Les crimes commis dans les régions du Rojava occupées par la Turquie & le rapport de l’ONU

0
331

SYRIE / ROJAVA – Un an s’est écoulé depuis l’occupation des villes kurdes de Serêkaniyê et Girê Spî par la Turquie et même si certains crimes (Kidnappings, torture, viols des femmes et des fillettes, féminicides, meurtres) commis par les forces occupantes sont cités dans le rapport récent de l’ONU sur la Syrie, la situation réelle est beaucoup plus grave.

Bedran Çiya Kurd, vice-président de l’Administration démocratique autonome du nord et de l’est de la Syrie,  a déclaré que de nombreux crimes de guerre et violations commis par les mercenaires soutenus par l’État turc ne sont pas suffisamment documentés dans le rapport de l’ONU,  que des commissions indépendantes devaient se rendre immédiatement dans les zones occupées pour enquêter  sur les crimes de guerre.

Le Conseil des droits de l’homme des Nations Unies (ONU), au cours duquel les crimes de guerre commis à Afrin, Serekaniye et Girê Spî ont été abordés, a conclu sa 45e session avec une série de projets de résolution. (…)

Le rapport de l’ONU est insuffisant

Malgré tous les obstacles imposés par l’Etat turc, les crimes documentés par l’organisation des droits de l’homme d’Afrin et de Cizîrê, révèlent que le rapport de l’ONU est très insuffisant.  La prévalence des crimes dans les rapports révèle que ces crimes sont coordonnés par l’État turc.

Nous avons compilé quelques crimes de guerre dans les zones d’administration autonome occupées par l’Etat turc et son partenaire ISIS/Daech, Al Nusra et les gangs de «l’armée nationale».  Nous avons également interrogé Bedran Çiya Kurd, vice-président de l’Administration démocratique autonome du nord et de l’est de la Syrie, sur les parties connexes du rapport de l’ONU sur les zones occupées et ses carences.

Les mercenaires irakiens installés à Serêkaniyê et Girê Spi

Des responsables gouvernementaux autonomes affirment que 300 000 personnes de Serêkaniyê et Girê Spî ont été forcées de migrer en raison de l’invasion de la Turquie et que l’Association des droits de l’homme de Cizîrê a soumis aux organisations internationales des documents portant sur 162 000 personnes qui ont été déplacées de force.

15 villages appartenant aux Kurdes Yazidîs ont été évacués à Serêkaniyê et ses environs.  Au moins 65 maisons et toutes les propriétés appartenant à des Yézidis ont été saisies, 80 maisons ont été démolies dans les villages de Davudiye et Xirbet Cemo et des quartiers généraux militaires ont été construits à leur place.

Il est documenté par la presse kurde qu’il y a de nombreux membres de l’Etat islamique parmi les gangs de l’ «armée nationale syrienne» qui ont participé aux opérations d’invasion contre Serêkaniyê et Girê Spî.  L’Association des droits de l’homme de Cizîrê déclare que 400 membres irakiens de l’Etat islamique ont été amenés à Serêkaniyê et Girê Spî en tant que combattants, et 1400 mercenaires syriens et leurs familles ont quitté Idlib.

Armes chimiques utilisées, organes d’enfants volés

L’Association des droits de l’homme de Cizirê a documenté que l’État turc a tué 340 personnes dans les zones d’administration autonome le long de la frontière lors des opérations d’invasion de Serêkaniyê et de Girê Spî qui ont commencé le 9 octobre, et lors des attaques post-invasion contre les zones d’administration autonome de Girê Spî et  Serêkaniyê.

Le rapport de l’association indique que 187 personnes tuées étaient des civils.  Dans le rapport, il est en outre dit que 7 personnes ont été exécutées après avoir été faites prisonnières par les envahisseurs, et 2 d’entre elles ont été violées.  Depuis l’invasion, 945 personnes au total ont été blessées, dont 339 ont été identifiées comme des civils.  Après l’occupation par la Turquie, 25 personnes ont perdu la vie et 43 blessées dans les explosions qui se sont produites à Serêkaniyê et à Girê Spî.

L’État turc a utilisé du phosphore blanc, considéré comme une arme chimique, contre les FDS et les civils à Serekaniye le 19 octobre 2019. L’association Cizire pour les droits de l’homme a documenté que 33 personnes ont été brûlées lors de cette attaque chimique, 23 d’entre elles étaient des civils et 10 d’entre elles.  étaient des combattants des FDS.  L’association a déclaré que 6 personnes ont été brûlées au-delà de toute reconnaissance et qu’il n’y a aucun document ou information à leur sujet.

Il a également été remarqué que depuis le 9 octobre, au moins 85 personnes ont été enlevées, torturées et ont dû payer une rançon pour être libérées à Girê Spî et Serêkaniyê.  78 personnes ont été arrêtées pour avoir travaillé dans les institutions gouvernementales autonomes et envoyées en Turquie pour y être jugées, bien que cela soit contraire aux lois internationales.

Renas Muhamed Isharha, 9 ans, et Mahir Subhi Ancur, 3 ans, de Serêkaniyê, ont été envoyés dans des hôpitaux en Turquie après être tombés malades.  Les deux enfants ont été assassinés en Turquie et leurs organes ont été volés.

Au moins 581 civils tués et 6885 autres civils kidnappés à Afrin

Dans le rapport de l’Organisation des droits de l’homme d’Afrin couvrant la période du 20 janvier 2018 au 30 septembre 2020, il est indiqué qu’au moins 581 civils ont été tués – 498 par des bombardements et 80 par la torture- par l’État turc et ses mercenaires pendant  cette période.  68 des victimes étaient des enfants.  En outre, plus de 696 personnes, dont 330 enfants, ont été blessées dans les bombardements des envahisseurs.

L’Organisation des droits de l’homme d’Afrin documente que 6885 civils ont été enlevés par des mercenaires sous le contrôle de l’État turc depuis le début de l’opération d’occupation jusqu’à la fin septembre.  Le sort de 3 900 civils femmes et hommes kidnappés n’est pas connu.  La situation de 11 civils du village d’Omerê Shaxi dans le district de Rajo peut être donnée à titre d’exemple.  Parmi ces civils qui ont été condamnés à la réclusion à perpétuité par les prétendus tribunaux terroristes mis en place par les envahisseurs à Afrin le 17 décembre 2019, neuf ont été envoyés en Turquie et le sort de deux autres n’est pas clair.

« Nettoyage ethnique et changement démographique à Afrin »

La majorité de la population kurde, qui constitue près de 90% d’Afrin, a dû migrer à la suite de l’occupation complète de la ville le 18 mars 2018. Malgré l’occupation, la plupart des 100 à 150 000 Kurdes restés à Afrin a quitté la ville en raison de la pression systématique et de la torture.  On sait que la population kurde de la ville est actuellement inférieure à 18% de la population générale.

Aujourd’hui, seuls 5 à 7 000 des 25 000 Yézidis vivent dans 22 villages et le centre-ville d’Afrin.  Plus de 10 sanctuaires religieux appartenant aux Yézidis ont été complètement pillés.  Le centre Yazidi d’Afrin situé dans le centre-ville et touché lors de l’opération d’occupation, a été complètement détruit par les envahisseurs en juin 2018. Aujourd’hui, les Yézidis de la ville sont enlevés, torturés, massacrés et contraints de se convertir à l’islam.

La majorité des Alevis, dont le nombre est d’environ 15 000 personnes et qui vivent dans le centre du district de Mabata, ont quitté la ville après l’occupation.  Le nombre d’Alevis séjournant dans la ville aujourd’hui n’est pas clairement connu et serait très peu nombreux.  Comme les Yézidis, les Alevis sont également contraints de se convertir à l’islam.  Les maisons des Alevis et des Yézidis ont été saisies de force et converties en cours de Coran et en centres religieux où des gangs salafistes donnent une éducation.

Il reste actuellement 2 à 3 familles chrétiennes à Afrin, où environ 1000 chrétiens kurdes et arméniens devaient vivre.  La seule église d’Afrin a été pillée par des mercenaires après l’occupation.  Aujourd’hui, il est partagé entre le Sultan Murat et le groupe Jaysh al-Sharqiya.  Les quelques familles chrétiennes qui restent dans la ville sont obligées de vivre selon l’islam.  Rıdvan Muhammed Muhammed, l’un des chrétiens kurdes d’Afrin, a été arrêté par les gangs Faylaq al-Sham le 31 juillet 2020, alors qu’il exigeait l’enterrement de sa femme, Cennet Mohammed, selon la croyance chrétienne, et est toujours en état d’arrestation. 

Les Arabes, qui sont des habitants de la ville, sont exposés aux pratiques des gangs telles que l’enlèvement, la rançon, la saisie de propriétés et de véhicules et le massacre.

Des gangs arabes et turkmènes amenés de Ghouta, Hama, Homs, Turquie, Irak, Idlib etc. ont été installés dans les maisons de populations locales déplacées de force lors de l’invasion de leurs terres.  Dans certains endroits, les résidents vivant toujours chez eux ont été expulsés de force.  Dans le district de Shiye, les Kurdes ont été contraints de louer leurs propres maisons.

« Les femmes sont le plus ciblées »

L’assassinat d’Hevrin Xelef, secrétaire générale du Parti l’Avenir de la Syrie, par les gangs Ahrar al-Sharqiya lors de l’opération d’invasion Girê Spî n’est pas effacé de la mémoire.

A Afrin, Sêrekaniye et Girê Spî, les femmes ne peuvent pas sortir sans homme et sans voile.  De nombreuses femmes préfèrent rester chez elles en raison du harcèlement et des enlèvements par les mercenaires.

Dans tous les domaines d’occupation, en particulier à Afrin, les filles de moins de 18 ans sont contraintes d’épouser des mercenaires et de devenir leur deuxième, troisième ou quatrième épouse.  La polygamie, interdite pendant la période d’administration autonome, est encouragée ou imposée à la société par les envahisseurs.

Le Centre de recherche et de défense des droits des femmes syriennes rapporte qu’au moins 85 femmes ont été tuées, 175 blessées et 123 enlevées par la Turquie et des gangs lors des opérations d’occupation contre les trois villes.

L’Organisation des droits de l’homme Afrin a documenté que 68 femmes ont été assassinées dans la ville, 65 femmes ont été violées et 5 femmes qui ont été violées se sont suicidées depuis le 20 janvier.

Des comités indépendants pour enquêter dans les zones occupées

Bedran Çiya Kurd fait remarquer que de nombreux crimes de guerre et violations commis par les gangs soutenus par l’État turc ne sont pas documentés dans le rapport.  Déclarant qu’il n’y a pas d’institutions de surveillance, d’organisations de médias capables de détecter les violations des droits et les crimes de guerre commis dans les zones occupées, et qu’aucune personne ne peut suivre ces crimes et les signaler au public, et que des comités indépendants doivent se rendre immédiatement dans les zones occupées pour enquêter sur les crimes de guerre.

Bedran Çiya Kurd a souligné que les crimes commis sont bien supérieurs à ceux reflétés dans le rapport : «Par conséquent, toutes les violations dans ces régions devraient faire l’objet d’une enquête urgente et être signalées au public.  Les responsables des violations doivent être jugés et appelés à rendre des comptes.  Après la détection des crimes de guerre, nous voulons que ceux qui ont commis ces crimes soient traduits en justice ».

La Turquie anti- kurde responsable des crimes de guerre

Bédard Çiya Kurd a souligné que : « L’Etat turc est responsable de toutes les violations et crimes de guerre commis à Afrin, Serêkaniyê et Girê Spî  sous occupation.  L’État turc a attaqué et occupé ces régions avec ses partenaires Daech/ISIS, Jabhat Al-Nusra, Al-Qaïda.

Des milliers de personnes amenées de régions telles qu’Idlib et Ghouta ont été installées à Afrin.  Les habitants d’Afrin ont été déplacés de leurs propres terres.  Leurs propriétés ont été saisies, des centaines de personnes qui voulaient protéger leurs terres ont été massacrées.  Les crimes de guerre à Afrin ne se sont produits nulle part ailleurs en Syrie.  Ce qui s’est passé là-bas, c’est à cause de la Turquie.  Ces crimes de guerre sont perpétrés par les autorités turques, mais principalement par des groupes de mercenaires idéologiquement fidèles à l’État turc.  Le sultan Murad et d’autres groupes ont une grande rancune et une grande haine envers le peuple kurde.  Il existe de nombreux gangs de l’EI au sein de ces groupes.

Quand on examine les rapports, on constate qu’il y a moins de crimes de guerre à Serêkaniyê et Girê Spî.  La raison en est que ce qui s’est passé à Afrin n’était pas intentionnel dans ces régions.  Lorsque l’opération d’occupation a commencé, les Kurdes, conscients de la haine de l’Etat turc et de la haine de ses gangs envers les Kurdes, ont quitté leurs villes.  Très peu de Kurdes sont restés dans ces deux villes après l’occupation.  C’est pourquoi si moins de personnes étaient tuées, kidnappées et torturées par les envahisseurs.  Les Kurdes vivant dans les zones occupées par la Turquie sont confrontés au massacre et au génocide. »

La Turquie tue les civils

Rappelant que l’État turc a conclu un accord avec la Russie et les États-Unis pour arrêter leurs attaques suite à l’invasion de Serêkaniyê et Girê Spî, Çiya Kurd a déclaré : «Cependant, l’État turc n’a jamais été fidèle aux accords et a poursuivi ses attaques.  Des civils sont constamment massacrés à la frontière, des terres sont incendiées, des villages ciblés par des tirs d’artillerie. « 

Çiya Kurd a ajouté que « la Turquie organise des attaques avec des drones partout dans les territoires de l’administration autonome. Trois femmes politiques ont été massacrées à Kobanê, il y a eu des attaques à Qamishlo et Shehba. Tous ces incidents, le meurtre de civils et d’hommes politiques sur nos terres constituent également des crimes de guerre ».

ANF

 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici