FÉMINISME. « Sans Sakine Cansiz, il n’y aurait pas eu de Zehra Dogan non plus »

1
1197

Dans sa thèse intitulée « Art, guerre et transformation: du militantisme à la femme kurde », la chercheuse Seval Dakman conjugue la lutte des femmes de Sakine Cansiz au présent et aux femmes, et pose sur la table les aspects changeants et immuables de la lutte des femmes avec l’analogie qu’elle a établie avec la peintre Zehra Doğan. Dakman, qui a discuté des anciens / nouveaux instruments de la lutte des femmes, a déclaré: « S’il n’y avait pas eu Sakine Cansiz, il n’aurait pas eu de Zehra Doğan non plus. Un pont psychique s’est construit entre elles. Il y a eu une évolution mentale. Ce sont les femmes qui [ont lutté / luttent] pour les valeurs auxquelles elles croient, sans abandonner le féminisme, quelque soit les conditions de leur temps », dit-elle. 

Dans une une longue interview accordée au journal Duvar, Seval Dakman a abordé la naissance douloureuse du féminisme au sein du mouvement kurde de libération et sa situation actuelle dans un monde en changement perceptuel.

Dakman s’est concentrée surtout sur l’héritage de lutte de Sakine Cansiz et Zehra Dogan, la jeune artiste kurde exilée en Europe après avoir été libérée de la prison en Turquie pour un tableau montrant la destruction de la ville kurde de Nusaybin par l’armée turque en 2015.

Seval Dakman est diplômé de la Faculté des sciences politiques de l’Université Sabancı en suivant un cours d’histoire de l’art. Il a terminé sa maîtrise en anthropologie de l’art au Département des études culturelles de l’Université Bilgi. Au cours de cette période, elle a mené des études sur les femmes dans de nombreuses organisations non gouvernementales. En partant de la question « L’art peut-il être une nouvelle forme d’expression dans la transformation politique et sociale des femmes kurdes ? », Dakman a travaillé sur le concept d’art démocratique. (Un article signé Jînda Zekioğlu)

Qui est Sakine Cansiz ?

Sakine Cansiz, féministe kurde ayant co-fondé le Parti des Travailleurs du Kurdistan (PKK), proche collaboratrice d’Abdullah Öcalan, elle a été abattue à Paris, le 9 janvier 2013, avec deux autres militantes kurdes, Fidan Doğan et Leyla Söylemez.
Cansiz est originaire de Dersim, au Kurdistan du Nord (Bakur). Elle a notamment initié le mouvement féministe kurde au sein du PKK. Elle a notamment créé la branche féminine du PKK.

Cansız a été emprisonnée dans la prison de Diyarbakir, après le coup d’État turc de 1980 pour ses activités politiques.

La résistance de Sakine Cansız à la prison de Diyarbakir a conduit à une nouvelle approche à l’égard des femmes dans la société kurde. Il encourageait les femmes à rejoindre les structures révolutionnaires dans les villes et les poussait à la politisation dans les villages. À partir de sa résistance en prison, l’activisme des femmes kurdes a gagné en respect et en soutien parmi les masses populaires.
 
Au moment de sa libération en 1991, elle avait passé 12 ans dans les prisons d’Elazig, Diyarbakir, Bursa, Canakkale et Malatya. Tout de suite après avoir respiré l’air de la liberté, elle a poursuivi sa lutte active dans les rangs du PKK. Ainsi, elle s’est rendue à l’Académie Mahsum Korkmaz du PKK, dans la vallée de la Bekaa au Liban, où elle a rejoint les formations idéologiques conduites par Abdullah Öcalan. Des aspects de sa volonté, de sa lutte et de sa vie ont souvent été cités en exemple dans les discours d’Öcalan. C’est Öcalan qui l’a encouragée à écrire sa vie. Ses mémoires ont été écrits en 1996 et mis à la disposition du public après sa mort en trois volumes. Dans les années 1990, elle a assumé d’importantes tâches dans l’organisation du mouvement kurde en Palestine, en Syrie et au Rojava.
 
Elle a estimé qu’il serait possible aux femmes du Kurdistan de se recréer et de reconstituer leur histoire en rejoignant la lutte militante du PKK. Elle a décrit la lutte pour la liberté de la manière suivante :
 
« Ce mouvement aborde l’essence de l’être humain. Dans tous nos débats, nos éducations et nos discours, notre humanité et nos valeurs humaines constituent le point de départ. Nous discutons du développement de l’homme et de la société, des étapes historiques et des valeurs de l’humanité. Les femmes, qui voulaient comprendre ces problèmes, se sont identifiées au mouvement de la liberté. Au tout début de la lutte pour le Kurdistan et de la lutte politique, l’implication des femmes dans ce processus révolutionnaire était très difficile. Pourtant, nous avons réussi et nous avons acquis le pouvoir de façonner notre mouvement. »
 
Selon ses propres termes, le temps qu’elle a passé comme combattante dans les montagnes du Kurdistan a été le plus beau et le plus significatif de sa vie. L’engagement de Sakine Cansız dans la lutte pour la libération du Kurdistan s’inscrit dans la chronologie du mouvement des femmes kurdes organisées. Elle a joué un rôle crucial dans la formation de l’armée autonome féminine (aujourd’hui YJA Star) et du parti des femmes (aujourd’hui PAJK). Ce n’était pas une personne qui attendait les ordres. Au lieu de cela, elle prenait des initiatives, même dans les moments les plus difficiles. En raison de son fort caractère, elle était connue comme une camarade qui n’accepterait jamais la domination masculine ou d’autres formes de comportement antirévolutionnaire. Elle luttait contre le retard social et l’injustice, et pourtant, elle était attentive aux réalités et aux conditions sociales de son peuple. Elle avait une personnalité collective et communale qui établissait une solidarité avec tous ceux qui l’entouraient, mais elle était aussi têtue et intrépide lorsqu’il s’agissait d’exprimer ses critiques et ses désaccords. Tout au long de sa vie, elle a toujours encouragé ses camarades à progresser, à être forts et persistants. Comme l’a décrit l’une de ses premières camarades féminines et amies de toujours : « Sara était toujours prête à partir, mais elle travaillait comme si elle allait rester pour toujours. »
 
En 1998, Abdullah Öcalan lui a confié la mission d’assumer les tâches et responsabilités du mouvement de libération kurde en Europe. Entre autres tâches, elle a organisé et formé des cadres du mouvement dans plusieurs pays européens, ainsi que la communauté des migrants kurdes. De même, elle a noué des liens avec différents mouvements progressistes hors du Kurdistan, respectant les différences et insistant sur l’importance de lutter pour des valeurs humaines communes comme mouvements alternatifs, féministes, de gauche et démocratiques afin de mettre en place des structures d’autonomie démocratique et une société démocratique, libre et libérée du genre. Elle a donc joué un rôle important dans la création d’une solidarité pour la cause kurde. Elle recrutait, organisait et éduquait toujours son peuple, en particulier les jeunes femmes, jusqu’à son dernier souffle.
 
À ses yeux, la lutte était le facteur déterminant de la liberté : « Dans mon utopie, vous devez lutter pour la liberté toute votre vie. Dans un Kurdistan libéré, la lutte doit être glorieuse. »
 
À la lumière de cette vie légendaire remarquable, personne ne s’attendait à ce que cette héroïne soit tuée de sang-froid lors d’un assassinat insidieux au cœur de Paris. Dès le premier jour, le mouvement des femmes kurdes a souligné le caractère barbare du meurtre en tant que tentative de frapper le cœur de la révolution du Kurdistan : la femme libérée. Bien que le meurtrier, Ömer Güney, ait été identifié très tôt, il est notoire que les services de renseignements de l’Etat turc ont ordonné l’assassinat de saboter le processus de paix. Les autorités françaises n’ont pas dévoilé le caractère politique de ce crime. Le meurtrier est mort dans des circonstances mystérieuses en prison, quelques semaines à peine avant le début du procès. Chaque année, le mouvement kurde organise une manifestation de masse à Paris avec d’autres mouvements de femmes pour réclamer «Justice et vérité !».
 
Sakine Cansız a toujours voulu revenir à Dersim en tant que guérilla. Et effectivement, elle est retournée dans son pays natal en tant que héroïne. Sa tombe est devenue un sanctuaire, un lieu de pèlerinage pour les opprimés, les jeunes, les ouvriers, les femmes. Des millions de personnes lui ont fait ses adieux en portant son cercueil de Paris à Amed, puis à Dersim.
 
Lors de la révolution du Rojava, les efforts de libération des femmes rendent hommage à Sakine Cansız et à ses camarades. La lutte engagée par un petit groupe de jeunes a maintenant atteint un stade où sa philosophie et sa pratique sont discutées par les révolutionnaires du Brésil jusqu’à à l’Inde. Les femmes, qui ont libéré le monde des fascistes violeurs de l’Etat islamique, l’ont fait en adoptant des noms de guerre tels que Sara, Rojbîn, Ronahî. Aujourd’hui, les nouvelles générations de filles et de garçons kurdes sont élevées dans le même esprit que Sara.

Qui est Zehra Doğan ?

Diplômée de l’Université de Dicle en tant que professeur d’art, journaliste-artiste à partir de 2012 depuis la fondation de JİNHA [site d’information kurde exclusivement féminin] jusqu’à sa fermeture forcée en 2016, elle a travaillé comme journaliste et éditrice à JİNHA.
 
Elle a rendu couvert la province et des districts de Mardin depuis le 24 juillet 2015, date à laquelle l’Etat turc a imposé des couvre-feux.
 
Elle a été arrêtée le 23 juillet 2016 à Nusaybin, d’où elle faisait son reportage, et a ensuite été incarcérée pour « appartenance à une organisation terroriste » et « propagande terroriste ». Doğan a été libérée le 9 décembre 2016 par un tribunal de Mardin, mais elle a été condamnée à 33 mois de prison lors de l’audience finale du 22 mars, pour avoir partagé ses peintures sur les réseaux sociaux et pour avoir rapporté les notes d’une fillette de 10 ans, Elif Akboğa.
 
Après la confirmation de sa peine par la cour d’appel locale, Doğan a été emprisonnée le 12 juin 2017 et placée dans la prison de Diyarbakır puis transférée dans la lointaine prison de Tarsus après avoir remporté le prix IWMF du courage.
 
À l’époque où Doğan résidait dans la prison de Diyarbakır, l’administration de la prison ne lui fournissait pas l’équipement nécessaire. Doğan produisit alors un colorant à partir de racines de plantes et de sang de menstruation.
 

Le célèbre artiste Banksy a protesté contre la condamnation de Zehra Doğan par une projection d’une fresque en mars 2018 à Manhattan montrant Dogan derrière les barreaux avec la légende « Elle est condamnée à 2 ans et 9 mois et 22 jours pour avoir peint ce tableau ».

 

1 COMMENTAIRE

  1. Il ne faut rien attendre du régime d’Erdogan .Malheureusement le monde est encore dominé par le lobby mâle .
    Les dirigeants de la planète se nomment : Trump ,Poutine ,
    Erdogan et quelques autres du même acabit pour la plupart des hommes ,ceux ci dans leur grande majorité sont des pervers narcissiques …

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici