Le journaliste kurde assassiné il y a 10 ans, Sardasht Osman attend justice

0
884
Qui aurait cru que critiquer le clan Barzani allait coûter la vie à un étudiant kurde en journalisme ? En effet, il y a dix ans, Sardasht Osman, étudiant et journaliste kurde d’Erbil, était enlevé le 4 mai 2010 à l’extérieur du College of Arts Building où il étudiait la langue anglaise. Le 6 mai 2010, son corps sans vie a été retrouvé dans la ville voisine de Mossoul.
 
Dix ans après son meurtre, les assassins de Sardasht Osman n’ont toujours pas été traduits en justice
 
Osman était surtout connu pour ses critiques à l’égard du gouvernement régional du Kurdistan, du Parti démocratique du Kurdistan (PDK), l’un des deux partis kurdes au pouvoir, et de la famille Barzani qui le dirige. Osman a écrit des articles pour des sites d’information indépendants, dont quelques-uns seulement ont été traduits en anglais. Il a commencé à écrire en tant que journaliste en 2004. Durant sa courte période de journaliste, il était devenu une personnalité bien connue parmi les libéraux et les penseurs critiques envers la classe politique du Kurdistan du Sud.
 
RSF écrit aujourd’hui au sujet de l’assassinat de Sardasht, : « A l’occasion des dix ans de l’assassinat du journaliste kurde irakien Sardasht Osman, les deux partis [KDP et UPK – Union patriotique du Kurdistan dirigée par le clan Talabanî] les plus puissants de la région autonome du Kurdistan (KRG) se sont accusés d’être responsables de meurtres de journalistes non élucidés. Reporters sans frontières (RSF) s’alarme de ces accusations d’une extrême gravité et appelle à la réouverture urgente d’enquêtes. »
 
Voici la fameuse tribune de Sardasht Osman où il critique le clan Barzani :
 
« Je suis amoureux de la fille de Massoud Barzani
 
Je suis amoureux de la fille de Massoud Barzani [président du Kurdistan irakien], l’homme qui apparaît ici et là et qui prétend être mon président. Je voudrais qu’il soit mon beau-père et je voudrais aussi être le beau-frère de [l’ancien Premier ministre] Nechirvan Barzani*.
 
Si je devenais le gendre de Massoud Barzani, nous passerions notre lune de miel à Paris et nous visiterions également la maison de notre oncle en Amérique. Je déménagerais ma maison de l’un des quartiers les plus pauvres d’Erbil à Sari Rash [le complexe du palais de Barzani] où elle serait protégée par des chiens de garde américains et des gardes du corps israéliens.
 
Je ferais en sorte que mon père devienne le ministre des Peshmerga [la milice kurde]. Il avait été Peshmerga lors de la révolution de septembre, mais il n’a plus de pension parce qu’il n’est plus membre du Parti démocratique du Kurdistan.
 
Je ferais de mon petit frère malchanceux, qui vient de terminer ses études universitaires mais qui est maintenant au chômage et cherche à quitter le Kurdistan, le chef de mes forces spéciales.
 
Ma sœur, qui a été trop gênée pour aller faire des courses au bazar, pourrait conduire toutes les voitures de luxe, comme le font les filles de Barzani.
 
Pour ma mère, qui est diabétique et souffre d’hypertension et de problèmes cardiaques, mais qui ne peut pas se permettre de se faire soigner en dehors du Kurdistan, j’engagerais deux médecins italiens pour la soigner dans le confort de sa propre maison.
 
Pour mes oncles, j’ouvrirais quelques bureaux et départements et ils deviendraient, avec tous mes neveux et nièces, de hauts généraux, des officiers et des commandants.
 
Tous mes amis m’ont dit : Saro, laisse tomber et abandonne, sinon tu vas te faire tuer. La famille de Mulla Mustafa Barzani [le père de Massoud Barzani] peut tuer qui elle veut, et elle le fera certainement.
 
Je leur ai dit que je n’avais pas commis de blasphème et je jure sur le poignard de [feu frère de Massoud] Mustafa Idris Barzani que mon père avait passé 3 nuits avec lui sur la même montagne [pendant la lutte contre Saddam] et alors pourquoi ne pas dire ces choses ? Massoud Barzani a lui-même déclaré qu’il était président,www.ekurd.netand Je lui demanderais comment il a pu visiter Erbil et Sulaimaniyah au cours des 18 dernières années.
 
Mon problème est que cet homme, Massoud Barzani, est si tribal et si arrogant qu’il ne reconnaît personne, même de l’autre côté de Sari Rash. En quelques clics, je peux en savoir plus sur les femmes de tous les dirigeants du monde, mais je n’ai aucune idée de qui serait ma belle-mère et à quoi elle ressemble.
 
Je n’ai aucune idée de qui je devrais emmener avec moi pour demander à Massoud Barzani de me donner sa bénédiction pour épouser sa fille. Dès le début, j’ai pensé que je devrais emmener avec moi quelques personnalités religieuses, quelques vieux hommes respectueux et quelques vieux Peshmerga, mais un de mes amis journalistes m’a dit que je devrais trouver des collaborateurs de Saddam et ceux qui ont participé à l’opération Anfal [nettoyage ethnique à la fin des années 80] avec Saddam parce qu’ils sont tout autour de Massoud maintenant et qu’il les aime bien. Un autre ami m’a suggéré d’aller à l’une des conférences de presse de Nechirvan Barzani et de me lier d’amitié avec lui en lui demandant de me rendre un service. Cependant, s’il ne m’aide pas, je peux demander à Dashne [une chanteuse kurde] parce qu’elle les rencontre fréquemment et pourrait les aider.
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici