ROJAVA. Les habitants des zones attaquées par la Turquie abandonnés de tous

0
189
SYRIE / ROJAVA – Les civils qui vivent à proximité des zones occupées par la Turquie souffrent d’une situation déplorable suite aux sanctions américaines « Loi César », les prix élevés et l’absence d’aide des ONG qui ont peur de l’occupation turque.
 
Toutes les régions syriennes ont été touchées par les conséquences des sanctions américaines « Loi César » depuis le 16 juin, mais les régions kurdes ont encore plus souffert en raison des attaques et des crimes commis par l’occupation turque, du coût élevé de la vie et de la pénurie de nourriture et de fournitures médicales.
 
Parmi les régions exposées aux attaques et aux bombardements de l’occupant turc après Serêkaniyê et Tel-Abyad, il y a le district de Zarkan, qui se trouve à 23 km à l’est de la ville de Serêkaniyê, compte 76 villages, dont 27 occupés par la Turquie.
 
30 000 civils de la population du district et des villages occupés voisins s’organisent au sein du conseil de district, et le protègent au sein des Forces de sécurité intérieure (FSI), tandis que la clinique du district, en plus de l’hôpital de campagne, fournit des services médicaux.
 
Les organisations ont peur d’apporter de l’aide à cause de l’occupation turque
 
Les habitants du district s’adaptent à l’état de guerre et aux attaques répétées contre la région, mais les conditions de vie et l’absence d’organisations de secours ont empêché l’acheminement du soutien et de l’assistance aux zones situées sur la ligne de front, qui sont considérées comme en première ligne avec les zones occupées.
 
Les deux coprésidents du Conseil du district de Zarkan, Saleh Mustafa et Heboon Khalid, ont déclaré que compte tenu des exigences de la population et de ses plaintes concernant les conditions de vie, ils ont communiqué à plusieurs reprises avec les organisations de secours, mais ils ont regretté leur réponse selon laquelle « le district de Zarkan est en première ligne, et que nous ne pouvons pas l’atteindre en raison de sa gravité. »
 
Le citoyen Taha Esau dans le district de Zarkan s’est indigné de l’échec des organisations d’aide, surtout dans les circonstances actuelles, et a suggéré que les organisations communiquent avec la commission des affaires sociales, pour s’assurer que l’aide est fournie et distribuée aux personnes du district.
 
Le district de Zarkan est sans médicaments
 
La situation s’aggrave dans la région lorsque les médicaments ne sont plus fournis, car ils se trouvent à 70 km du district d’Ad-Darbasiyah, et une seule des 4 pharmacies dans la région de Zarkan fonctionne, mais elle n’a plus de médicaments pour les maladies chroniques telles que les maladies cardiaques, le diabète et la tension artérielle.
 
Mohammed Saleh Abdo, qui cherchait des médicaments pour les maladies du sang dans les pharmacies appelle les organisations humanitaires et l’administration autonome à sécuriser les médicaments, surtout en première ligne.
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici