L’État turc s’attaque à la culture kurde à travers le corps des femmes

0
772
TURQUIE / BAKUR – La militante du TJA, Emine İnan a annoncé que la campagne « Em Xwe Diparêzin » (Nous nous défendons) était fortement soutenue par les femmes, a déclaré : « Ils souhaitent mener une politique d’éradication au Kurdistan à travers la jeunesse. Notre nature est brûlée et ils ont prévu de nous détruire », ajoutant que les femmes kurdes allaient renforcer la lutte contre cette politique d’éradication du peuple kurde.

Dans le cadre de la campagne « Em Xwe Diparêzin » (Nous nous défendons, en kurde) lancée par le Tevgera Jinên Azad (Mouvement des femmes libres – TJA) le 15 septembre, les militantes continuent de se réunir avec les femmes dans les villes du Kurdistan du Nord sous l’occupation turque. Pour promouvoir leurs campagnes auprès des femmes, les militantes se rendent dans les rues et les quartiers et sollicitent le soutien des femmes qu’elles rencontrent.

La militante du TJA, Emine İnan, qui travaille à Şırnak, a parlé de la campagne lancée contre l’augmentation de la violence masculine envers les femmes.

Emine a souligné que la campagne « Em Xwe Diparêzin » et les campagnes précédentes sont différentes l’une de l’autre, et que cette campagne a été lancée contre la violence masculine et étatique existante. Emine, déclarant qu’elles ont commencé comme une campagne de quatre mois, « Nous avons commencé cette campagne avec diverses actions et événements dans de nombreuses villes de Turquie et du Kurdistan. Les femmes sont dotées d’un outil unissant des femmes de différentes tendances de solidarité en Turquie et en un seul mouvement. C’était l’un des objectifs les plus importants de notre campagne. L’un des objectifs de notre campagne était de faire en sorte que la personne se connaisse et passe à l’action. Il y a des milliers de femmes qui ne peuvent pas se défendre lorsqu’elles sont exposées à la violence. C’est pourquoi nous essayons de mobiliser les femmes dans cette direction depuis deux mois », a attiré l’attention sur l’importance de la campagne.
Ils s’attaquent à la culture à travers le corps féminin
Emine a déclaré qu’ils expliquent aux femmes comment se protéger de la violence à laquelle elles sont exposées par le biais d’ateliers, de visites à domicile, de travaux de rue et de quartier, et a souligné que chaque femme est exposée au mobbing et à la violence dans sa propre vie et son lieu de travail. Emine a déclaré : « Avec la campagne que nous avons lancée en tant que femmes, nous transmettons le message suivant : nous allons lutter contre les attaques contre notre nature, notre langue et notre culture, nos valeurs sociales. Elles s’attaquent à notre terre, à notre culture et à notre histoire à travers le corps féminin et le viol. Ce genre de politiques se développe surtout à travers les jeunes femmes. L’histoire de Botan (une région kurde) est un lieu important. Elles visent à nous éloigner de la vie naturelle. « Tout cela fait partie de la politique la guerre spéciale. »
 
Notre nature est notre vie
Emine a fait remarquer que les jeunes femmes étaient ciblées par les policiers turcs et les sergents des forces spéciales turques, et a souligné que cela faisait partie de la sala guerre visant le peuple kurde. Soulignant que ces politiques sont mises en œuvre d’une manière différente dans les régions kurdes, Emine a déclaré : « Au Kurdistan, on souhaite mener une politique d’éradication par la jeunesse. Notre nature est brûlée et il est prévu que nous soyons détruits à travers elle. Nous n’accepterons jamais de telles politiques. Nous ne leur permettrons pas de brûler notre nature (…). Nous avons donné des réponses fortes à cela et nous continuerons à être sur le terrain. Notre principal objectif est d’apprendre à nous connaître. Les femmes de Botan protègent leur nature. Les femmes qui ont dû émigrer des villages sous la pression [de l’Etat turc] continuent à se connaître et à retourner à leur essence en retournant dans leurs villages. Les femmes disent : « Notre nature est notre vie », et elles protègent aussi leur nature ».
Attaques contre la langue kurde
Notant qu’elle a répondu aux politiques d’éradication des femmes en disant « Je continuerai à exister même si vous me détruisez », Emine a également attiré l’attention sur les crimes linguistiques. Emine a déclaré qu’il y a eu des attaques contre la langue depuis le passé, et qu’elles attaquent notre langue de différentes manières. Emine a déclaré que les commerçants ont été forcés de parler turc et a poursuivi en disant « Tout cela fait partie de la politique de guerre spéciale. En exerçant une pression économique, ils disent : « Si vous ne voulez pas parler en turc, alors vous perdrez votre argent et votre emploi, vous parlerez en turc ». En tant que femmes, nous continuerons à protéger notre langue dans tous les domaines. »
Abdullah Öcalan détient la clé de la paix
Emine a déclaré que la question la plus importante est l’isolement et a souligné que le leader du PKK, Abdullah Öcalan, a été soumis à des conditions d’isolement aggravées pendant des années. Rappelant qu’une réunion a eu lieu le 22 mai, Emine a déclaré : « Ce n’est pas suffisant. Les peuples kurde et turc ne peuvent pas vivre démocratiquement tant que l’isolement imposé à M. Abdullah Öcalan n’aura pas pris fin. La clé de la paix est entre les mains de M. Öcalan. La Turquie est un face à face avec le chaos. En tant que femmes, nous voulons que cet isolement prenne fin le plus rapidement possible. Cet isolement est imposé au peuple kurde et aux femmes en la personne de M. Öcalan. Nos ateliers se poursuivent sur ce sujet », a-t-elle déclaré.
Les femmes mises au ban de l’économie
En ce qui concerne la Convention d’Istanbul, Emine a déclaré qu’elles ont également des études sur ce sujet. Emine a souligné que l’échec de la mise en œuvre de la Convention d’Istanbul a conduit aux féminicides. Déclarant que l’économie a été créée par les femmes, Emine a déclaré que les femmes ne pesaient rien dans l’économie aujourd’hui, ajoutant que « L’économie des femmes a été volée de leurs mains. Nous allons essayer de le récupérer » et a annoncé le programme de novembre des travaux qu’elles réaliseront dans le cadre de la campagne. Emine a déclaré qu’elles se préparent pour le 25 novembre et a ajouté : « Dans notre quartier, les activités des ateliers se poursuivront. Nous avons vu que nous avons touché les sentiments des femmes pendant le processus de la campagne. Les femmes qui travaillent partout nous ont accueillies avec enthousiasme. (…) Des femmes de tous âges envoient des messages. La société ne se rend pas au capitalisme.”
Nous allons faire revivre notre culture
Ajoutant que les femmes sont également dérangées par les politiques existantes, Emine a déclaré : « Nous allons recréer notre culture qu’elles veulent noyer. Les mères disent qu’elles ont été attaquées et que leurs enfants ont été attaqués. Elles disent que leurs enfants ont été forcés à se droguer et à se prostituer. Nous travaillerons du 1er au 25 novembre. Avec les femmes, les hommes soutiennent également la campagne en disant « Nous nous défendons ». Les femmes donnent le message qu’elles résisteront au système. Les femmes disent qu’elles ne sont pas seules. »

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici