Le TJK-E appelle les femmes à s’organiser contre la violence masculine

0
707
EUROPE – Le Mouvement des femmes kurdes en Europe (TJK-E) a appelé à intensifier la lutte contre l’augmentation de la violence masculine envers les femmes, en raison de la pandémie du coronavirus (COVID-19) qui force les familles à rester confinées à la maison.
 
Le TJK-E a exhorté tout le monde à condamner la violence à l’égard des femmes et a rappelé qu’une femme kurde avait failli être tuée en Allemagne début mai.
 
Soulignant que « le virus du système patriarcal, le virus masculin » est responsable de la violence à l’égard des femmes, le TJK-E a exhorté à intensifier la lutte contre « ce réseau du crime organisé et de la violence ».
 
Le communiqué du TJK-E a déclaré: « L’idéologie du système patriarcal s’effondre, mais elle continue d’assombrir la vie des femmes dans tous les domaines. La structure hiérarchique et déformée de la famille, l’un des domaines les plus organisés de la nation système d’État, se cache derrière de fausses idéologies religieuses. Dans ce système, qui légitime toutes sortes de violences visuelles, verbales, économiques, psychologiques, physiques contre les femmes, nous nous réveillons chaque jour avec la nouvelle d’un nouveau féminicide.
 
La violence contre les femmes a toujours une raison: guerre, migration, crise économique, catastrophe naturelle et, enfin, la pandémie se déroule. Cependant, nous constatons que le fait de s’attaquer au problème affaiblit périodiquement la concentration qui devrait être maintenue sur le centre les idéologies systémiques, qui sont la principale source du problème. La violence n’est ni le processus de migration ni le processus pandémique: le tueur est certain, il est à l’intérieur et à côté de nous. »
 
Le communiqué rappelle que « chaque jour, des femmes sont assassinées par leur (ex) conjoint ou partenaire. Le dernier cas a été enregistré le 1er mai 2020. Meryem Ş., Une militante politique a failli être tuée par son mari qui l’a d’abord poignardée puis versée de l’huile sur elle et son enfant. Tous deux ont été soignés à l’hôpital. Le 2 mai, une femme a été massacrée à Kassel par son mari. »
 
Le TJK-E a appelé les femmes « à s’unir et à s’organiser contre ce réseau organisé de criminalité et de violence. Encore une fois, peu importe qui pratique la violence, il devrait être de notre devoir fondamental de ne pas garder le silence et de développer la légitime défense en étant conscientes et organisées. »
 
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici