TURQUIE. Le meurtre d’un Kurde arrêté déguisé en suicide

0
395
TURQUIE / BAKUR – İslam Kaya, un Kurde arrêté au volant de sa voiture alors qu’il se rendait dans le centre-ville de Van depuis le district de Başkale le 15 août 2019, est mort à l’hôpital le 27 août 2019. Les autorités turques ont prétendu qu’il s’était suicidé en se jetant par la fenêtre de sa chambre d’hôpital alors qu’il était menotté au lit ! Des rapports contradictoires jettent le doute sur cette déclaration et penchent du côté d’un meurtre sous la torture.
 
Dans les procès-verbaux tenus par les militaires en service à l’hôpital, on a appris que les deux bras de Kaya avaient été menottés au motif qu’il souffrait du syndrome de sevrage. Dans la partie diagnostique du rapport « Epicrisis », que Kaya, qui se serait suicidé alors qu’il avait les deux mains menottées au lit, on peut lire l’expression « blessure intracrânienne et coups reçus ». S’il est indiqué dans le rapport de police que Kaya a sauté de son véhicule lors de son arrestation, on ne fait mention d’aucune autre blessures sur le reste de son corps dans les rapports de l’hôpital. D’autre part, il a été déclaré que lors du contrôle psychiatrique effectué dans l’unité de soins intensifs, il n’y avait aucune preuve que Kaya ait utilisé des substances.
 
La famille dans l’attente d’une réponse juridique
 
La famille et les avocats de Kaya ont déposé une plainte pénale auprès du bureau du procureur, exigeant d’enquêter sur la façon dont une personne sous garde militaire a sauté du véhicule et est tombée par la fenêtre alors que ses deux bras étaient menottés au lit. Environ un an s’est écoulé depuis la demande, le parquet n’a toujours pas recueilli un seul témoignage des forces de l’ordre.
 
La responsabilité de l’Etat turc est engagé
 
L’avocat de la famille, Kadir Kutevi, a souligné qu’il n’y avait pas de développement concernant la plainte pénale qu’ils avaient déposée contre la police et les soldats, et a déclaré que Kaya avait d’abord été battu dans le véhicule par la police qui l’avait emmené à la prison puis livré à la prison. Rappelant que Kaya a été emmené à l’hôpital et traité dans l’unité de soins intensifs de neurochirurgie, Kutevi a déclaré: «Il a été affirmé qu’il s’était suicidé en sautant par la fenêtre de la chambre des prisonniers, où il avait été emmené menottes aux poignets après avoir quitté l’unité de soins intensifs. Il est contraire au cours normal de la vie pour une personne menottée de se suicider. Il est déclaré que Kaya a souffert du syndrome de sevrage parmi les détenus détenus par les forces de l’ordre qui étaient avec lui avant son décès. Ne pas avoir plus d’un agent des forces de l’ordre avec une personne qui souffre du syndrome de sevrage est déjà un crime de négligence. Supposons qu’Islam Kaya se soit suicidé. Même l’État est responsable de cette situation », a-t-il déclaré.
« Le rapport d’autopsie contient beaucoup de doutes »
Notant qu’il était indiqué dans le rapport d’autopsie qu’il « était tombé sur la tête », Kutevi a déclaré qu’il était impossible pour une personne qui s’est suicidée de tomber sur la tête. Exprimant que l’incident contient de nombreux soupçons, Kutevi a déclaré: «Dans le processus judiciaire, que nous avons lancé pour éclairer la mort suspecte afin de déterminer et de punir les responsables, pas même un seul service de police n’a été appelé à témoigner. (…) Sur le plan juridique, la mise en accusation de ce dossier devait être préparée et passer à la phase de poursuites jusqu’à présent. Une politique de protection de l’application de la loi et d’impunité est mise en œuvre dans la région [kurde]. C’est une situation qui apparaît dans de nombreuses violations des droits. Nous pensons qu’en n’obtenant pas l’autorisation d’enquête du bureau du gouverneur, l’agent d’application de la loi a été protégé. »
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici