L’Allemagne reconnaît que la présence turque au Rojava n’est pas légitime

0
339

La Turquie envahissait en mars 2018, le canton kurde d’Afrin, commettant des crimes de guerre et crimes contre l’humanité, féminicides, déplacement forcé et autres barbaries. Pour la première fois, deux ans après l’invasion turque au Rojava, le gouvernement fédéral allemand a admis que « l’occupation n’est pas justifiée au regard du droit international ».

Le gouvernement fédéral a répondu à une question d’Evrim Sommer (députée du parti Die Linke) concernant l’invasion de la Syrie du Nord et de l’Est par la Turquie: « Du point de vue du gouvernement fédéral, l’argument turc ne fait aucun doute. En ce qui concerne « l’opération Printemps de la paix », le gouvernement fédéral a annoncé qu’il ne pouvait trouver aucune raison qui légitimerait l’opération en vertu du droit international. »

Avec ce raisonnement, le gouvernement fédéral suit les conclusions des services scientifiques du Bundestag selon lesquelles l’invasion du nord de la Syrie n’est pas couverte par le droit international.

En octobre 2019, ils avaient déterminé: « En l’absence de situation d’autodéfense, la création d’une » zone de sécurité « turque dans le nord de la Syrie ne constitue pas un acte de légitime défense autorisé par le droit international. Même dans le (hypothétique ) en cas de légitime défense, il n’y a aucun doute sur le caractère inapproprié de l’opération militaire turque. »

En outre, le gouvernement fédéral a promis le soutien de plusieurs organisations non gouvernementales de santé du Rojava avec un million d’euros pour des mesures contre la pandémie de Covid-19. Jusqu’à présent, le gouvernement fédéral n’a soutenu financièrement que les forces qui s’opposent activement à l’autonomie gouvernementale de la région.

Commentant la réponse du gouvernement fédéral, la députée Evrim Sommer a déclaré: « Nous nous félicitons que le gouvernement fédéral annonce officiellement pour la première fois qu’il ne reconnaît aucune raison qui légitime les attaques de la Turquie contre l’autonomie démocratique du nord-est de la Syrie en vertu du droit international. C’est une gifle diplomatique enveloppée mais retentissante pour le régime de Recep Tayyip Erdogan. »

ANF

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici