Un Kurde meurt de froid lors d’un périlleux voyage vers l’Europe

0
193
Un Kurde effectuant le périlleux voyage vers l’Europe est mort de froid à la frontière turco-grecque, ont déclaré des membres de sa famille à Rudaw. Son corps sera rapatrié jeudi.
 
Manaf Ibrahim, 32 ans, est originaire de la ville de Shiladze, dans la province de Duhok. Il a quitté la région du Kurdistan pour la Turquie le 29 septembre avec quatre autres parents, entamant un voyage qui lui a coûté la vie.
 
Depuis 2014, des centaines de Kurdes sont morts en tentant de migrer vers l’Europe, nombre d’entre eux se noyant dans la mer Égée. En 2017, deux hommes kurdes sont morts de froid lorsqu’ils ont été surpris par un temps enneigé voyageant de la Turquie à la Bulgarie.
 
«Manaf souffrait déjà de certains problèmes de santé (…). Il y en avait cinq lorsqu’ils ont quitté le Kurdistan pour la Turquie. Deux jours avant de mourir de froid, deux de ses amis ont été arrêtés par la police turque. Les trois autres sont restés ensemble. Manaf est décédé le le 12. L’autre ami et le cousin reviennent avec le corps aujourd’hui», a déclaré jeudi Jegir Shawkat, un cousin du défunt.
 
Les deux personnes arrêtées « sont en prison dans la ville d’Edirne », près de la frontière grecque, a ajouté Shawka.
 
«Ma seule demande est de me ramener Manaf», a pleuré sa mère, Ramziya Haider, entourée de parentes et d’amis chez elle à Shiladze. « Ramenez-le à sa mère. Nous n’avons pas d’autre demande. »
 
Le père de Manaf a déclaré que son fils s’enregistrait régulièrement alors qu’il traversait la Turquie. Ils ont entendu parler de lui pour la dernière fois trois jours avant sa mort.
 
« Il a appelé son frère en lui disant qu’ils avaient atteint une ville. Il a dit que s’ils la quittaient, ils atteindraient leur prochaine destination. Juste après cela, nous avons été déconnectés de lui », a déclaré son père Ibrahim Hafzulla à Rudaw.
 
Manaf était diplômé universitaire. Avant de quitter la région du Kurdistan, il a dit à sa famille qu’il voulait émigrer en Europe parce qu’il ne pouvait pas trouver de travail.
 
« Il y a sept ans, il est diplômé d’un institut. Il était au chômage. Il n’avait pas de travail ici », a déclaré son cousin Shawkat. « Cela faisait un an qu’il disait constamment qu’il voulait partir. »
 
Aland Organisation pour la démocratisation de la jeunesse décrit Shiladze comme «l’épicentre de la migration des jeunes dans la province de Duhok». Basée à Duhok, Aland travaille depuis 2004 pour sensibiliser à l’investissement dans le potentiel des jeunes.
 
«La majorité de ceux qui ont quitté la région du Kurdistan ces dernières années sont des gens qui ont une bonne éducation. Ils se sentent sans espoir. Ils ne voient ni avenir ni espoir de trouver un emploi», a déclaré Sherzad Pir Musa, le chef d’Aland.
 
«En 2014 et 2015, un grand nombre de personnes sont parties en raison de la crise économique et de l’avènement de Daech [État islamique]. Il y a eu un calme relatif en 2017, 2018 et 2019 en raison de la fin de Daech et d’une légère amélioration de la situation économique. Cette année, on assiste à nouveau à une augmentation des migrations de jeunes en raison du coronavirus, qui a ramené la crise économique», a-t-il ajouté.
 
« J’exhorte le gouvernement à arrêter la migration. Le gouvernement doit investir dans leur potentiel », a-t-il déclaré.
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici