Hasret Gultekin: musicien kurde brûlé vif parce qu’alévi

0
1223
Le 2 juillet 1993, la police turque laissait brûler vifs 35 Alévis dans l’hôtel Madimak, à Sivas, où devait avoir lieu un festival alévi. Un massacre resté impuni, comme tous les massacres visant les Kurdes, les Alévis et toutes les minorités ethniques et religieuses en Turquie.
 
Le musicien kurde, Hasret Gültekin était parmi les victimes de Madimak. Ainsi, Hasret a payé de sa vie le triple affront qu’il commettait en étant à la fois kurde, alévi et chanteur kurde dans un pays où il était interdit d’être autre que turc, sunnite et parlant le turc.
 
Hasret Gültekin, 22 ans, était un des premiers chanteurs à avoir bravé l’interdiction de chanter en kurde avec son album « Newroz » sorti en 1990.
 
Hasret est devenu père à titre posthume 2 mois après sa mort. En effet, sa femme Êtê était enceinte de 7 mois quand on a brûlé son mari. Elle a appelé son bébé « Hasret Roni » (Roni signifie « lumière » en kurde).
 
La metteuse en scène, Şirin Aktemur a adapté la vie de Gultekin au théâtre dont les premières représentations devaient avoir lieu dès mars 2020, mais à cause de la pandémie du coronavirus, les représentations ont été annulées.

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici