Comment Afrin est devenue un enfer pour les Kurdes, surtout pour les femmes

0
329
ROJAVA – « Il a menacé de tuer ma fille, de me violer, de prendre des photos et de les distribuer à tout le monde. Il m’a forcée à regarder la torture cruelle des femmes. C’était si grave que je suis tombée malade rien qu’à la vue », raconte une femme anonyme dans une vidéo détaillant sa capture à Afrin au nord de la Syrie.
 
Afrin était une région à majorité kurde où les femmes avaient plus de droits qu’ailleurs en Syrie, un pays patriarcal en proie à une guerre sanglante. Le mariage des enfants et la polygamie y étaient interdits et la violence domestique était punie par la loi.
 
Aujourd’hui, les mercenaires de la Turquie y sèment la terreur pour chasser les derniers Kurdes qui n’ont pas quitté leurs terres où on installe des colons arabes venus d’Alep, Ghouta et d’autres régions syriennes.
 
La ville a été en sécurité pendant une grande partie de la guerre syrienne et a été un sanctuaire qui a accueilli tout le monde. Shiler Sido, 31 ans, ancienne résidente d’Afrin et volontaire du Croissant rouge kurde, raconte à OpenDemocracy : « Nous avions une atmosphère libre où chacun s’habillait, surtout les femmes, comme il le voulait. On pouvait porter des shorts, des jupes, des robes courtes – tout ce qu’on voulait ».
 
« Il y avait un très faible niveau de criminalité. C’était particulier d’avoir ce genre de sécurité dans un endroit comme la Syrie. Il y avait une atmosphère utopique et c’était très paisible », se souvient Shiler.
 
Mais cela a vite changé.
 
Depuis 2018, Afrin est sous le contrôle de milices soutenues par la Turquie qui ont pris le contrôle de la ville après une opération de deux mois visant à éliminer les forces kurdes. Pour de nombreux civils de la ville, c’est comme si elle était assiégée.
 
En mars 2018, Shiler et sa famille ont fui leur maison de cinq chambres, « la ville ne pouvait plus tenir sous les factions », dit-elle.
 
Un climat de peur
 
Une récente commission de l’ONU a trouvé de nombreuses preuves que « la situation des femmes kurdes est précaire ». La Commission d’enquête des Nations unies sur la Syrie a trouvé de nombreuses preuves de viols, de violences sexuelles, de harcèlement et de torture quotidiens au cours du premier semestre 2020. Elle cite des exemples inquiétants de violations et de ciblage de civils kidnappés à Afrin. Le rapport documente le viol d’au moins 30 femmes dans la ville kurde de Tal Abyad au cours du seul mois de février. « Les factions commettent des centaines et des milliers de violations chaque jour. Mes proches sont là », dit Shiler d’un ton inquiet.
 
Au début de l’année, une vidéo a montré des femmes conduites hors d’une cellule de prison secrète, illégale et surpeuplée. L’Observatoire syrien des droits de l’homme a rapporté qu’elles étaient nues lorsqu’elles ont été trouvées.
 
Ces atrocités reflètent ce qui est arrivé à la population kurde aux mains de DAECH, quelques années plus tôt dans certaines parties de l’Irak et de la Syrie. Mais ces femmes ne sont pas torturées par un groupe islamiste. Elles sont sous le contrôle de milices soutenues par la Turquie, membre de l’OTAN et alliée des États-Unis.
 
Il existe aujourd’hui « un climat de peur omniprésent de la torture, au point que les femmes ne peuvent pas quitter leur maison parce qu’elles ne veulent pas être prises pour cible par un groupe armé », explique Meghan Bodette, fondatrice du projet « Missing Afrin Women ». Elle a lancé le site web en 2018 pour suivre les disparitions de femmes dans la région, une préoccupation énorme à côté de la torture.
 
173 femmes et filles auraient été enlevées depuis janvier 2018. Seules 64 auraient été libérées, tandis que le sort des 109 autres reste inconnu. Meghan parle d’une « campagne de terreur totale contre la population kurde ». D’autres chercheurs locaux sur les droits de l’homme affirment qu’il y a eu plus de 1 500 enlèvements. Il est à noter que Meghan ne documente que les femmes dont elle possède l’identité complète.
 
Près de chez elle
 
De nombreux Kurdes ont fui Afrin en 2018, dont Hassan Hassan, 50 ans, qui raconte à OpenDemocracy comment sa famille s’est échappée uniquement « avec de la nourriture et des vêtements sur le dos, laissant derrière elle une maison, des albums photos, des livres pour la vie, des jouets pour enfants, des meubles et des appareils électriques ».
 
La famille Hassan a fui vers un village et a vécu dans une grotte pendant 45 jours, « il y avait des bombardements quotidiens, des F-16 et des drones dans le ciel. Nous avons échappé au siège avec la grâce de Dieu ». Ils vivent maintenant dans le lugubre camp de Shahba, près d’Alep, avec d’autres personnes déplacées, dont Shiler et ses trois enfants.
 
Hassan et Shiler ont laissé derrière eux quelque 200 000 résidents d’Afrin. Ceux qui sont restés risquent d’être torturés et enlevés. Les cousins, amis et voisins d’Hassan ont tous disparu.
 
Leur nouvelle vie n’est pas un répit dans la souffrance. « Hier, nous ne pouvions pas dormir à cause des bruits de bombardement », dit Shiler.
 
La zone où se trouve le camp était autrefois sous le contrôle de DAECH, qui y a posé des centaines de mines terrestres. Shiler a été témoin de vies perdues, elle passe devant des corps tous les jours. « Nous endurons ce genre de vie parce que nous nous sentons géographiquement proches de chez nous », explique-t-elle.
 
Une zone dangereuse
 
Il y a un an ce mois-ci, le président turc, Recep Tayyip Erdogan, a envahi l’enclave kurde en Syrie pour « éliminer tous les éléments du PKK [Parti des travailleurs du Kurdistan], du PYD [Parti de l’Union démocratique] et des YPG [Unités de protection du peuple] », qu’il considère comme des terroristes. Il a décrit cela comme une « zone de sécurité », qui est large de 300 miles le long de la frontière. La violence a été déclenchée par l’ordre de Donald Trump de retirer toutes les troupes américaines du nord de la Syrie.
 
Selon Human Rights Watch, la réalité dans la « zone de sécurité » est une réalité d’horreur avec des pillages, des exécutions, des fusillades et des déplacements forcés quotidiens. Sarah Leah Whitson, directrice de Human Rights Watch pour le Moyen-Orient, déclare qu’il existe « des preuves accablantes que les « zones de sécurité » proposées par la Turquie ne seront pas sûres ».
 
Meghan cite le retrait de Trump comme le déclencheur de nombreuses « ramifications politiques internes aux États-Unis », qui ont fait que les médias occidentaux se sont mis au diapason et ont pris davantage conscience des meurtres grâce à un angle politique américain quelque peu nouveau.
 
Un exemple en est le meurtre de Hevrin Khalaf, une politicienne et ingénieur civile kurde-syrienne, qui a été torturée et exécutée pendant l’opération « Printemps de la paix », l’offensive turque de 2019 dans le nord-est de la Syrie. Une vidéo de Bellingcat retrace sa mort aux rebelles soutenus par les Turcs. D’autres ont rapporté qu’Ahrar al-Sharqiya, un groupe rebelle syrien qui combat dans le cadre de l’armée nationale syrienne soutenue par les Turcs, était impliqué, malgré leur déni.
 
Le meurtre de Khalaf a été décrit dans le quotidien conservateur turc Yeni Safak comme une opération anti-terroriste réussie, ce qui ne saurait être plus éloigné de la vérité. Khalaf a consacré sa vie à la démocratie et au féminisme. L’autopsie a révélé qu’elle a été si violemment traînée hors de sa voiture que ses cheveux ont été arrachés de sa tête, elle a ensuite été abattue d’une balle à bout portant et est morte des suites d’une grave hémorragie cérébrale.
 
L’expansion turque
 
Meghan s’inquiète de la « politique très nationaliste et expansionniste en Turquie », qui, selon elle, s’étend à la Syrie et représente un énorme danger pour les minorités ethniques et religieuses. « Tant qu’ils détiendront des territoires en Syrie, il y aura un risque qu’ils essaient d’envahir et d’occuper davantage », poursuit-elle.
 
Un rapport du centre d’information Rojava révèle que plus de 40 anciens membres de DAECH sont « abrités, financés et protégés par la Turquie dans les régions occupées » et travaillent à Afrin. Shiler, qui est une ancienne enseignante, dit que son école qui accueillait autrefois plus de 200 élèves est maintenant un centre de renseignement turc, et une photo d’Erdogan se trouve au milieu d’Afrin. Hassan affirme que sa ferme est maintenant « appropriée par d’anciens combattants de DAECH ».
 
Cela nous arrive à tous
 
La seule mention de DAECH est inquiétante, en particulier pour les femmes yazidies – la minorité religieuse qui a subi un génocide aux mains de ce groupe militant. Amy Austin Holmes, chercheuse invitée à l’Initiative pour le Moyen-Orient de l’Université de Harvard et chercheur au Wilson Center, déclarent qu’on estime que « 90% de la population yazidie d’Afrin a été chassée de ses foyers ». Comment cette communauté peut-elle survivre avec autant de persécution au fil des ans ?
 
Le Dr Jan Ilhan Kizilhan, un éminent psychologue kurde-allemand qui travaille avec les Yazidis, parle du traumatisme collectif auquel les Yazidis sont confrontés. « Toute la communauté est directement et indirectement touchée par les meurtres. Vous devenez une partie de ce traumatisme collectif. Si vous souffrez, vous pouvez avoir des cauchemars, des troubles du sommeil et un sentiment d’impuissance ».
 
Jan dit que c’est ce qui se passe à Afrin aussi. « Les militants] commettent des viols, mais ils détruisent aussi la dignité de la société. C’est une attaque contre votre compréhension du monde, car la question est de savoir comment un humain peut faire cela ».
 
Ce point de vue est partagé par Hassan et Shiler. « Quand nous entendons parler de ce qui arrive aux femmes, nous avons l’impression que cela nous arrive à tous. Il est difficile pour les autres de comprendre l’impact psychologique que cela a sur nous », dit Shiler. Hassan, en revanche, pense que son père est mort récemment « de chagrin ».
 
La commission de l’ONU détaille également le pillage et la destruction de sites religieux, de sanctuaires et de cimetières d’une profonde signification dans la région d’Afrin.
 
Trop peu, trop tard
 
Le rapport de l’ONU a confirme les conclusions de Meghan. Bien qu’elle en soit reconnaissante, elle explique que « dès que ces groupes ont contrôlé le territoire, ils ont commencé à commettre des atrocités contre les civils. Je pense donc qu’il est beaucoup trop tard. Il est très difficile pour les journalistes d’accéder à cette zone, et ceux qui s’expriment risquent leur vie. »
 
« Les médias ne sont pas autorisés dans la région, donc le nombre de violations commises chaque jour à Afrin n’est pas connu. Les gens prennent la décision de mourir chez eux au lieu de sortir parce qu’ils ont si peur », dit Shiler.
 
Ces rapports devraient être utilisés comme un outil de plaidoyer pour que l’ONU sanctionne les États qui commettent des crimes. Actuellement, les États-Unis n’ont sanctionné aucun groupe armé soutenu par la Turquie et ils autorisent la réingénierie démographique des Kurdes, dont beaucoup ont perdu des membres de leur famille en combattant DAECH aux côtés des forces américaines.
 
En attendant, les États-Unis et le Royaume-Uni ont également des responsabilités. Le Royaume-Uni a mis fin aux nouvelles licences d’exportation pour les ventes d’armes à la Turquie, mais les licences d’exportation existantes sont toujours valables.
 
« La Turquie ne se soucie pas de ces violations, elle se contente de tout ce qui rend la vie misérable aux Kurdes. Mais je pense qu’ils n’aiment pas que les gens en parlent au niveau international et y prêtent attention », dit Meghan.
 
Shiler, en revanche, pense que l’occupation « est un enfer ».
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici