ROJAVA. Appel urgent pour les réfugiés d’Afrin menacés par le Covid-19

0
2667

ROJAVA – SHEHBA  – Une catastrophe humanitaire se profile pour les réfugiés du canton kurde d’Afrin installés à Shehba, préviennent les organisations du Rojava.

L’Organisation des droits de l’Homme d’Afrin-Syrie, la branche Shehba du Croissant-Rouge kurde (Heyva Sor a Kurd) et les responsables des camps de déplacés de la région de Shehba, dans le nord de la Syrie, ont lancé un appel urgent aux organismes internationaux. Ils demandent aux organisations concernées à jouer leur rôle humanitaire et moral envers le peuple syrien en général et envers les déplacés d’Afrin à Shehba en particulier.

L’appel urgent lancé à l’ONU et à ses organisations sanitaires et humanitaires pour sauver les personnes déplacées d’Afrin du Covid-19 se lit comme suit :

«Le désastre et la situation catastrophiques qui attendent les Syriens et dont les Nations Unies et d’autres organisations avaient mis en garde, concernant la possibilité d’une épidémie incontrôlable du coronavirus en Syrie, est devenu une réalité maintenant.

Aussi misérables qu’ils soient, les Syriens, en général, font face à un destin noir alors que le conflit qui dure depuis dix ans fait toujours rage, laissant le pays en ruines et en lambeaux.

Les infrastructures ont été détruites, les populations appauvries tandis que les secteurs des services et de la santé sont fragiles et faibles, incapables de supporter le lourd fardeau de cette pandémie meurtrière.

Aujourd’hui, ce virus mortel fait des ravages dans le monde entier avec 20 millions de cas actifs et un nombre de morts qui a atteint 720 000 alors que les chercheurs sont lancés dans une course pour trouver des vaccins contre le Covid-19.

Ce sont des moments difficiles car la plupart des pays ont pris des mesures strictes pour contenir ce virus mortel qui se propage rapidement et fait des milliers de morts chaque jour.

Jusqu’à présent, sans vaccin efficace à disposition, la meilleure façon de sauver des vies est d’éviter d’être infecté en brisant la chaîne de transmission de l’infection par la distanciation sociale et en prenant des mesures de précaution.

Les déplacés d’Afrin réfugiés à Shehba menacés par le covid-19

Les déplacés d’Afrin impuissants à Shehba sont les plus sensibles à ce virus avec 10 cas infectés vivants et deux décès au cours des derniers jours.

La région de Shehba est une enclave exiguë qui abrite 200 000 déplacés kurdes de la région d’Afrin dans des camps de réfugiés sordides et des villes et villages déchirés par la guerre, en proie aux mines terrestres, dépourvus des nécessités les plus simples de la vie compte tenu de l’absence de soutien gouvernemental et international pour ces camps comme des services médicaux, sanitaires et sociaux, exacerbant les souffrances des personnes déplacées, dans un moment où des centaines de cas d’infections au Covid-19 ont récemment été découverts dans la ville voisine d’Alep.

La région de Shehba est assiégée de tous côtés à l’exception d’un seul passage qui la relie à la ville d’Alep, mais des mesures draconiennes sont nécessaires pour faire venir des fournitures médicales ou emmener les patients à Alep.

La propagation du virus pourrait s’accélérer et atteindre son apogée fin août et début septembre

Une catastrophe humanitaire se profile à l’horizon, attendant les déplacés d’Afrin ici à Shehba. Il n’existe qu’un seul petit hôpital, l’hôpital d’Afrin, dépourvu du matériel médical nécessaire, de personnel qualifié, d’ambulances et de fournitures.  L’hôpital fournit des services médicaux gratuits, recevant quotidiennement des centaines de patients.

«Des gants, des masques, des blouses et d’autres équipements de protection individuelle, des respirateurs, des diagnostics in vitro, des conteneurs d’oxygène, les médicaments nécessaires sont tous indispensables», déclare le directeur de l’hôpital.

Le Croissant-Rouge kurde a également quelques petits points médicaux ici gérés par des volontaires, mais ils manquent de ressources, de personnel et de fournitures médicales avec la présence de nombreuses épidémies telles que l’hépatite, la leishmaniose et d’autres maladies de la peau qui sévissent dans cette région oubliée.

Selon toutes les lois internationales : « tous les États et les individus ont le droit d’accéder aux soins de santé, le droit d’accéder à l’information et l’interdiction de la discrimination dans la fourniture de services médicaux et autres ».

« Par conséquent, nous lançons un appel à toutes les organisations humanitaires et de défense des droits humains des Nations Unies dans le domaine de la santé, en particulier l’Organisation mondiale de la santé, l’UNICEF, la Croix-Rouge internationale et toutes les organisations de santé concernées à jouer leur rôle humanitaire et moral envers le peuple syrien, en général, et envers  Les déplacés d’Afrin à Shehba, en particulier, doivent fournir une aide médicale et des secours d’urgence afin d’atténuer la propagation de ce virus, afin que nous puissions réduire l’ampleur de la catastrophe humanitaire qui est sûre de frapper la région bientôt ».

ANF

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici