FRANCE. Sakine, Fidan et Leyla: la recherche de la justice continue

0
525

Il y a huit ans aujourd’hui, Sakine Cansiz, Fidan Dogan et Leyla Saylemez, trois femmes kurdes, ont été exécutées à Paris. 

La cofondatrice du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), Sakine Cansiz, Fidan Dogan et Leyla Saylemez avaient étés tuées d’une balle dans la tête. Ce qui portait toutes les caractéristiques d’un assassinat ciblé.

Selon les autorités françaises, il n’y avait aucun signe d’entrée forcée, ce qui signifie que le meurtrier connaissait le code d’entrée ou avait été laissé entrer par les victimes.

Mais nous ne saurons peut-être jamais la vérité – le principal suspect Omer Guney, qui a été arrêté peu après les meurtres, est décédé en prison quelques jours à peine avant le début de son procès.

Sa mort laisse ce triple assassinat enveloppé de mystère, avec des allégations de camouflage et de crime d’État.

Les femmes assassinées étaient des personnalités clés du mouvement kurde. Dogan travaillait au centre d’information kurde à Paris et serait proche du leader du PKK Abdullah Ocalan.

Les propos tenus par le président français de l’époque, François Hollande, affirmant qu’il avait des réunions régulières avec l’un des tués – supposé être Dogan – ont attiré l’ire du président turc Recep Tayyip Erdogan.

Dans une apparition télévisée, il a exigé des réponses d’Hollande pour expliquer pourquoi il avait été «en communication avec ces terroristes».

Et il a critiqué sévèrement les pays européens qu’il a accusés d’abriter des «terroristes du PKK» sur leur sol.

Saylemez était une militante des droits kurdes qui, comme tant de ses contemporains, avait été accusée en Turquie d ‘«appartenance à une organisation terroriste».

Mais la principale cible des meurtres est considérée par beaucoup comme le leader révolutionnaire Sakine Cansiz.

Cansiz, connue sous le nom de Sara, avait une un rôle de premier plan dans le mouvement de libération kurde et a été co-fondatrice du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) en 1978. Elle reste une source d’inspiration pour les femmes qui luttent pour la libération à travers le monde aujourd’hui.

La politicienne kurde, Sebahat Tuncel, a expliqué comment elle avait grandi en entendant parler de Cansiz, comment elle avait résisté et craché au visage de ses tortionnaires [dans la prison tristement célèbre de Diyarbakir].

«Elle était un nom très important pour les femmes kurdes. Elle était féministe et sa lutte était toujours à double tranchant: contre la domination masculine et pour les droits kurdes», a déclaré Tuncel.

Née dans une famille alévie de la ville kurde de Dersim, elle est devenue active dans le mouvement de libération kurde après avoir rencontré des militants à l’adolescence.

Elle a rencontré le leader du PKK Abdullah Ocalan pour la première fois dans un groupe d’étude universitaire et a commencé à débattre d’idéologie, en assistant et en organisant des réunions et des marches.

Cansiz a rapidement eu des ennuis avec les autorités et a été arrêté à Izmir, dans l’ouest de la Turquie, avant de retourner s’engager dans l’éducation sur la façon d’organiser le mouvement de libération kurde et la lutte révolutionnaire.

Elle a été de nouveau arrêtée dans le cadre du coup d’État militaire de 1980 et condamnée à 24 ans de prison pour avoir créé une branche du PKK à Elazig.

Elle a passé 10 ans dans la tristement célèbre prison de Diyarbakir, où la torture et les agressions sexuelles étaient monnaie courante. Il était connu pour sa brutalité, avec des chocs électriques et des passages à tabac au quotidien.

Pas une seule femme pendant cette période n’est devenue informatrice, ce qui est largement attribué à la force et à la résilience que Cansiz a inspirées aux autres.

Pour la communauté kurde, il existe une forte suspicion et conviction que les meurtres ont été ordonnés ou perpétrés par les services de renseignement turcs (MIT).

Guney a été pris avec du sang sur ses chaussures et de l’ADN le reliant à la scène du crime, des enquêtes révélant qu’il se trouvait au centre d’information kurde au moment où les meurtres auraient été commis.

On pense qu’il avait des sympathies nationalistes turques de droite, infiltrant le mouvement kurde en tant que chauffeur et assumant d’autres tâches.

Guney avait pris des photos des détails personnels d’environ 300 membres d’organisations kurdes qui ont été envoyés puis supprimés de son téléphone.

Et un enregistrement vocal publié sur Internet par une source anonyme serait celui de Guney parlant à des officiers non identifiés du MIT des plans d’assassinat.

Le dossier d’enquête contient également des documents affirmant que «l’ordre d’exécution» a été donné par quatre administrateurs du MIT.

Le document, intitulé «Réf: Sakine Cansiz, nom de code Sara», aurait été signé par les responsables du MIT Yuret, UK Ayik, S. Asal et H. Ozcan.

Il a allégué qu’un agent connu sous le nom de «légionnaire» avait reçu 6 000 euros pour préparer les assassinats et avait rencontré des agents du MIT en Turquie avant les meurtres.

Les services de renseignement turcs ont rejeté les preuves, affirmant que le document n’était pas authentique. Ils insistent sur le fait que les meurtres ont été perpétrés par un individu qui voulait faire dérailler les pourparlers de paix qui, selon les révélations, avaient lieu entre des agents du MIT et Ocalan quelques semaines avant les fusillades.

Certains ont suggéré qu’il s’agissait peut-être d’une querelle interne du PKK visant Cansiz, une figure importante du mouvement kurde.

Cependant, en janvier 2018, la coprésidence exécutive de l’Union des communautés du Kurdistan (KCK) a publié une déclaration affirmant le nom de l’homme qui avait planifié les meurtres de Paris sous le nom de Sabahattin Asal, un haut responsable du MIT qui avait également pris part aux négociations de paix avec Ocalan.

La déclaration affirmait que deux officiers du MIT capturés par le PKK avaient avoué qu’Asal était la personne qui avait orchestré les meurtres.

Le KCK a déclaré que l’admission et le rôle d’Asal dans les pourparlers de paix d’Imrali jettent un nouvel éclairage sur le rôle du gouvernement turc dans les meurtres et sa véritable politique face à la soi-disant question kurde.

Ce ne serait pas la première fois que les services de renseignement turcs seraient soupçonnés ou accusés de jouer un rôle dans des exécutions extrajudiciaires.

Ces craintes ont pris une nouvelle importance en janvier 2018 avec les allégations du député arménien du HDP Garo Paylan selon lesquelles une nouvelle vague d’assassins serait envoyée à travers l’Europe avec une liste de succès, y compris d’éminents universitaires, journalistes et opposants politiques.

La tentative d’assassinat du footballeur kurde au franc-parler Deniz Naki, qui a subi des tirs alors qu’il était au volant de sa voiture sur une autoroute en Allemagne il y a trois ans, ne fait que renforcer ces affirmations.

Naki pense qu’il a été visé soit par un agent du gouvernement turc, soit par des nationalistes turcs de droite.

En octobre de l’année dernière, il est allégué que des membres de l’Organisation nationale du renseignement (MIT) étaient à l’origine d’un complot visant à assassiner le Parti de l’Union démocratique (PYD) Salih Muslim et Aldar Khalil du comité exécutif du Mouvement de la société démocratique (Tev-Dem).

Et en décembre, le citoyen italien Feyyaz Öztürk a affirmé avoir été soumis au chantage du MIT pour tuer ou blesser Berivan Aslan, une politicienne autrichienne d’origine kurde.

Les enquêteurs n’ont pas été en mesure d’identifier les auteurs des meurtres de Paris, mais les preuves jusqu’à présent indiquent Ankara, et en particulier les services de renseignement turcs.

On pense que c’est la première fois qu’un État est officiellement suspecté d’un «meurtre politique».

L’implication dans l’acte d’accusation est claire. «Il y a des indications qui donnent à penser que le MIT a été impliqué dans l’incitation aux meurtres et leur exécution.

On a découvert qu’Omer Guney était impliqué dans des activités d’espionnage et qu’il était en contact avec quelques espions en Turquie», lit-on.

Cela soulève la question: Guney en savait-il trop? Il n’y avait aucune preuve disponible pour suggérer que Guney était malade avant sa mort subite, qui est survenue quelques semaines à peine avant qu’il ne prenne la barre.

Si sa prétendue maladie avait été connue, pourquoi les procureurs ne l’ont-ils pas traduit en justice plus tôt?

Des rumeurs circulent selon lesquelles Guney aurait pu être tué pour mettre fin à l’affaire et la balayer sous le tapis avant que l’État turc ne devienne plus profondément impliqué et que les secrets soient dévoilés.

Cependant, l’avocat des familles Antoine Comte a déclaré que l’affaire n’était pas encore close et qu’il voulait interroger les agents du MIT qui ont été impliqués dans les meurtres.

«Il est presque impossible à l’heure actuelle d’extrader ces personnes avec des crimes finalisés du pays où ils se trouvent», a-t-il expliqué.

Comte a déclaré que les preuves et déclarations des officiers du MIT détenues par le PKK pourraient être «très importantes pour l’affaire» et pourraient confirmer les documents détenus par le procureur français.

La France a rouvert le dossier en 2019. Mais un nouveau rapprochement entre Paris et Ankara annoncé hier pourrait voir les deux nations se resserrer une nouvelle fois pour dénier justice et laisser les morts enveloppées de mystère.

Les services de renseignement français ont cherché à clore l’affaire malgré les preuves qu’ils ont fournies concernant une réunion en prison entre Guney et Ruhi Seman, un associé et collègue de travail alors qu’il vivait en Allemagne.

Cette réunion était remarquable car c’était la première que le suspect de meurtre était autorisé en prison. Même sa famille n’avait pas été autorisée à une visite à ce stade. 

Mais malgré des preuves claires que Guney lui a passé une note détaillant une tentative d’évasion de prison, qu’il aurait voulu remettre au MIT, Semen n’a jamais été interrogé.

La conspiration internationale s’est élargie comme a rapporté hier ANF rappelant que Semen restait actif dans les organisations basées en Allemagne associées au MIT, y compris l’Union turco-islamique des affaires religieuses (DITIB).

Le DITIB exploite quelque 900 mosquées en Allemagne et serait la partie la plus importante du réseau de renseignement du régime d’Erdogan.

Semen dirigeait également le club de sport « Türkspor Hausham » qui est entre les mains des nationalistes turcs et qui aurait formé Guney à la manière de procéder à des assassinats de politiciens kurdes là-bas.

Le gouvernement allemand a confirmé que Guney avait été retrouvé avec une arme non autorisée lors d’un contrôle routier de la police en 2005 et à une deuxième fois en 2011, des policiers l’avaient surpris avec des gaz lacrymogènes et un couteau.

La vérité sur ce triple meurtre ne sera peut-être jamais connue, mais le combat pour la justice se poursuit.

Les femmes assassinées à Paris sont l’inspiration de celles qui mènent la lutte contre DAECH en Syrie et la dictature brutale et tyrannique d’Erdogan en Turquie.

Les femmes kurdes ont lancé la campagne de  100 raisons pour juger le dictateur Erdogan en compilant un dossier complet  et une  pétition  à l’appui des efforts  pour qu’Erdogan soit jugé devant la Cour pénal internationale de Laye pour crimes de guerre.

La campagne se déroulera jusqu’au 8 mars, Journée internationale de la femme. Elles appellent à soutenir leur campagne pour que le dirigeant misogyne et tyrannique de la Turquie rende des comptes.

Nous devons défendre la justice pour Sakine Cansiz, Fidan Dogan et Leyla Saylemez et tous les progressistes doivent se rallier à la cause des femmes révolutionnaires au Rojava, en Turquie et dans le monde.

Jin, Jiyan, Azadi (femmes, vie, liberté).

ANF (Article de Steve SWEENEY)

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici