SYRIE. La Turquie est une menace pour les minorités religieuses

0
516

SYRIE / ROJAVA – Au fil des années, la Turquie a envahi plusieurs régions du nord de la Syrie dans le but d’écraser l’autonomie kurde. Elle a également chassé les minorités religieuses qui sont les Yézidis, les Chrétiens et les Alévis.

Le porte-parole des Forces démocratiques syriennes (FDS), Gabriel Kino qui est un assyrien catholique, a fait le point sur la situation des Chrétiens et d’autres minorités religieuses de Syrie qui sont persécutés par la Turquie et ses mercenaires islamistes dans un entretien accordé au site d’information Medya News.

Gabriel Kino, porte-parole des FDS, est un assyrien catholique et a été l’un des principaux représentants du Conseil militaire syriaque (CMC ou SMC en anglais) pendant les premiers jours de la guerre civile syrienne. Le SMC a été créé pour protéger le peuple chrétien assyrien des attaques et des persécutions de l’État islamique et des groupes djihadistes qui s’étaient établis en Syrie.

Kino a supervisé la formation du Front démocratique syrien, qui comprenait une large partie de la société syrienne, y compris différents groupes tribaux et laïques arabes, des groupes assyriens, yézidis et syriaques, ainsi que les forces de défense des YPG et des YPJ. Il a mené des campagnes militaires avec le SMC et FDS et a été l’un des dirigeants qui ont mené l’offensive militaire pour libérer Raqqa des mains de DAECH et qui ont ensuite vaincu l’Etat islamique à Baghouz, à Deir Ezzor.

Kino Gabriel a personnellement été témoin du sacrifice de son peuple et de ses forces dans la lutte contre Daech en Syrie et connaît, de première main, les conséquences de toute invasion et attaque par la Turquie et leurs gangs djihadistes radicaux affiliés pour les libertés religieuses durement acquises par l’Administration autonome de la Syrie du Nord et de l’Est (AANES) est respectée par les groupes de défense des droits religieux du monde entier. J’ai commencé par l’interroger sur les menaces à la liberté religieuse suite aux attaques de l’Etat islamique près de Hasakah.

À la suite des meurtres de Hind Latif Al Khadir (Présidente du comité économique de Til Shayir) et de Sa’da Faysal Al Hermas (co-présidente du conseil populaire de Til Shayir) par des forces affiliées à l’EI, quelle menace les attaques continues de la Turquie contre la Syrie du Nord et de l’Est pose-t-elle problème aux libertés religieuses dont jouit le peuple de l’Administration autonome la Syrie du Nord et de l’Est contrôlée par les FDS (AANES)?

Gabriel Kino: Je pense aux menaces que fait la Turquie et aux opérations militaires qu’elle a lancées jusqu’à présent dans les zones d’Afrin; autour de Manbij; la campagne du nord à l’extérieur d’Alep et la zone située entre Tal Abiyad et Ras al Ayn ont déjà menacé et réduit les libertés religieuses des peuples de ces régions.

Cette réduction des libertés religieuses est quelque chose qu’ils vivent déjà. La situation s’est déjà détériorée pour plusieurs groupes religieux dans les zones occupées par la Turquie, dont les Yézidis et les chrétiens, mais aussi d’autres groupes importants vivant dans ces zones, en particulier les Yézidis des régions de Ras al Ayn et d’Afrin, les chrétiens basés autour de Ras al Ayn ainsi que les chrétiens kurdes qui vivaient à Afrin.

Bien sûr, les menaces continuelles faites par la Turquie d’une nouvelle opération militaire s’ajoutent aux craintes des gens. Et oui, je pense que ces menaces sont surtout problématiques pour ces groupes tels que les Kurdes, les Chrétiens, les Yézidis, les Arméniens et d’autres qui vivent dans le nord et l’est de la Syrie.

Bien sûr, cela affecte également la population arabe, même si les autres groupes se sentent principalement plus menacés parce que les menaces militaires turques sont spécifiquement dirigées contre eux. D’autre part, les groupes qui sont soutenus par la Turquie, qui sont connus pour leur mentalité terroriste et extrémiste radicale, représentent une menace pour ces groupes en particulier dans le nord et l’est de la Syrie, nous avons été témoins de ce qu’ils ont fait. Nous avons vu comment ces groupes, dont Jabat al Nosra et l’Etat islamique, ont participé aux opérations et attaques militaires lancées par la Turquie [et ses mercenaires syriens].

Il est largement reconnu que l’AANES a été en mesure de construire une société inclusive et tolérante dans le nord-est de la Syrie, sans précédent au Moyen-Orient, en promouvant et en jouissant de la liberté religieuse, de l’égalité des sexes et des droits de l’homme. Pensez-vous que ce modèle pourrait être un exemple positif pour la région au sens large ?

Gabriel Kino: Je pense que l’administration démocratique est vraiment un exemple et une expérience uniques au Moyen-Orient. Différents groupes qui avaient auparavant des problèmes les uns avec les autres ont pu se réunir, travailler ensemble pour faire fonctionner cette administration. C’est tout à fait unique, et je pense que nous pouvons prendre cet exemple positif et chercher où nous pouvons l’appliquer à d’autres parties du Moyen-Orient et à d’autres parties de la Syrie afin que d’autres groupes puissent en bénéficier.

Je pense que ce mode d’administration pourrait potentiellement être une solution à la crise syrienne en général. Bien sûr, je pense que nous avons besoin de plus de travail et de plus de soutien pour être plus inclusifs et plus capables de développer notre expérience politique et administrative, mais encore une fois, je pense que le travail qui a été fait est excellent.

Et avec le soutien des pays démocratiques et de l’Europe, je pense que nous pouvons rendre l’administration encore meilleure que ce que nous avons actuellement.

Malgré les attaques presque quotidiennes de l’État turc sur le nord-est de la Syrie, en particulier récemment autour de la ville d’Ain Issa, et le récent bombardement aveugle de Tel Rifaat avec des morts civils, nous n’entendons la condamnation d’aucun des membres de la coalition anti-EI aux côtés desquels les FDS se sont battues, ni de la Russie, qui est censée être le garant du cessez-le-feu convenu l’année dernière. Comment interprétez-vous ce silence?

Gabriel Kino: Je pense qu’il est prudent de dire qu’il ne s’agit pas seulement du nord et de l’est de la Syrie. Je pense que c’est la pire situation syrienne qui a été régie jusqu’à présent par des relations compliquées et des intersections d’intérêts / pouvoirs mondiaux et régionaux et de gouvernements impliqués dans la crise syrienne. Je pense que c’est l’une des principales raisons pour lesquelles il n’y a pas de condamnations aussi directes de la Turquie pour ses attaques contre le nord et l’est de la Syrie.

Enfin, pouvez-vous nous donner une indication sur l’état d’avancement de pourparlers avec le gouvernement syrien sur un éventuel accord négocié sur l’autonomie et la protection des libertés religieuses, durement acquis depuis le début de la guerre civile syrienne?

Gabriel Kino: Je pense principalement et je dois dire que ce n’est pas mon domaine d’expertise ou de connaissance. Je pense que c’est une question pour l’administration politique, mais pour autant que je dispose d’informations, il n’y a pas vraiment de progrès dans les négociations.

Il y a eu plusieurs tentatives pour avoir des pourparlers ou des pourparlers mutuels qui devaient être négociés par la Russie, mais je pense que jusqu’à présent, ils n’ont pas fonctionné.

Je pense qu’à l’avenir, nous verrons plus de progrès et de développement, mais encore une fois, je pense que cette question convient mieux au Conseil démocratique syrien ou au Conseil exécutif de l’administration du nord et de l’est de la Syrie.

Article en anglais à lire ici 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici