TURQUIE. La politicienne kurde Leyla Güven risque 25 ans de prison

1
498
TURQUIE / BAKUR – Lors du procès contre la politicienne kurde Leyla Güven, le parquet a demandé jusqu’à 25 ans de prison pour «avoir fondé et dirigé une organisation terroriste», bien que la principale témoin à charge ait retiré sa déclaration.
 
Le procès contre la politicienne kurde Leyla Güven s’est poursuivi mercredi à Amed (Diyarbakir). Lors du procès devant la 9e Cour pénale de Diyarbakır, 18 affaires pénales ont été combinées. La coprésidente de l’organisation de la société civile Congrès de la société démocratique (DTK) est accusée d’avoir «fondé et dirigé une organisation terroriste». Parmi les autres chefs d’accusation, mentionnons l’appartenance, la propagande et l’incitation de la population à des rassemblements et manifestations illégaux entre 2016 et 2018. L’ancienne députée du HDP aurait participé «à des manifestations illégales non-armées» et ne se serait pas conformée à l’appel à dissoudre les rassemblements, selon le bureau du procureur général.
 
Leyla Güven n’a pas assisté à l’audience et était représentée par ses avocats. Le procureur a déclaré dans son plaidoyer que le Congrès de la Société démocratique était le troisième des quatre piliers du paradigme d’Abdullah Ocalan. Selon le parquet, le DTK est l’organe législatif du Conseil turc du KCK et est en contact avec le PKK / KCK afin d’établir l’unité nationale kurde. Leyla Güven se serait exprimée publiquement en tant que présidente du DTK conformément aux objectifs du PKK / KCK.
 
Le procureur a justifié la demande de peine de prison contre Leyla Güven par les déclarations d’Evindar Oruç, la principale témoin de l’accusation, qui avait cependant retiré sa déclaration lors de la dernière audience et a clairement indiqué qu’elle ne connaissait pas personnellement Leyla Güven, qu’elle ne l’avait jamais rencontrée et ne savait pas si elle avait des liens avec le PKK. Lors de l’interrogatoire de la police, on lui a dit que le procureur pouvait l’aider. En échange, elle était censée témoigner contre Leyla Güven. « Sur ce, j’ai signé un protocole de déclaration. La femme nommée Leyla qui m’a amenée à Istanbul n’était certainement pas Leyla Güven », a déclaré Evindar Oruç lors de son audition fin octobre.
 
Le parquet a exigé une peine de prison allant de 9,5 ans à 25 ans de prison. L’audience a été ajournée jusqu’au 21 décembre, date à laquelle la défense présentera son plaidoyer.
 

1 COMMENTAIRE

  1. Le seul dirigeant du PKK des Kurdes de Turquie c’est Abdullah Öcalan, tellement dirigeant qu’il se réfugie en Syrie en pensant qu’Erdogan allait définitivement foutre la paix aux Kurdes. Voyez ce qu’il fait aux élus légitimes du HDP politique de l’opposition turque aujourd’hui.

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici