« Les Frères musulmans sont un outil aux mains d’Erdogan »

0
211
Entretien avec Arwa al-Khattabi
L’universitaire et militante des droits humains, Arwa al-Khattabi, a déclaré que les Frères musulmans au Yémen étaient un outil pour mettre en œuvre les projets d’expansion du président Recep Tayyip Erdogan visant à faire revivre l’empire ottoman.
 
Les femmes du Moyen-Orient souffrent généralement de marginalisation, en particulier dans les pays qui utilisent l’Islam comme excuse pour appliquer leurs lois et celles islamiques selon leur concept.
 
Arwa al-Khattabi, une universitaire yéménite et militante des droits humains, déclare dans une interview exclusive avec l’agence de presse Hawar ANHA que malgré la formation d’alliances et d’entités féministes révolutionnaires yéménites, le rôle de l’époque yéménite dans le soutien à la progression du processus de paix est encore très faible, car les partis politiques n’ont pas assuré la présence politique des femmes, ce qui indique que le gouvernement légitime yéménite est principalement issu des Frères musulmans, et n’est pas prêt à donner aux femmes un rôle important dans les négociations de paix.
* Comment évaluez-vous les événements et le conflit qui se déroulent aujourd’hui au Yémen et les ambitions de l’État turc ?
 
« Le conflit au Yémen dure depuis très longtemps, mais selon la question sur les ambitions turques au Yémen, les Turcs n’ont quitté le Yémen qu’en 1918 après leur défaite pendant la Première Guerre mondiale, qui les a obligés à se retirer de toutes les terres qu’ils occupaient dans le monde arabe et sur le continent européen.
 
Après leur sortie du Yémen, les Zaidi Imamate ont régné de 1918 jusqu’à l’éternelle révolution du 26 septembre. La période de l’Imamate a été marquée par des guerres et des troubles politiques permanents, qui ont provoqué l’effondrement économique et social du Yémen, la corruption, la pauvreté, la faim et la propagation de maladies, et un grand nombre de Yéménites ont émigré hors du Yémen.
 
Avec la défaite de l’Imamate lors de la révolution du 26 septembre 1962, les différents gouvernements républicains ont essayé d’améliorer les conditions politiques et économiques des citoyens, mais leur succès a toujours été modeste en raison de la persistance des problèmes et des guerres internes entre les Yéménites eux-mêmes. Au début des années 90, l’accord d’unité du Yémen a été signé le 22 mai 1990.
 
Les bouleversements de la situation arabe et la première guerre du Golfe ont conduit à la déstabilisation de l’unité, et en 1994, une grande guerre a éclaté entre les artisans de l’unité, provoquant une rupture majeure dans les rangs nationaux dont nous souffrons encore aujourd’hui, et la corruption et l’échec politique et économique, outre la prolifération de groupes religieux conflictuels, se sont répandus, et la région arabe est entrée en conflit entre eux afin de contrôler l’influence et la propagation des fonds destinés aux partis religieux et aux milices islamistes, qui a contribué à la destruction de l’Etat de l’intérieur, ainsi le groupe Houthi a émergé depuis le début des années 90, qui a contribué à six guerres qui ont détruit l’Etat entre 2004 et 2010, et Al-Qaïda dans la péninsule arabique et ce qu’il a causé de la destruction de l’Etat en tuant des chefs de l’armée et de la sécurité ; enfin, ISIS a émergé, qui a détruit beaucoup de capacités du Yémen.
 
En 2011, les révolutions du printemps arabe ont commencé, les alliances ont commencé à changer et les intérêts internationaux se sont formés d’autres manières ».
 
* Quels sont les objectifs et l’expansion du nouveau projet colonial ottoman au Yémen ?
 
« Avec la montée des Frères musulmans en Turquie, dirigés par Recep Tayyip Erdogan, et avec l’éclatement des révolutions du printemps arabe qui ont été financées par le Qatar près des Turcs, les rêves d’Erdogan de revenir à l’époque du califat ottoman semblaient plus proches de se réaliser.
 
Au début de la révolution, le célèbre clerc, Abd al-Majid al-Zindani, est apparu sur la place du changement où les sit-in de la révolution annonçaient le califat islamique 2020. En effet, cet homme ne faisait qu’annoncer ce qui se passait dans l’esprit des Frères musulmans et ce qui se passait dans leurs réunions à huis clos.
 
En effet, de nombreux faits sont apparus qui confirment la nouvelle marée ottomane dans la région et au Yémen en particulier. Le Qatar, en tant que financier et le Yémen en tant que partisan de la restauration du califat islamique, ont cherché à confirmer l’expansion turque dans la région, ce que confirme le contrat de l’organisation des Frères musulmans yéménites en Turquie, dirigée par le chef de tribu et homme d’affaires de la confrérie, Hamid al-Ahmar.
 
Bien que les autorités turques ne cachent pas leurs ambitions expansionnistes dans la région, elles n’ont pas exprimé d’opinion claire à l’époque, et ce qui s’est passé quelques jours avant la conversion du musée Sainte-Sophie en mosquée ne s’écarte pas complètement du domaine de la tentative de restitution du califat islamique à la région. Ce travail n’est ni innocent ni neutre, mais il est symbolique des ambitions de la Turquie dans la région arabe, y compris au Yémen, car il constitue un défi pour la communauté internationale et l’Europe, qui refuse de rejoindre la Turquie au sein de l’Union européenne ».
 
* Qu’en est-il du rôle des femmes pour faire avancer le processus de paix ?
 
« Quant au rôle des femmes dans l’avancement du processus de paix, il est généralement très faible malgré la présence de certaines activistes féministes qui communiquent avec l’envoyé international pour résoudre la question yéménite, Martin Griffit. Cette organisation de femmes rencontre Griffith de temps en temps et lui fait des propositions, mais ce ne sont que des travaux de décoration.
 
Les partis politiques n’ont pas assuré aux femmes une présence politique importante, ni leur légitimité à jouer un rôle important dans les négociations de paix ».
 
* Quelles sont les manifestations organisées par les femmes au Yémen ?
 
« Quant aux protestations féministes, elles sont très diverses et variées. Par exemple, il y a de nombreuses actions pour la libération des femmes prisonnières et détenues dans les prisons, et il y a l’Association des mères de disparus enlevés et forcés, et il y a l’Organisation de solidarité des femmes en faveur de la paix, et toutes ces organisations essaient de défendre les droits des femmes et les droits de l’homme.
Au mois de mars, nous avons créé à Genève, le bloc du 8 mars, pour le bien des femmes yéménites afin de défendre les droits des femmes et des enfants, et de contribuer aux négociations de paix. La célèbre organisation de défense des droits de l’homme, le docteur Wissam Basandawa, en était le président, et nous espérons que toutes les femmes ne seront pas exclues des négociations de paix.
 
Je voudrais également souligner que les femmes yéménites ont besoin de plus de soutien, et du rôle qu’elles jouent à tous les niveaux politiques et juridiques ».
 
 
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici