Zehra Dogan reçoit le prix du Courage en journalisme lors d’une cérémonie à New York

0
784
L’artiste-journaliste kurde Zehra Dogan a reçu le prix « IWMF 2018 du Courage en Journalisme » lors d’une cérémonie de représentation à New York où elle a rejoint le public par un enregistrement audio réalisé lors d’un appel téléphonique depuis la prison.
 
Le prix « Courage en Journalisme » de l’IWMF 2018 a été décerné à l’artiste-journaliste kurde Zehra Doğan lors d’une cérémonie organisée à New York par la fondation internationale des médias féminins (The International Women’s Media Foundation).
 
Doğan a été récompensée pour ses reportages dans les zones de conflit des dans les zones kurdes de la Turquie et des provinces telles que Cizre et Nusaybin où de violents affrontements ont éclaté après le blocus militaire de ces localités par les militaires turcs pour réprimer des révoltes locales en 2015-2016.
 
Au cours de la cérémonie, un clip vidéo comprenant la voix de Zehra Doğan enregistrée lors d’une conversation téléphonique depuis la prison a été projeté et son prix a été remis de manière représentative.
 
Les lauréats pour 2018 de l’IWMF « Courage en Journalisme » aux côtés de Doğan sont :
 
Nima Elbagir, CNN, Soudan : Elle a attiré l’attention du public international avec une couverture sur les marchés aux esclaves en Libye où les immigrants africains étaient vendus publiquement aux enchères.
 
Rosario Mosso Castro, ZETA, Mexique : Un journaliste d’investigation sur le trafic de drogue et le crime organisé à Tijuana a régné en maître sur les cartels de la drogue.
 
Meridith Kohut, Etats-Unis : Elle a documenté pendant trois ans la crise économique et humanitaire au Venezuela.
 
Lesley Stahl, 60 Minutes/CBS, Etats-Unis : (Life Time Achievement Award) Ömür Boyu Başarı Ödülü) : Elle travaille sans interruption pour les droits de l’homme depuis plus de 50 ans et a remporté de nombreux prix. Parmi ses réalisations, mentionnons des travaux frappants comme la couverture de la prison de Guantanamo et de jeunes informateurs de la police.
 
Une deuxième cérémonie aura lieu à Washington début novembre.
 
Doğan suit Ayşe Önalt qui est la première journaliste de la Turquie qui avait remporter le prix en 1996. Ayşe Önal a été récompensée en 1996 pour son reportage sur la « collaboration entre la mafia et l’Etat » et ses reportages dans la zone de conflit dans les régions kurdes.
 
Qui est Zehra Doğan ?
 
Diplômée de l’Université de Dicle en tant que professeur d’art, journaliste-artiste à partir de 2012 depuis la fondation de JİNHA [site d’information kurde exclusivement féminin] jusqu’à sa fermeture forcée en 2016, elle a travaillé comme journaliste et éditrice à JİNHA.
 
Elle a rendu couvert la province et des districts de Mardin depuis le 24 juillet 2015, date à laquelle l’Etat turc a imposé des couvre-feux.
 
Elle a été arrêtée le 23 juillet 2016 à Nusaybin, d’où elle faisait son reportage, et a ensuite été incarcérée pour « appartenance à une organisation terroriste » et « propagande terroriste ». Doğan a été libérée le 9 décembre 2016 par un tribunal de Mardin, mais elle a été condamnée à 33 mois de prison lors de l’audience finale du 22 mars, pour avoir partagé ses peintures sur les réseaux sociaux et pour avoir rapporté les notes d’une fillette de 10 ans, Elif Akboğa.
 
Suite à l’approbation de sa sentence par la cour d’appel locale, Doğan a été emprisonnée le 12 juin 2017 et placée dans la prison de Diyarbakır et transférée à la prison de haute sécurité de Tarsus après avoir remporté le prix IWMF.
 
Bansky, le célèbre artiste britannique connu pour son art urbain, peintre et réalisateur, a projeté une peinture murale de plus de 20 m de long réalisée à Manhattan pour dénoncer l’emprisonnement de l’artiste et journaliste kurde Zehra Dogan, avec la légende « Elle est condamnée à 2 ans 9 mois et 22 jours pour avoir peint ce tableau » et a posté son graphique représentant Doğan derrière les barreaux.
 
« Prix du courage en journalisme »
 
Le prix Courage en journalisme de l’IWMF est décerné à des femmes journalistes travaillant dans des conditions dangereuses. Le Prix d’excellence pour l’ensemble des réalisations est décerné à des femmes journalistes à l’avant-garde du journalisme et travaillant résolument à l’autonomisation des femmes dans ce secteur.
 
Depuis 1990, l’IWMF a décerné à 90 femmes journalistes le prix du Courage en journalisme et à 27 femmes le prix d’excellence pour l’ensemble de leur carrière.
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici