menée par le PKK.
 
En fait, beaucoup de ces combattantes des YPJ qui ont combattu si héroïquement à Kobani étaient en fait des cadres du PKK et de leur armée de femmes, les Unités des femmes libres (YJA Star).
 
Le film de Clinton fera-t-il référence à cela, alors qu’elle a constamment promis à la Turquie pendant son mandat de secrétaire d’État que les États-Unis continueraient à les aider dans leur lutte pour tuer les militants du PKK?
 
En fait, les renseignements et les armes américains ont tué des femmes dans les montagnes kurdes qui ont combattu à Kobani et à travers le Rojava avec l’aide des États-Unis. Ces femmes comptent-elles pour Clinton?
 
En outre, Hillary admet-elle que son mari Bill a commis une erreur historique majeure lorsqu’en 1999 son administration a travaillé main dans la main avec la Turquie et Israël pour capturer Ocalan? (…)
 
Il n’y a pas un mot de Clinton ou de qui que ce soit d’autre sur son état ou la brutalité de son traitement, malgré le fait que c’est sa vision de la libération des femmes qui guide les YPJ.
 
Assainir l’histoire d’Hillary Clinton
 
Le rôle d’Hillary en voulant être considéré comme un héros des mouvements de femmes a des fondements douteux.
 
Lorsqu’il s’agit de promouvoir les droits des femmes dans le monde, il y a de la rhétorique et puis il y a la réalité.
 
Nous ne pouvons pas oublier que pendant son mandat de secrétaire d’État, Clinton a été un fervent partisan des opérations de changement de régime non seulement en Syrie, mais aussi en Libye, qui ont fini par avoir un impact désastreux sur les femmes.
Dans les contextes libyen et syrien, l’obsession des États-Unis de renverser les gouvernements nationalistes bourgeois qui maintenaient leur indépendance par rapport à leur orbite conduirait Washington – et Clinton – à se jeter au lit avec des forces islamistes vicieuses.
 
Indépendamment de ce que l’on pense de l’ancien dirigeant libyen Mouammar Gadaffi, on ne peut plus ignorer ce qu’il a dit avant son renversement en ce qui concerne le rôle important d’Al-Qaida dans le soi-disant mouvement rebelle.
 
On a ri alors, mais aujourd’hui non seulement des groupes liés à Al-Qaida sont présents, mais l’État islamique l’est aussi.
 
L’État libyen qui était un champion des droits des femmes est parti depuis longtemps, avec peu de signes de son retour imminent.
En Syrie, Clinton a admis que grâce au programme Timber Sycamore de l’administration Obama qui visait à équiper l’Armée syrienne libre (ASL / FSA) d’armes, bon nombre d’entre elles sont tombées entre les mains de factions islamistes, y compris l’affilié d’al-Qaida alors connu sous le nom d’al-Nosra.
 
Cela n’a pas eu un petit rôle dans l’émergence de l’État islamique, avec tous les pièges de son idéologie et de sa pratique anti-femmes.
 
Il semble clair que Clinton préférerait de loin se positionner rétrospectivement – et par extension l’aile libérale de l’establishment impérialiste dont elle fait partie intégrante – comme une défenseuse des droits des femmes en Syrie plutôt que comme une opposante.
 
La meilleure façon de le faire, bien sûr, est de réécrire l’histoire pour donner l’impression que les États-Unis étaient toujours du côté des YPJ.
 
Désinfection de l’écran et du hors écran
 
Les États-Unis veulent non seulement assainir le mouvement kurde à l’écran, mais aussi hors écran, dans le réseau réel d’enchevêtrements qui caractérisent la Syrie aujourd’hui.
 
Le moment choisi pour cette dernière tentative d’assainissement du mouvement des femmes kurdes pourrait difficilement être plus pratique pour des groupes comme Clinton.
 
Après un interrègne de quatre ans de l’administration chaotique de Donald Trump, dans lequel la direction de sa politique étrangère était souvent floue et sporadique, les faucons libéraux sont maintenant de retour.
 
À certains égards, nous assistons à une deuxième administration Obama, cette fois dirigée par l’ancien vice-président.
 
De nombreux visages dans ou autour de Biden avaient plaidé pour un rôle plus profond des États-Unis en Syrie, le principal d’entre eux Brett McGurk, qui a été sélectionné pour un rôle au Conseil de sécurité nationale chargé de superviser le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord.
 
L’administration autonome a la clarté de savoir en quoi consistent les ambitions américaines – en d’autres termes, qu’elles sont dictées par des motivations géostratégiques et non par l’humanitarisme ou finalement le bien-être de la nation kurde.
 
Pourtant, il y a tout lieu de s’inquiéter. La précarité et la rigueur de la situation du Rojava les ont poussés dans l’étreinte plus profonde des États-Unis, qui visent clairement à libéraliser le régime politique de la région.
 
Jusqu’à présent, cela a été fait en exigeant des concessions politiques au bloc réactionnaire du Conseil national kurde (ENKS), une formation soutenue par la Turquie.
 
Cela s’est également joué dans un contrat pétrolier franchement indéfendable entre l’administration autonome et une société pétrolière américaine connue sous le nom de Delta Crescent, un accord que des éléments de la direction du PKK ont condamné dans des termes qui ne sont pas différents des critiques adressées par le gouvernement syrien.
 
Pour ceux qui vivent dans les centres impérialistes, nous devons être clairs sur la nécessité de nous opposer aux machinations de nos propres gouvernements lorsqu’ils parlent de la poursuite de nobles idéaux humanitaires.
 
Nous avons vu ces mensonges se répéter encore et encore. Nous devrions également souhaiter voir nos camarades kurdes revenir dans la mesure du possible sur une voie plus révolutionnaire.
 
Ce sera finalement le seul moyen par lequel la campagne de désinfection peut être annulée, que ce soit sous la forme d’un engagement cinématographique dégoûtant de Clinton ou d’accords sur les champs pétroliers syriens.
 
A lire sur la version originale ici 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici