ROJAVA. La presse féminine lutte pour être la voix des femmes

0
305
SYRIE / ROJAVA – Les femmes journalistes de la Syrie du Nord et de l’Est déclarent que les médias kurdes, en particulier les médias féminins, sont très prolifiques. Au cours de leur troisième conférence, les femmes journalistes ont créé l’Union de la presse féminine (Yekîtiya Ragihandina Jinan – YRJ).

Les femmes journalistes de la Syrie du Nord et de l’Est ont tenu leur troisième conférence sous le slogan « Les femmes des médias sont la voix de la nation démocratique », dans le district de Qamishlo, avec 86 délégués du nord-est de la Syrie. Au cours de la conférence, l’Union de la presse féminine (Yekîtiya Ragihandina Jinan – YRJ) a été créé.
 
En marge de la troisième conférence, ANHA a interviewé les participantes à la conférence sur l’importance de sa tenue et les développements qu’elle apportera au niveau des médias féminins dans la Syrie du Nord et de l’Est.
 
La journaliste Khazinah Nabi a salué le congrès en déclarant : « Les médias féminins ont pris des mesures sérieuses dès la deuxième conférence. Nous espérons que les femmes des médias surmonteront également les obstacles et les problèmes qui entravent la promotion des médias féminins et permettront aux journalistes de se développer dans ce domaine ».
 
La participation des femmes journalistes arabes à la conférence est une victoire pour les médias féminins
 
Elle a ajouté : « Les médias kurdes en général et les médias féminins en particulier, semblables à un arbre fruitier, ont continué à suivre le chemin des principales femmes activistes et travailleuses des médias qui ont commencé dès le début des médias kurdes et ont été victimes de harcèlement. Nous devons donc atteindre leurs objectifs et leurs aspirations au cours de cette conférence ».
 
Nabi a indiqué que l’inclusion des femmes journalistes de la composante arabe, dont les régions ont été récemment libérées d’ISIS/DAECH, est une victoire pour les médias féminins.
 
Concernant les discussions pendant la conférence, Nabi a déclaré : « Les discussions ont tourné autour de l’expansion et de l’organisation des médias féminins et de l’annonce de la création d’un syndicat des femmes, qui sera un cadre spécial pour toutes les femmes journalistes du nord-est de la Syrie. Elles devraient travailler en fonction des événements et des développements dans l’arène avec leur pensée renouvelée et libérale ».
 
Les médias féminins se sont développés grâce à la vie participative
 
A son tour, Shinda Akram, correspondante de Çira TV a salué les journalistes tués  pour communiquer la voix de la vérité, la troisième conférence sur tous les participants. Elle a précisé que la tenue de la conférence dans cette phase sensible et à la lumière des nombreuses zones attaquées par les occupants et les pays régionaux et internationaux, une victoire pour tous.
 
Sur les médias féminins, Akram a indiqué qu’en avril 2013, la femme a tenu sa première conférence pour annoncer que le RAJN deviendrait un parapluie pour les femmes. Au début de 2016, des conseils spéciaux pour les femmes ont été créés pour poursuivre leur travail dans ce domaine.
 
Elle a noté : « Lors de la deuxième conférence, les médias féminins se sont développés grâce à leur indépendance, Radio Star et Jin TV ont été fondées et ont pu communiquer la voix des femmes au monde dans tous les aspects culturels, diplomatiques, militaires et sociaux ».
 
Et elle a poursuivi : « Bien que les femmes aient dû faire face à de nombreuses difficultés de la part de la mentalité capitaliste, elles n’ont pas cédé dans le domaine des médias et ont lutté. La tenue de la troisième conférence est la preuve de leur succès ».
 
Akram a loué le rôle des femmes syriennes, arabes et kurdes dans la coordination du travail médiatique dans le nord-est de la Syrie pour faire entendre la voix des femmes de toutes les composantes, et pour montrer la vie participative entre les femmes du monde entier.
 
Elle a déclaré : « Les zones qui étaient sous le contrôle de ce qu’on appelle l’ISIS et les zones occupées par l’occupation turque et ses mercenaires où les femmes étaient soumises au viol, à la violence et aux formes de torture les plus sévères. Les femmes des médias sont devenues la voix des femmes opprimées, pour montrer ces actions à l’opinion publique, et continuent à exposer ces pratiques qui visent même les femmes des médias ».
 
À la fin de son discours, Mme Akram a souhaité que la conférence s’achève par des décisions importantes pour le développement de cette profession.
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici