Demande d’activité officielle du Parti des travailleurs du Kurdistan en Égypte

0
257
LE CAIRE – Majed al-Kordi, un éminent politicien égyptien, a déposé une plainte auprès de l’un des tribunaux du Caire pour mettre fin aux accords économiques entre l’Égypte et la Turquie. Il a également demandé à ce que que le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) soit reconnu comme une organisation kurde légale par l’Égypte.

Le gouvernement égyptien a déposé une plainte auprès de l’un de ses tribunaux pour les activités officielles du Parti des travailleurs du Kurdistan en Égypte et la suspension des accords économiques entre l’Égypte et la Turquie. Le ministre égyptien de l’économie, le Premier ministre et le ministre des Affaires étrangères ont été invités à assister à l’audience.
 
Majed al-Kordi, un éminente politicien égyptien, a déposé une plainte auprès de l’un des tribunaux du Caire pour mettre fin aux accords économiques entre l’Égypte et la Turquie.
 
Dans une plainte de Majed al-Kordi, « En raison de l’énorme accord économique que la Turquie a conclu avec l’Egypte, l’économie égyptienne a été endommagée, la Turquie dépense de l’argent pour des armes, des bombes et coopère avec des groupes terroristes. Achevez l’accord économique avec la Turquie. »
 
Al-Kordi ajoute qu’Erdogan a non seulement déclaré la guerre aux Arabes mais a également mené une guerre contre les Kurdes. Le gouvernement égyptien a toujours soutenu les Kurdes en raison des relations historiques entre les Kurdes et l’Égypte.
 
Al-Kordi a rappelé qu’un tribunal belge avait précédemment jugé que le Parti des travailleurs du Kurdistan n’était pas terroriste, ajoutant que le PKK s’efforçait de réaliser les droits légitimes des Kurdes. Dans la plainte, le gouvernement égyptien a été invité à s’engager avec la guérilla kurde en tant que mouvement de libération, à le reconnaître et à accepter ses activités en Égypte. Al-Kordi a ensuite ajouté que le tribunal devrait reconnaître la guérilla kurde comme un mouvement de libération et que l’Égypte interagit formellement avec le PKK, afin que ce dernier puisse établir une représentation officielle en Égypte.
 
Le tribunal égyptien doit entendre l’affaire le 4 février et 6 février 2020
 
Via ANF

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici