TURQUIE. Une famille kurde dans la tourmente judiciaire après l’assassinat de 3 de ses membres

0
164
TURQUIE / BAKUR – Le 14 juin 2018, des gardes de corps d’un candidat d’AKP ont commis un bain de sang à Urfa/Suruç en tuant 3 Kurdes de la famille Şenyaşar, membre du HDP, et blessant plusieurs commerçants. Aujourd’hui, la justice turque exige 150 ans de prison pour un survivant de la famille Şenyaşar et 12 ans de prison pour un seul des assassins de la famille Şenyaşar.
 
Dans le procès du massacre de Suruç commis le 14 juin 2018, qui a commencé avec les attaques sur le lieu de travail et à l’hôpital contre les membres de la famille Şenyaşar pendant la période électorale par des gardes du corps et des proches du député de l’AKP İbrahim Halil Yıldız et qui a entraîné la mort de 4 personnes, le procureur a demandé une peine de prison allant jusqu’à 150 ans pour Fadıl Şenyaşar et jusqu’à 12 ans pour Enver Yıldız. Réagissant à cette annonce, Emine Şenyaşar, la mère de Fadil qui a perdu son mari et un fils lors du massacre, a déclaré: « Il n’y a pas de justice, la persécution continue. »
Les Kurdes n’attendent rien de la justice turque qui protège les assassins des Kurdes et punit sévèrement les Kurdes qui essayent de se défendre.
 
Retour sur un bain de sang visant des militants kurdes
 
Cinq personnes ont été tuées et neuf autres blessées dans une attaque armée des membres d’AKP contre les commerçants pro-HDP à Suruç le jeudi 14 juin 2018.
 
Après une réunion secrète d’Erdogan, où il demandait aux membres de son parti de « travailler » spécialement sur les sympathisants du HDP, les gardes du candidat d’AKP à Suruç ont exécuté 4 Kurdes (dont un exécuté à l’hôpital de Suruç) d’une même famille et blessé plusieurs autres commerçants kurdes à Suruç le 14 juin 2018.
 
İbrahim Halil Yıldız, le candidat AKP était en visite électorale auprès des commerçants de Suruç avec ses gardes armés. Les commerçants ont manifesté leur mécontentement à la vue des armes dont des kalachnikovs. Les gardes d’Yildiz ont ouvert le feu sur les commerçants. Plusieurs commerçants kurdes ont été tués et blessés. Suite à l’attaque armée, les commerçants kurdes ont contre attaqué, tuant le frère d’Yildiz.
 
Le personnel de l’hôpital de Suruç a déclaré que H. E. Şenyaşar (un des commerçants kurdes attaqués) a été lynché et son fils Mehmet Şenyaşar, blessé, a été tué avec sa tête fracassée par un tube d’oxygène par des proches et des gardes du candidat AKP İbrahim Halil Yıldız.
 
Plus tard, nous avons appris que les caméras de l’hôpital de Suruç où une partie des blessés avaient été emmenés ont été détruites. On affirme que la destruction des caméra prouve que l’attaque contre les commerçants kurdes avait été planifiée.
 
Les médias à la botte du pouvoir turc ont déclaré que des combattants kurdes avaient attaqué des responsables d’AKP à Suruç, déformant volontairement l’événement tragique… alors même que des commerçants kurdes avaient été attaqués dans leurs boutiques et que les 4 morts sur 5 étaient des Kurdes pro-HDP et que le seul membre d’AKP tué avait été attaqué après le bain de sang commis par les hommes armés d’AKP.
 
Suruç est aussi la ville martyre où un attentat suicide de Daesh a tué 31 jeunes socialistes qui voulaient se rendre à Kobanê en juillet 2015.

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici