TURQUIE. Attaques contre la langue et les institutions kurdes

0
170
TURQUIE / BAKUR – En Turquie, les pressions visant les Kurdes n’ont pas baissé depuis les années 90. Ces attaques se sont intensifiées au cours des dix dernières années avec la fermeture de la plupart des institutions kurdes après la tentative de coup d’Etat du juillet 2016, et maintenant le turc est imposé même aux sections kurdes des universités.
 
Récemment, la direction de l’université de Dicle a annoncé qu’une thèse ne peut pas être écrite en kurde dans le département de littérature populaire kurde. De plus, la langue d’enseignement du département est le turc. Dans une déclaration après la vidéo de la conférence partagée par Selim Temo sur les réseaux sociaux, l’université a déclaré que les affirmations étaient fausses et a souligné que la langue d’enseignement était le turc. Par la suite, le ministère des transports a déclaré que « le kurde n’est pas une des langues communes » en réponse à la motion d’annonce du kurde dans les avions déposée par la députée du HDP Ebru Günay.
 
Bien que l’AKP ait relâché la pression sur le kurde pendant la période du « processus de paix » avec le PKK, presque toutes les institutions kurdes sont devenues des cibles après la tentative de coup d’Etat du 2016. Les pressions ont été particulièrement intenses. Des administrateurs ont été nommés à la place des élus des municipalités kurdes, les panneaux kurdes ainsi que les lettres kurdes pour les panneaux routiers et piétonniers ont été supprimés. Les locuteurs kurdes dans l’espace public et les chansons kurdes chantées lors des mariages ont été pris pour cible, comme dans les années 90. Après 2016, on a pu se rendre compte à quel point l’assimilation et la pression sur les Kurdes et leur langue ont augmenté.
 
Des écoles kurdes scellées à trois reprises
 
La pression sur les Kurdes avait en fait commencé à se faire sentir pendant le processus de paix. KURDI-DER, MAPER et Eğitim Sen ont ouvert l’école primaire Dibistana Seretayî a Ferzad Kemangar-Ferzad Kemanger dans le district d’Amed Bağlar et l’école primaire Dibistana Seretayî a Berîvan-Berivan dans le district de Cizre, à Şırnak, et l’école primaire maternelle Üveyş à Hakkari Gever en 2014. Dibistana Seretayî a Berîvan a été fermée sur ordre du procureur le lendemain de son ouverture, mais a continué à donner un enseignement en kurde lorsque le sceau a été enlevé par les élèves et leurs familles. L’école a été scellée 3 fois au total. Par la suite, l’enseignement en kurde a été complètement arrêté avec le curateur nommé à Cizre en 2016.
 
L’école primaire Ferzad Kemanger, ouverte à Amed en 2014, qui dispense un enseignement en kurde à 250 enfants âgés de 5 à 11 ans, a été fermée par le décret n° 677. L’école primaire Ali Heriri, qui dispensait un enseignement en kurde à Amed, a également été l’une des écoles fermées. Le collège Dicle Fırat, qui dispensait un enseignement en kurde dans le district de Kayapınar, à Amed, en 2010, faisait partie des écoles fermées en 2016.
 
Les activités du jardin d’enfants Üveyş, qui est en service à Gever depuis 2014 et dont le programme d’études a été préparé par KURDÎ-DER, ont également pris fin avec la nomination d’un administrateur. Dans l’école où au moins 800 enfants ont été éduqués, les alternatives ont également été bloquées pendant les périodes de fermeture. En 2016, avec les couvre-feux, le lieu d’entraînement du parc Ape Musa a été fermé et transformé en poste de police.
 
Une école kurde du village de Yalaza (Kerwas) dans le district de Lice à Amed a été détruite par les forces armées turques en avril 2017, pendant les couvre-feux. Les jardins d’enfants, dont le programme était en kurde et qui étaient soutenus par les municipalités du DBP, ont été transformés en institutions qui dispensent un enseignement turc ou des cours de Coran par les administrateurs nommés à la place des élus des municipalités kurdes.
 
Attaques contre les institutions kurdes
 
Le département de kurdologie au sein de l’Institut des langues vivantes a également été touché par les problèmes de décret de l’université de Mardin Artuklu.
 
L’Institut kurde d’Istanbul, qui travaille sur la langue, la littérature et l’histoire kurdes depuis 1992, a également été l’une des institutions fermées par décret. En 2006, la recherche et le développement de la culture kurde (KURDI-DER), avec ses 37 branches dans différentes provinces, dont le siège est à Amed, a été fermée par le décret statutaire 677. Les organisations de la société civile telles que l’Académie de la langue Ehmedê Xanî et l’Union des écrivains kurdes ont également été fermées par décret.
 
En plus des institutions et des académies, de nombreuses émissions de télévision et de radio en kurde ont été fermées : DENGE TV, JİYAN TV, VAN TV, ZAROK TV et de nombreuses radios ont été fermées par le décret-loi 677. Tous les établissements d’enseignement et de radiodiffusion en kurde ont été la cible de cette attaque.
 
Depuis l’état d’urgence proclamé après le 15 juillet 2016, alors que les institutions et tous les lieux où le kurde était maintenu en vie ont été attaqués par l’État turc. Les nationalistes turcs ont également attaqué régulièrement les citoyens kurdes dans l’espace public.
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici