SHENGAL. Les Yézidis veulent être inclus au processus de décisions concernant leur avenir

0
225
SHENGAL – À la demande pressante des États-Unis, un accord a été conclu le 9 octobre entre le gouvernement autonome kurde et le gouvernement central de Bagdad sur le sort futur de la région yézidie de Shengal. Les Yézidis expriment leurs inquiétudes du fait que d’autres puissances prennent des décisions les concernant directement, sans qu’ils soient inclus dans le processus.
 
Les détails de l’accord conclu le 9 octobre ne sont pas encore connus. Cependant, les parties irakienne et kurde ont annoncé certains points clés de l’accord dans des communiqués de presse. Le bureau du Premier ministre irakien Mustafa Al-Kadhim a annoncé qu’un accord avait été conclu avec les dirigeants kurdes à Erbil au cours de mois de négociations . La partie kurde était également satisfaite du résultat des négociations «historiques». Les questions de sécurité, de leadership politique et de fourniture d’infrastructures publiques ont été clarifiées, ont déclaré les deux parties. La plupart des Yézidis qui ont fui la région en 2014 vivent toujours dans des camps de réfugiés. L’accord devrait désormais leur permettre de revenir.
 
L’ONG yézidie, Free Yezidi Foundation (FYF) a publié le texte suivant pour critiquer les autorités kurdes et irakiennes au sujet de leurs démarches concernant les Yézidis de Shengal qui excluent les premiers concernés :
 
« Certains aspects de l’accord pour l’avenir de Shengal sont positifs, et d’autres pourraient s’avérer problématiques. L’un des sujets de préoccupation est le manque de pouvoir décisionnel exercé par les résidents actuels de Shengal. Une évolution positive est l’attention portée par les deux gouvernements à la reconstruction et à un meilleur avenir pour une partie du pays négligée et détruite.
 
Les décisions visant à déterminer la direction politique de Shengal devraient être prises en fonction des droits de ses résidents à une représentation politique et administrative équitable. C’est un droit fondamental, et nous espérons que cet accord le respectera. Il est important que les deux gouvernements de Bagdad et d’Erbil s’en remettent aux souhaits et aux exigences des habitants du district.
 
La sécurité est la question la plus difficile à Shengal, selon les habitants de la région, les experts internationaux et tous les autres. C’est la bonne idée de retirer toutes les milices de Shengal, car cela est préjudiciable aux personnes qui y vivaient et qui veulent y retourner. Tant qu’il s’agira d’une zone de compétition des milices, les familles ne voudront pas y retourner et ne pourront pas y vivre en sécurité. C’est également une bonne idée que les habitants de Shengal participent et prennent des positions de leadership significatives dans l’appareil de sécurité de la région. C’est également une mesure positive. La question du PKK et de ses affiliés est très difficile, car de nombreux Yezidis ont défendu leur patrie dans divers cadres en raison de besoins existentiels sur le terrain. Quelle que soit la décision prise, les Yezidis qui ont combattu pour défendre Shingal ne doivent pas être diabolisés ou expulsés. Et bien que les Yezidis soient reconnaissants pour les actions héroïques du PKK en ces jours de 2014, il est important que Shingal ne soit pas le lieu de poursuite des combats entre les grands acteurs régionaux. Nous pensons également que l’accord aurait dû mentionner que tous les éléments en Irak doivent rejeter les frappes aériennes turques continues à Shingal, qui ont également contribué à déstabiliser la région. D’une manière générale, l’accent mis sur les acteurs locaux pour maintenir la sécurité à Shingal est une évolution positive dans le texte de l’accord, et la nécessité de retirer les nombreuses milices de la région profitera non seulement aux Yezidis mais aussi à tous les habitants de la province de Ninive, tant que la sécurité pourra être maintenue.
 
La reconstruction nécessitera la coopération de toutes les parties et, surtout, une action visant à prévenir la corruption afin que les fonds et les efforts déployés pour aider à la reconstruction de la région ne soient pas gaspillés. Il sera important qu’un acteur impartial et non gouvernemental aide à surveiller cela, peut-être que les Nations Unies sont un contingent de l’Union européenne.
 
D’une manière générale, les efforts visant à rétablir la normalité et à réduire les tensions à Shingal sont positifs. La FYF soutient toute préoccupation réelle pour le bien-être de ces résidents et les droits des Yezidis à retourner dans leur région d’origine. Il convient également de noter que le traumatisme subi par les Yezidis ne sera pas résolu par la seule reconstruction et les services, de sorte qu’un soutien continu à cette communauté en danger est nécessaire. En outre, les causes sous-jacentes qui ont conduit à ce génocide, notamment la discrimination systémique, la haine contre les Yezidis et la diminution des droits et des opportunités pour notre peuple, restent en place. La résolution de ces problèmes nécessitera un travail supplémentaire, au-delà de la reconstruction physique et des mesures de sécurité à Shingal. Néanmoins, de véritables efforts de reconstruction peuvent constituer une avancée importante et positive. »
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici