« L’Allemagne finance la guerre d’Erdogan »

0
764

BERLIN – « Une guerre que l’Allemagne tolère et finance? Pas avec nous – nous ne deviendrons pas complices de la guerre et du fascisme », déclarent des groupes internationalistes et antifascistes alors que le ministre turc de défense se rend demain à Berlin pour demander le soutien total de l’Allemagne dans la guerre anti-kurde.

Le ministre turc de la Défense, Hulusi Akar, se rendra mardi à Berlin pour une réunion de travail avec la ministre allemande de la Défense Annegret Kramp-Karrenbauer (CDU). Officiellement, le contexte de cette visite est les efforts de médiation de l’Allemagne dans le différend gazier entre la Grèce et la Turquie dans l’est de la Méditerranée.

Cependant, le fait que Hulusi Akar veuille seulement parler à Kramp-Karrenbauer du différend gazier avec la Grèce deux semaines seulement après son retour du Kurdistan du Sud (nord de l’Irak) ne semble pas très crédible. Surtout au vu des menaces d’Erdogan de lancer une nouvelle invasion contre le nord-est de la Syrie, mais aussi au Kurdistan du Sud. Akar s’était d’abord rendu à Bagdad, puis à Hewlêr (Erbil) au début de la semaine dernière. Le thème principal des pourparlers était « l’action conjointe dans la lutte contre le terrorisme » – faisant référence au Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) et aux structures autonomes de la région yézidie de Shengal (Sinjar).

Des groupes internationalistes et antifascistes en Allemagne appellent à agir contre la réunion des deux ministres à Berlin. Leur déclaration comprend les éléments suivants:

« Le gouvernement turc a annoncé avec fierté le plan selon lequel Derik et Shengal seraient attaqués et annexés. La guerre d’occupation au Rojava se poursuit – chaque jour, des femmes sont enlevées, réduites en esclavage et assassinées à Afrin. De plus, les blessures de l’invasion de Serekaniye ne sont pas encore guéri et déjà l’Etat turc planifie la prochaine attaque contre la population du nord-est de la Syrie et du sud du Kurdistan.

Le mardi 2 février 2021, le ministre turc de la Défense Hulusi Akar vient rencontrer sa collègue Annegret Kramp Karrenbauer (ministre allemande de la Défense CDU). Si, à cette époque, des représentants d’un État manifestement fasciste sont invités en Allemagne pour discuter de la poursuite de la guerre au Moyen-Orient, alors ils doivent savoir que nous n’accepterons pas cela. La solidarité, c’est la résistance!

En tant que forces antifascistes et internationalistes, il nous appartient non seulement de défendre les combattants du Rojava et de Shengal, mais aussi de lutter contre la complicité du gouvernement fédéral allemand dans la guerre et le fascisme! En tant que peuple antifasciste, nous avons une responsabilité et nous devons la respecter! Nous ne soutenons ni ne tolérons les guerres contre les populations civiles et l’autodétermination nulle part dans le monde et tout le monde devrait le savoir, à commencer par la CDU et l’AKP.

C’est pourquoi nous appelons toutes les forces internationalistes et antifascistes à devenir actives ensemble. Faisons un signe fort à l’échelle nationale, commençons où que nous soyons – apportons notre colère dans les rues ou rendons-la visible dans le monde numérique. Faites attention au contrôle des infections et à vos semblables. Nous attendons avec impatience une protestation diversifiée, créative et visible contre le fascisme et les politiques féminicides et génocidaires des États.

Mardi 2 février, unissons notre colère contre ce gouvernement fédéral et son «amitié» germano-turque qui permet des guerres meurtrières, des déplacements cruels et des occupations djihadistes.

Une guerre que l’Allemagne tolère et finance? Pas avec nous – nous ne deviendrons pas complices de la guerre et du fascisme!

Méfiez-vous des annonces concernant le rassemblement et les mouvements des fascistes à Berlin.

Unis contre le fascisme, l’impérialisme et le patriarcat – défendez la solidarité internationale! »

ANF

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici