Le Rojava menacé par une vague d’infections dues au COVID19

0
161
SYRIE / ROJAVA – Jusqu’à présent, les Kurdes du Rojava avaient réussi à faire face au coronavirus en fermant leurs frontières et en imposant des mesures de quarantaine strictes. Maintenant, une vague d’infection redoutable semble avoir atteint la Syrie du Nord et de l’Est. Mais ni l’OMS ni l’ONU ne semblent vouloir venir en aide au Rojava.
 
La Syrie du Nord et de l’Est a jusqu’à présent bien maîtrisé la pandémie du coronavirus grâce à des restrictions pour éviter la propagation du virus. Pendant des mois, les régions autonomes ont réussi à s’isoler, des frontières largement fermées et des conditions de quarantaine strictes ont protégé la région du virus. Mais maintenant, la vague d’infection tant redoutée semble avoir atteint la Syrie du Nord et de l’Est.
 
Ciwan Mistefa, coprésident du Comité de la santé de l’administration autonome de la Syrie du Nord et de l’Est, estime que le gouvernement syrien a une responsabilité : « Le virus est introduit et propagé par les voyageurs [venus par avion à Qamishlo, dont l’aéroport est sous contrôle du régime syrien]. Nous avons déployé des efforts considérables pour mettre en œuvre des concepts de sécurité susceptibles de fournir une protection suffisante contre le virus Covid-19. Cependant, l’exploitant de l’aéroport national continue de se montrer peu soucieux de prévenir la propagation du virus. Nos enquêtes ont montré que tous les patients chez lesquels nous avons détecté le coronavirus ces dernières semaines ont été infectés chez des voyageurs vivant dans les zones du régime. »
 
L’administration autonome avait déjà critiqué en avril que l’aéroport de Qamishlo était une faiblesse majeure dans les mesures de prévention contre le coronavirus et accusé Damas de ne pas contribuer à la lutte contre la pandémie. À cette époque, même les contrôles antivirus effectués par les équipes de prévention de la pandémie du gouvernement autonome avaient été sabotés et les personnes entrant à Damas avaient été littéralement kidnappées par des employés de l’aéroport afin de ne pas être mises en quarantaine.
 
Actuellement, on estime qu’il y a 30 cas d’infection dans le nord et l’est de la Syrie (au 2 août). La plupart des personnes infectées vivent dans la région de Cizîrê, mais des infections ont également été détectées à Raqqa et Deir ez-Zor. « L’essentiel est maintenant d’empêcher le virus de se propager au-delà des zones touchées. Cependant, nous ne pouvons y parvenir qu’en prenant des mesures strictes. En tant que comité de santé, nous avons donc décidé de réintroduire des couvre-feux stricts dans toute la région de Cizîrê. Nous voulons maintenir la stratégie d’isolement jusqu’à ce que plus aucune infection locale ne soit détectée », a déclaré Mistefa.
 
Pas de soutien de l’OMS
 
L’administration autonome du nord et de l’est de la Syrie n’attend pas de soutien de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) dans la lutte contre le coronavirus. « Après la révolution du Rojava, les hôpitaux de la région ont été équipés de matériel médical. Mais depuis le début de la pandémie, aucune aide de l’OMS n’est arrivée dans nos régions. Il n’y a de toute façon pas d’aide du gouvernement syrien pour les régions autonomes, car la distribution de l’aide humanitaire est coordonnée par les Nations Unies et l’OMS via Damas et le régime omet largement le nord et l’est de la Syrie. « L’OMS devrait fournir une aide directe si elle veut soutenir notre population », a déclaré Mistefa.
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici