Les renseignements suisses : La Turquie joue un rôle clé pour l’EI

0
749
BERN – Le rapport du Service fédéral de renseignements suisses fait référence au rôle clé de la Turquie pour l’Etat islamique (EI / DAECH) et à la lutte agressive d’Erdogan pour le pouvoir régional. L’organisation armée kurde, le PKK est décrit comme étant pragmatique dans ce même rapport.
 
Dans son rapport « Sécurité Suisse 2020 », le Service fédéral de renseignement (NDB) évoque le rôle clé de la Turquie comme zone de transit et de repli pour « l ‘État islamique ». Dans son rapport publié fin octobre, le Service fédéral de renseignement indique que l’organisation DAECH continue de disposer de ressources importantes, tant en termes de personnel que de moyens financiers :
 
« Elle s’est préparée depuis longtemps à la défaite prévisible : Les cadres et les ressources financières ont été mis en lieu sûr. Aujourd’hui, c’est une organisation clandestine fragmentée en Syrie et en Irak, mais elle dispose de structures intactes au niveau régional. Depuis la chute du califat, elle a perpétré des milliers d’attaques en Syrie et en Irak, et malgré ces limites, l’organisation centrale dispose également de vastes réseaux transnationaux. La Turquie joue ici un rôle clé en tant que zone de transit et de retrait. Cette observation est soulignée par le fait que des représentants de l’État islamique ont été appréhendés ou tués à plusieurs reprises à proximité immédiate de la frontière turque. En 2019, le ministre turc de l’intérieur a publiquement confirmé la présence croissante et les activités accrues des djihadistes en Turquie. La même année, l’ « État islamique » a déclaré que la Turquie était l’une de ses provinces ».
 
Le pouvoir régional agressif de la Turquie sous Erdogan
 
Dans son évaluation de la situation de la Turquie, le rapport dit : « Malgré les difficultés politiques et économiques intérieures, la Turquie n’abandonnera pas ses efforts pour obtenir le pouvoir régional sous le président Erdogan. Dans le contexte de sa perception des menaces, l’établissement d’une zone de sécurité dans le nord de la Syrie oblige la Turquie à renforcer ses liens avec la Russie, augmentant ainsi la zone de friction avec ses partenaires traditionnels. La poursuite des intérêts de la Turquie dans la région méditerranéenne y contribue également. Néanmoins, la Turquie n’abandonnera pas fondamentalement ses relations avec ses partenaires de l’OTAN et de l’UE ».
 
Selon la NDB, le terrorisme djihadiste pourrait être l’un des bénéficiaires des conflits politiques de pouvoir, et l’EI continue de montrer la voie à cet égard. La menace terroriste en Suisse reste élevée et de nouvelles attaques en Europe sont probables, selon la NDB.
 
Erdogan perd son soutien malgré une politique étrangère agressive
 
En ce qui concerne la Turquie, le rapport indique : « Le président Erdogan ne peut pas améliorer la situation économique médiocre malgré la richesse de son pouvoir. Son parti au pouvoir, le Parti de la justice et du développement (AKP), est affaibli depuis sa défaite aux élections locales de mars et juin 2019 dans les principales villes.
 
Malgré les interventions militaires populaires de la Turquie dans le nord de la Syrie et le nord de l’Irak, il continue de perdre le soutien populaire. Les cofondateurs renégats de l’AKP gagnent du soutien, creusant les fissures de l’AKP. L’opposition est cependant divisée et ne représente pas actuellement une alternative sérieuse. La Turquie fait des efforts pour installer les réfugiés syriens d’origine arabe dans sa zone de sécurité au nord de la Syrie. Cela pourrait entraîner un coin démographique dans les régions revendiquées comme autonomes par les Kurdes. Dans la zone économique de Chypre, en Méditerranée orientale, la Turquie continue à chercher du gaz naturel malgré les protestations des États-Unis et les sanctions symboliques de l’UE. En outre, avec le mémorandum sur le redécoupage des frontières maritimes avec le gouvernement de Sarraj en Libye, la Turquie ignore le droit maritime international. Erdogan menace toujours de laisser les plus de trois millions de réfugiés syriens se diriger vers l’Europe si l’UE critique plus fortement sa politique étrangère ».
 
Selon le service de renseignement, les tensions politiques internes en Turquie vont se poursuivre : « L’équilibre politique du pouvoir risque de se déplacer davantage au détriment du parti au pouvoir du président. La situation économique restera fragile et risque de se détériorer encore ».
 
Erdogan continuera à ajuster tactiquement ses relations avec l’UE, les États-Unis, la Russie et les États du Proche et du Moyen-Orient afin de préserver autant que possible l’indépendance de la Turquie. La NDB suppose que la Turquie continuera à intervenir militairement en Syrie et en Irak « afin de contenir ce qu’elle perçoit comme la menace la plus importante – le « terrorisme du PKK » – et en même temps de rapatrier des millions de réfugiés syriens dans les années à venir ».
 
Le PKK est pragmatique
 
Alors que le NDB met le « terrorisme du PKK » entre les guillemets dans la section Turquie, le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) est inscrit dans la section « terrorisme djihadiste et ethno-nationaliste ». Dans la brève section sur le PKK, le comportement de l’organisation kurde en Europe est décrit comme pragmatique.
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici