Il est temps pour une autre révolution au Rojava

0
258
J’avais l’habitude de faire ce rêve éveillé. En 2015, je me suis imaginé dans un Rojava libre, peut-être en tant qu’enseignant dans une école de théorie critique décolonisée avec des collègues qui ont combattu dans la guerre civile syrienne et ont mené la révolution féministe au Rojava.
 
Dans ce rêve, mes élèves et moi avons lu Abdullah Öcalan ensemble et nous nous sommes disputés avec acharnement mais de manière camarade sur l’avenir de la révolution. Au-delà des fenêtres de la classe, je pouvais voir les paysages montagneux d’Afrin.
 
Dans ce rêve, je repensais parfois aux amis et aux amants, aux sociétés de cartes de crédit et aux racistes bien intentionnés, et même aux emplois insignifiants et aux citoyens aliénés des métropoles capitalistes que j’avais laissés derrière moi pour toujours.
 
Dans ce rêve, je n’avais pas de regrets
 
En 2015, la révolution du Rojava avait résisté à l’épreuve du temps et évité la catastrophe, malgré tous les obstacles qui s’y opposaient. Beaucoup de gauchistes et de révolutionnaires à travers le monde en étaient venus à la considérer comme une alternative politique durable, changeante pour le Moyen-Orient et radicalement démocratique. Les légendaires Unités de protection du peuple et des femmes (YPG et YPJ) ont chassé les forces de l’État islamique (EI / DAECH / ISIS) de Kobanê avec l’aide du soutien aérien de la coalition.
 
L’expérience féministe-anarchiste acharnée et militante se poursuit. Des volontaires internationalistes se rendaient dans la région pour aider aux projets écologiques et participer à l’escalade de la guerre contre DAECH. Le Rojava n’était pas une utopie mais elle persistait dans un temps hors du temps comme peu d’autres endroits.
 
Après que DAECH ait été chassé du Rojava, la transformation fin 2015 des YPG en Forces Démocratiques Syriennes (FDS) parrainées par les Etats-Unis a annoncé le début d’une nouvelle ère, une ère qui a culminé avec le retrait d’ISIS de son dernier bastion dans Bāghūz au début de 2019. À ce moment-là, la Turquie et ses mandataires jihadistes avaient envahi l’Afrique ; ses forces locales des YPG ne faisaient pas partie de l’accord US-FDS et ne pouvaient pas défendre la région par elles-mêmes contre la deuxième plus grande armée de l’OTAN.
 
Ailleurs au Rojava, le travail de base des mouvements écologiques et féminins se poursuivait, mais, comme on l’a vu lors de la défense de l’Afrique, la prise de décision politique et stratégique de la révolution était de plus en plus centralisée au sein des FDS et selon les priorités de sa coopération avec les Etats-Unis. Reconverti et rebaptisé pour faire la guerre à l’EI, la montée en puissance des FDS a coïncidé avec la reproduction des institutions étatiques au sein du Rojava anti-étatique, afin de répondre aux exigences logistiques d’une campagne militaire historique qu’aucune autre force dans la région n’avait la volonté de mener à bien.
 
Avec l’attaque de la Turquie contre le Rojava en octobre 2019, le risque est venu que les FDS choisissent leur propre survie institutionnelle plutôt que la mission principale de défendre les enclaves originelles de la révolution le long de la frontière entre la Syrie et la Turquie. Les Américains avaient exploité les phobies turques ainsi que les forces et les faiblesses des FDS en tant que classe politique d’avant-garde pour le contraindre à ce double jeu. Le rêve d’un Rojava libre et autonome était en danger.
 
LA (CONTRE-) RÉVOLUTION DU ROJAVA
 
La formation des FDS était en partie une réponse au rôle de la Turquie dans le parrainage de la montée de l’EI en tant que mandataire pour éliminer les populations kurdes dans le nord de l’Irak et en Syrie. Jusqu’alors, les Etats-Unis avaient parrainé une opposition syrienne inefficace et anti-kurde et n’étaient pas pressés de changer de cap. Après l’entrée des Russes dans la guerre civile syrienne en 2016, les Américains ne pouvaient plus se permettre de soutenir un camp perdant.
 
Le plan des FDS était d’éliminer l’EI dans son intégralité afin d’annuler les efforts turcs visant à utiliser le groupe comme un mandataire anti-kurde dans la région. Si la Turquie devait attaquer le Rojava par le nord et que l’EI réapparaissait par le sud, les conséquences seraient catastrophiques. Le contrôle d’ISIS sur la province pétrolière de Deir ez-Zor dans l’est de la Syrie a également financé les armées du groupe en Irak et en Syrie.
 
Cependant, les nécessités de cette offensive exigeaient une militarisation plus poussée de la société et de l’économie, ainsi que la centralisation et la consolidation du pouvoir de décision stratégique dans les organes militaires liés aux Etats-Unis, c’est-à-dire les FDS. Ce nouveau statut a rehaussé le profil sécuritaire des YPG, l’épine dorsale kurde de gauche et majoritaire des FDS, que la Turquie considère comme des  » terroristes « .
 
La Turquie a exploité le prétexte de la prétendue  » domination kurde  » dans le nord de la Syrie et a exécuté une stratégie d’endiguement en plusieurs étapes pour disséquer, isoler et éliminer l’autonomie du Rojava.
 
L’offensive de la Turquie a commencé en 2016 avec l’extension de l’opération Bouclier de l’Euphrate dans le nord de la Syrie pour séparer les cantons d’Afrin et de Kobanî. L’occupation et le nettoyage ethnique du canton d’Afrin isolé ont suivi en 2018. L’accord de  » zone de sécurité  » de septembre 2019 entre la Turquie et l’administration Trump prévoyait une bande de 30 kilomètres de profondeur et de 120 kilomètres de largeur à la frontière entre la Rojava et la Turquie,  » nettoyée  » des YPG et de ses structures de défense. Cette zone sépare les cantons de Kobanî et de Jazira.
 
Quelques semaines plus tard, le président turc Recep Tayyip Erdoğan est monté sur le podium de l’Assemblée générale des Nations Unies et a promis de réinstaller dans cette zone les trois millions de réfugiés syriens qui résident actuellement en Turquie. Les FDS ont répondu en cédant à la Turquie un tronçon stratégique de cinq kilomètres de la  » zone de sécurité  » proposée comme zone tampon, mais ce compromis n’a conduit qu’à un retrait temporaire et progressif de l’armée américaine du nord-est de la Syrie. Avec ses défenses démantelées, les YPG n’étaient pas en position de résister de façon soutenue de l’autre côté de la frontière, contre les intérêts communs des Etats-Unis et de la Turquie en Syrie.
 
La semaine suivante, les forces armées turques (TAF) et leurs mercenaires jihadistes se sont lancés dans une campagne de bombardement et de pillage de villes et de villages à Rojava, déplaçant 400 000 personnes dans le processus. Jusqu’à présent, 350 civils ont été tués et d’innombrables autres blessés. Peu après la chute des principales villes frontalières de Serê Kaniyê (Ras al-Ayn) et de Geri Spi (Tell Abyad), le commandant des FDS, Mazlum Abdi (Kobani), a négocié la reddition du Rojava au président syrien Bachar al-Assad.
 
L’armée arabe syrienne (AAS) d’Assad s’est rendue dans les zones attaquées et, avec les FDS, elle a défendu le nord pendant quelques jours jusqu’à ce que Mike Pence négocie un  » cessez-le-feu  » à Ankara. L’accord entre les Etats-Unis et la Turquie a ordonné aux FDS de se retirer à 30 kilomètres de la frontière et a été violé dès le départ par la guerre chimique turque. Les FDS se sont retirées de la frontière selon les instructions et a repris les appels pour que les Etats-Unis restent en Syrie. Erdoğan a alors convenu d’un autre cessez-le-feu permanent, cette fois avec Vladimir Poutine. Peu de temps après, les Américains sont retournés dans le nord de la Syrie après une interruption entre la première attaque turque et le cessez-le-feu négocié par la Russie. En facilitant la reddition fragmentaire de la Rojava à Assad et à la Turquie, les Etats-Unis avaient réussi à saper gravement l’autonomie de la seule administration de gauche au Moyen-Orient en deux semaines seulement.
 
Le Rojava s’est retrouvé dans cette situation parce que la stratégie de politique étrangère américaine de Trump et d’Obama avant lui consistait à élaborer une contre-révolution prudente au Rojava. L’armement et la transformation des FDS en un instrument  » anti-EI  » étaient au cœur de cette stratégie atroce. L’alliance avec les FDS a permis aux Etats-Unis de devenir un courtier en puissance en Syrie, avec moins de 1.000  » bottes  » américaines sur le terrain. Une fois que les Américains ont installé des bases partout dans le monde, comme ils l’ont fait dans 21 endroits différents au Rojava, pas une seule armée dans le monde ne peut rassembler l’audace pour les forcer à partir. Le spectre des FDS a également servi de bâton américain pour contenir et diriger le pivot de la Turquie vers la Russie. La puissance croissante des FDS a alarmé de plus en plus les hauts gradés de l’armée turque et a donné la priorité au militantisme plutôt qu’à la diplomatie au Rojava.
 
Ce cercle vicieux a finalement contraint les FDS à une guerre décisive avec la Turquie. Les dernières options des Américains allaient toujours se situer entre le parrainage de la réintégration du Rojava en Syrie au détriment des intérêts américains (un échec) et la garantie de l’indépendance de la Rojava vis-à-vis de la Syrie (un échec pour la Turquie). C’était une contradiction que les Etats-Unis ont cultivée et récoltée parce que la Turquie pouvait mieux servir les intérêts américains dans la région après avoir mis les FDS sur la touche, parce que les Américains n’allaient jamais se retirer de Syrie et n’avaient jamais prévu de perdre un terrain clé en Syrie au profit des Russes non plus.
 
En effet, pendant la semaine de l’invasion turque, les groupes de réflexion de Washington ont murmuré tranquillement l’inévitabilité du retrait des FDS dans une région située au sud du Rojava – la zone à majorité arabe connue sous le nom de vallée moyenne de l’Euphrate. Les choses ne se sont pas déroulées comme prévu, mais une fois que la machine de politique étrangère américaine a pleinement réagi au pacte FDS-Assad, une stratégie dite de marche arrière a été élaborée (en tant que plan B) pour pousser les FDS révolutionnaire à se reconstituer en tant que représentant à majorité arabe dirigé par des Kurdes dans la vallée moyenne de l’Euphrate. Tout en refusant initialement ce rôle, les FDS ont finalement décidé qu’une présence américaine dans la vallée moyenne de l’Euphrate ferait contrepoids à la Russie et à la nouvelle implantation d’Assad dans le Rojava kurde.
 
Avec ses forces de défense exilées du Rojava et réinstallées pour l’instant dans l’est de la Syrie à prédominance arabe, le sort de la révolution dans le Rojava après le bannissement de facto des FDS du Rojava se trouvent dans l’équilibre brutal des intérêts impérialistes.
 
L’EFFET DOMINO
 
Au moment où j’écris ces lignes, l’ingénierie démographique de la  » zone de sécurité  » occupée par les Turcs est en bonne voie. Les forces du régime et la police militaire russe patrouillent dans les enclaves de Kobanê et de Qamishlo, de part et d’autre de la zone. Selon les tweets de Trump, les Américains  » sécurisent le pétrole  » comme un écran de fumée pour sécuriser la frontière syro-irakienne et entraver l’accès terrestre de la Russie à l’Irak et à la région du Golfe. L’Iran, l’Irak et le Liban tremblent de protestations et les faucons iraniens couvrent leurs paris en Syrie, qui est le pont terrestre de l’Iran vers le Liban et Israël. Le maintien de ce pont terrestre permet également à l’Iran de mobiliser ses mandataires régionaux interdépendants à des fins différentes, comme le coup d’État contre le référendum sur l’indépendance de 2017 au sein du gouvernement régional du Kurdistan (GRK).
 
La rétention des revenus pétroliers de Damas par la supervision de la soi-disant entreprise pétrolière de Trump sert d’épée à double tranchant aux FDS pour assurer son propre avenir et celui de la Rojava. Comme Assad a besoin de pétrole pour reconstruire la Syrie après la guerre civile, il fera preuve de tact en réduisant les libertés dans les régions kurdes qui sont maintenant sous son contrôle. Et s’il ne joue pas le jeu, les FDS pourraient cloner l’autonomie du gouvernement régional du Kurdistan parrainée par les Etats-Unis, cette fois dans la vallée centrale de l’Euphrate en Syrie.
 
Par contre, les FDS sont plus dépendant des Américains que jamais. Les Etats-Unis et la France poussent les FDS à améliorer leurs relations avec le Parti démocratique du Kurdistan (PDK) néolibéral en charge du GRK. L’idée est de re-fonctionnaliser les lignes d’approvisionnement économique et logistique à travers l’Irak, en échange de donner au Conseil national kurde (ENKS), le frère syrien du PDK, un rôle dans l’administration des zones cédées à Assad. Le PDK et l’ENKS sont en bons termes avec les Etats-Unis et la Turquie et travailleront à faire reculer les aspects radicaux de la révolution au Rojava pour apaiser toutes les parties concernées.
 
La perte du Rojava a également été une mauvaise nouvelle pour le siège du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) dans les montagnes de Qandil, dans le nord-est de l’Irak, car elle a signifié une restriction de leur accès aux voies d’évasion et aux terrains de recrutement en Syrie kurde. L’armée turque se prépare à achever la vieille garde du PKK et à liquider son contrôle sur l’hostilité de Erdoğan envers le Parti démocratique des peuples (HDP), la branche politique du mouvement de résistance kurde en Turquie. Sans le spectre armé du PKK, la politique parlementaire minoritaire du HDP ne durera pas longtemps dans la démocratie militarisée, pan-turque et de plus en plus religieuse de la Turquie. Choisissant entre la survie et la non-pertinence, Qandil a abandonné sa position antérieure contre les Kurdes syriens qui cédaient leurs terres aux occupants et a même atténué son hostilité compréhensible envers son ancienne némésis de droite, le PDK.
 
Dans l’ensemble, il semble que le mouvement de résistance kurde de gauche soit acculé par l’impérialisme, du moins pour le moment. Les FDS conserveront leurs effectifs en travaillant avec les Etats-Unis et reporte un règlement définitif avec Assad. Le maintien de la présence américaine dans la vallée moyenne de l’Euphrate prolonge l’impasse dans le nord de la Syrie et permet aux FDS de conserver le contrôle de la frontière syrienne avec l’Irak, afin de forcer la possibilité de mettre fin à la guerre avec la Turquie aux conditions des FDS . Le PKK peut utiliser le temps emprunté et la marge de manœuvre pour encourager un processus de paix en Turquie.
 
Si les FDS retardent l’éventuelle sortie des Américains de Syrie en faisant passer son allégeance aux Russes, il pourrait être en mesure de prolonger sa ligne de vie en tant que force de substitution en Syrie centrale et empêcher Assad et l’ENKS de trop s’ingérer dans le Rojava. Les signes de rapprochement récent avec les Russes sont encourageants, mais il est difficile de faire une telle transition pour les raisons qui suivent plus loin dans cette analyse.
 
D’une manière ou d’une autre, la phase révolutionnaire du Rojava a pris fin parce que les FDS ont choisi de conserver ses institutions militaires, plutôt que de monter une résistance décisive contre l’invasion menée par les Turcs. Quatre ans après le début de la guerre du Rojava contre l’EI, je pleure la perte de la terre kurde et un autre déplacement des Kurdes. Je pleure les révolutionnaires que j’admirais et les vies civiles perdues à cause de la violence quotidienne du projet colonial turc. Je pleure une rêverie qui ne me réconforte plus. Abandonner la terre et le peuple kurdes n’est pas dans l’esprit d’un mouvement de résistance kurde et les FDS ont mis sa base révolutionnaire devant le fait accompli.
 
Cependant, c’est dans de tels moments qu’il faut choisir entre l’abandon d’un rêve et la fidélité à un événement de l’ampleur du Rojava. Avec deux forces impérialistes comme chiens de garde et avec des rivaux comme Assad et l’ENKS, je vois une praxis civile et résistante du double pouvoir comme la voie radicale à suivre pour sauver les restes utopiques de la révolution au Rojava. Dans ce contexte, les FDS jouent un rôle essentiel dans la sauvegarde de ces vestiges – s’il évolue pour devenir plus que le commandement militaire de la révolution.
 
Pour envisager cet avenir radical, nous devons faire un détour par les origines de la révolution du Rojava dans les premières années du PKK et la pensée d’Abdullah Öcalan ou « Apo », comme il est affectueusement connu par ses disciples, l’oncle intellectuel et le cerveau stratégique du mouvement.
 
JOUER AU JEU DE GRAMSCI
 
Le mouvement de résistance kurde est marqué par la contradiction que, comme l’a dit Gramsci dans « Cahiers de Prison » – Le Prince moderne », « quoi qu’on fasse, on joue toujours le jeu de quelqu’un ». Compte tenu de cette inévitabilité, Gramsci conseille : « L’important est de chercher par tous les moyens à jouer son propre jeu avec succès. » Les ancêtres du YPG et des FDS au sein du PKK ont transformé la devise de Gramsci en art politique, afin de poser les bases de leur hégémonie politique aux quatre coins du Kurdistan.
 
Par exemple, les femmes ont participé à la fondation du PKK et se sont battues pour lui. Mais en plus d’autonomiser les femmes, le recrutement de femmes dans les rangs du PKK devait reconnaître que le patriarcat était un obstacle au succès politique de l’organisation. L’armée turque a armé et coopté des tribus kurdes conservatrices dans sa guerre contre le PKK, et comme la guérilla contre le tribalisme kurde ne pouvait être évitée, les féministes du PKK ont déployé l’émancipation des femmes comme un outil de destruction du tribalisme kurde, qui avait traditionnellement placé les femmes au bas de la hiérarchie tribale. Le patriarcat kurde empêche le recrutement politique et l’hégémonie militaire nécessaires à l’émergence d’une nouvelle société dans laquelle les femmes participeraient sur un pied d’égalité. Une organisation éthique et efficace se fond dans cette stratégie avisée.
 
Avance rapide jusqu’en 2015, lorsque les femmes du PKK et des YPJ ont libéré les Yezidis asservis par l’EI à Shingal, en Irak. La bataille elle-même, le chagrin des guérilleros à leur arrivée à Shingal et la joie des femmes yézidis après la libération sont l’objet de légendes. Mais en expulsant ISIS de Shingal, les YPG ont repris le contrôle des autoroutes en Irak qui servaient de voies d’approvisionnement majeures aux bastions de DAECH en Syrie. Et avec ce contrôle est également venue la capacité de contourner l’embargo commercial turc sur le Rojava, que la Turquie a exercé par le biais d’autoroutes commerciales contrôlées par son allié impie, le PDK. En d’autres termes, d’un seul coup, le tandem YPG-PKK a libéré les Yezidis de DAECH et l’économie du Rojava de son joug turc. Cette stratégie ingénieuse fournit, en théorisant une realpolitik kurde révolutionnaire, un schéma directeur tout aussi moral que stratégique.
 
Le danger dans ce jeu de Gramscian est que l’on devienne trop enclin à jouer le jeu d’un autre. La formation des FDS en 2015 a été caractérisée par une inclusion systématique et célébrée des forces arabes, arméniennes et syriaques, entre autres, aux côtés des YPG, principalement kurde. En juin 2019, des conseils militaires locaux des FDS ont été créés dans tout le nord-est de la Syrie pour décentraliser ses forces de défense, dans ce qui semblait être une deuxième révolution à la Rojava. Comme tous les autres stratagèmes du PKK-YPG, il y avait, derrière le véritable pluralisme éthique des FDS, un mouvement politique intelligent et à long terme.
 
Des mois plus tard, une fois l’armée syrienne et la police militaire russe déployées au Rojava après le cessez-le-feu entre la Turquie et la Russie, il est apparu que Poutine et Assad faisaient preuve d’une patience inhabituelle en ce qui concerne le maintien de la présence des FDS dans ces régions. Ils ont agi avec retenue en raison des conseils militaires des FDS. Quelle que soit l’expansion des forces du régime dans le nord-est de la Syrie selon les termes de l’accord FDS-Assad, les forces du régime étaient trop étirées pour menacer réellement les conseils militaires des FDS, car elles totalisent environ 100 000 hommes et femmes répartis dans des unités locales indépendantes dans une région de la taille du Danemark. Les FDS ont profité de ce déséquilibre des forces pour contrer l’hostilité d’Assad envers les politiciens et les civils de la révolution, en particulier dans les régions kurdes abandonnées.
 
Cependant, la realpolitik pluraliste des FDS n’a pas empêché les Etats-Unis ou la Turquie d’en tirer profit. La stratégie américaine de  » marche arrière  » a forcé les FDS à choisir entre rester à la tête des FDS ou être remplacé au coup par coup par les conseils militaires arabes localisés.
 
Composés de tribus sunnites dans d’anciens bastions de DAECH comme Deir ez-Zor, ces conseils préfèrent le patronage américain au retour d’Assad. En effet, les forces arabes représentent 60 % de toutes les forces des FDS et elles ne partagent pas toutes les convictions gauchistes chères aux YPG. En fin de compte, les YPG ont été forcés de choisir la survie des FDS en tant qu’institution dans l’est de la Syrie, plutôt que de défendre la révolution au Rojava.
 
C’est les mêmes YPG/YPJ qui, une décennie avant le début des révolutions syrienne et du Rojava, ont mené le travail clandestin pour éduquer les Kurdes syriens urbains et ruraux sur les principes du confédéralisme démocratique et de l’autonomie démocratique d’Öcalan. Telle a été la ruse de l’histoire et de la politique étrangère des États-Unis.
 
APO CONTRE ONCLE SAM
 
Les cadres idéologiques d’Öcalan, le confédéralisme démocratique et l’autonomie démocratique, prescrivaient les moyens de civiliser la guerre au milieu d’une guerre civile. L’idée derrière ce cadre hybride était de jouer habilement le jeu de Gramsci – en renversant le plateau de jeu.
 
Le cadre était le produit des réflexions d’Öcalan sur les erreurs qu’il a commises pendant plus de quatre décennies de résistance au colonialisme et au militarisme turcs. En tant que leader du PKK, la politique d’Öcalan dans les décennies précédant l’expérience du Rojava visait à revigorer la reconnaissance de l’identité kurde au Moyen-Orient et à établir un État-nation kurde en décolonisant les zones kurdes de Turquie. Mais Öcalan a réalisé qu’en tant que mouvement postcolonial dans une région postcoloniale, le mouvement de résistance kurde ne pouvait pas mener une guerre pour la reconnaissance internationale contre des États récemment postcoloniaux comme la Syrie et l’Irak.
 
En premier lieu, puisque le Kurdistan est divisé en quatre parties, un mouvement de résistance dans une partie colonisée du Kurdistan est traité comme une guerre régionale contre quatre ennemis d’État. L’ampleur et le nombre de ces guerres et de ces ennemis dépassent souvent les capacités stratégiques des mouvements de résistance kurdes. Ce déficit stratégique est exacerbé parce que les mouvements de résistance kurdes ne trouvent pas d’alliés en dehors du Kurdistan. Les ennemis d’État des Kurdes ont le monopole de la production du discours postcolonial sur leur territoire, qu’ils utilisent pour mobiliser de véritables sentiments anti-impérialistes dans la région en témoignage de leur souveraineté territoriale. C’est un discours qui attire la gauche internationale et postcoloniale et qui produit une reconnaissance politique de la souveraineté de l’État postcolonial comme une fin en soi. Cependant, cette reconnaissance se fait souvent au détriment de la reconnaissance erronée des mouvements minoritaires authentiques au sein de ces États postcoloniaux comme véhicules  » impérialistes  » de déstabilisation de l’indépendance nationale et postcoloniale.
 
Sur cette toile de fond déformée, un changement radical dans la politique du Moyen-Orient consistant à donner un sens à la terre était une question de nécessité stratégique. Les théories tardives d’Öcalan réinvestissent la mélancolie des mouvements apatrides pour la souveraineté dans un désir de redistribution égalitaire du pouvoir, où le pouvoir et la légitimité ne viennent pas de la reconnaissance par le système étatique international, mais de la vie en commun et de l’éloignement de l’État et de sa logique territoriale.
 
La mise en œuvre par Rojava des théories d’Öcalan s’est traduite par des avantages pratiques dans la guerre civile syrienne. Travailler dans le cadre d’apatride d’autonomie démocratique, les Kurdes syriens n’ont pas été idéologiquement et stratégiquement mandatées pour rechercher l’ indépendance de la Syrie arabe République en tant que Kurdes , se sauver de les boucheries de Bachar el – Assad pendant la guerre civile. L’approche confédéraliste démocratique des Kurdes syriens pour partager le pouvoir les a rendus attrayantsaux autres minorités de la région, et le partage des pouvoirs a inoculé ces minorités contre les ouvertures des autres acteurs sectaires de la région en Iran, en Irak et en Turquie. Si les contradictions de la guerre sectaire ne pouvaient pas être évitées, le Rojava a déployé ces contradictions contre le sectarisme.
 
Cependant, les cadres d’Öcalan ont été conçus pour une transformation progressive de la vie et de la politique en Syrie et au Moyen-Orient au cours de plusieurs décennies – et les Américains étaient conscients de cette limitation. Leur poussée pour l’expansion agressive des FDS vers le sud a forcé les acteurs des États environnants à se rassembler autour d’intérêts communs menacés par l’alliance États-Unis-FDS, et l’hostilité régionale croissante n’a fait qu’accroître la dépendance du Rojava à l’égard des États-Unis pour la protection. Comme Mazlum Kobanî l’a professé en 2017, «la principale raison de la rupture de nos relations avec la Turquie… est la relation stratégique qui s’est développée entre nous et les États-Unis. Cela a aggravé les phobies de la Turquie, ses craintes. »
 
Le rôle croissant des États-Unis au Rojava a également accru l’hostilité des blocs de gauche des États-nations environnants et renforcé la perception de la révolution au Rojava comme un projet «dirigé par les Kurdes», «parrainé par les États-Unis» pour «diviser le Moyen-Orient». », Retardant l’attrait et l’influence régionale de la révolution.
 
La dynamique de classe des FDS en tant qu’avant-garde militaire a facilité cette dynamique vicieuse entre la dépendance et l’isolement. Les FDS ont souffert d’une crise de légitimité dans le nord-est de la Syrie après l’expansion rapide vers le sud dans la vallée du fleuve Euphrate moyen et conservateur. Les milices arabes qui formaient la majorité des FDS étaient principalement tribales et leur allégeance aux FDS était axée sur des alliances tactiques rendues possibles par la présence américaine continue au Rojava.
 
Pendant ce temps au Rojava, les YPG et leur aile politique, le Parti d’Union démocratique (PYD), n’ont jamais connu d’hégémonie politique. Malgré leur popularité et leur hégémonie croissantes, de nombreux Kurdes syriens sont restés conservateurs et confiants envers les ENKS. Quant aux membres importants des communautés syriaque et arménienne, ils constituent la bourgeoisie traditionnelle de la région du Rojava et leurs intérêts sont soumis au maintien de leurs intérêts de classe. La gestion des menaces croissantes de Daech et de la Turquie a permis aux FDS de fabriquer l’hégémonie dans ce nouveau climat.
 
La logique territoriale de ces guerres et les nécessités logistiques imposées à la politique du Rojava par la territorialité ont sapé les capacités du confédéralisme démocratique et de l’autonomie démocratique pour contrer les tendances centralisatrices de l’État. La centralisation de la révolution dans son commandement militaire a facilité les priorités américaines dans la région et annulé le programme de guerre civilisatrice du Rojava. Culturellement, l’imaginaire radical d’une révolution qui s’était donné pour mission de mettre fin à la guerre au Moyen-Orient en changeant les hommes a été réduit, par les impératifs de la stratégie dirigée par les États-Unis , à celui d’un instrument de sécurité qui considérait l’EI comme un ennemi juré (…).
 
Il est seulement compréhensible que les traumatismes et les sacrifices des batailles contre l’Etat islamique et l’armée turque et ses mandataires se soient figés, dans l’imaginaire populaire du Rojava, en une campagne collective pour empêcher de telles catastrophes à l’avenir. L’EI n’était et n’est pas un spectre ou une excuse pour la guerre mais un véritable ennemi de tous les peuples et femmes du Moyen-Orient. Mais c’est aussi une anxiété qui a renforcé le mandat des FDS de protéger la région par tous les moyens nécessaires, ainsi que le récit des coalitions américaines pour «vaincre le terrorisme». De l’arrière-scène, bien qu’il semble soutenir la guerre de position du Rojava en En Syrie, les Américains avaient en effet mené une guerre de manœuvre corrosive.
 
LE ROJAVA D’APRÈS LE ROJAVA
 
L’alternative à l’autonomie parrainée par les États-Unis était un retour à la vie sous Assad, en qui culmine la lignée de l’apartheid contre les Kurdes de Syrie. Le scénario de rêve du Rojava était un accord de paix entre le PKK et la Turquie négocié par Öcalan, pour atténuer la pression turque de l’autre côté de la frontière. Le scénario cauchemardesque était l’occupation turque du Rojava. Entre ces scénarios, le second était aussi impossible que les deux autres étaient terribles. Sachant cela, les États-Unis, la Turquie, la Russie, Assad et l’Iran ont tous pris part à la même approche atroce: forcer le Rojava dans des situations difficiles où ses dirigeants civils et militaires ont été forcés de prioriser et de centraliser le pouvoir pour défendre le Rojava.
 
Cette stratégie impérialiste a aggravé la disjonction entre la vie de « bookchinisation » à l’intérieur du Rojava et l’ approche marxiste-réaliste des FDS à ce que l’on pourrait appeler la politique étrangère du Rojava. Le travail révolutionnaire à la base au Rojava se poursuit sans entrave, mais il est de plus en plus exclu des processus décisionnels des FDS.
 
Déconnecter la base des processus de prise de décision a conduit à la perception populaire que travailler avec les Américains était nécessaire pour extraire des concessions constitutionnelles d’Assad, alors qu’en réalité les Américains ne décourageaient que les FDS d’entrer dans le processus de paix. Avec l’Iran, la Turquie et la Russie, les Américains ont également exclu le Rojava des pourparlers parrainés par l’ONU concernant la constitution de la Syrie.
 
Les difficultés d’Assad à conquérir les villages de l’opposition dans la province d’Idlib étaient un signe clair qu’il pourrait s’abstenir de tester la puissance militaire des 100 000 combattants des FDS. Si les FDS avaient négocié avec le régime depuis une position de force bien avant l’assaut turc, la perspective de conserver une milice locale autonome pour protéger l’administration politique du Rojava aurait été une forte possibilité.
 
Surtout, la dynamique actuelle de l’impasse entre Assad et les FDS n’est pas irréversible. Des fissures pourraient émerger dans l’hégémonie des FDS dans la vallée du fleuve Euphrate moyen si les plus grandes tribus du Moyen-Orient qui y sont basées reprennent leurs appels à la réconciliation avec Assad. Et si les Russes deviennent moins tolérants envers l’alliance des FDS avec les États-Unis , ils pourraient choisir d’affaiblir les FDS en utilisant Kobanî comme levier dans un futur accord avec la Turquie, et en remplaçant les conseils locaux alignés sur les YPG et les SDF dans les zones frontalières.
 
S’ils parviennent à contrôler pleinement la ville d’Ayn Issa, où se trouve le siège de l’aile politique des FDS, le Conseil démocratique syrien (CDS), les Russes pourraient également essayer d’encourager le CDS tout aussi fatigué à se séparer. En tout état de cause, la loyauté de la gauche internationale doit rester avec ceux qui restent pour défendre les restes de la révolution afin de s’organiser pour sa prochaine phase; de créer «un système démocratique pour tous les peuples syriens et de diffuser ce modèle dans toute la Syrie», selon les mots de Fawza Youssef du CDS. La liaison avec l’opposition sunnite mise à l’écart de la Syrie reste la tâche la plus difficile et stratégique, mais la plus gratifiante pour les révolutionnaires du Rojava.
 
La Turquie va pousser à prolonger son séjour et le territoire sous son contrôle dans le nord de la Syrie aussi longtemps que le partenariat américano-FDS se poursuivra, afin de forcer les FDS à s’appuyer davantage sur les États-Unis et ainsi empêcher le développement d’un accord entre le régime et les FDS. Mais alors que les troupes américaines resteront dans les bases de Deir ez-Zor et al-Tanf dans l’est de la Syrie dans un avenir prévisible pour garder la Russie et Assad sous contrôle – obtenant du pétrole ou pas de pétrole – les Américains resteront bellicistes dans le nord de la Syrie et à travers le frontière avec l’Irak, aussi longtemps que la République islamique restera provocante. Il est probable qu’une réconciliation entre l’Iran et l’ordre mondial néolibéral dirigé par les États-Unis se profile à l’horizon, plutôt qu’un nouvel isolement et des sanctions.
 
La suppression des subventions aux carburants – qui a déclenché la dernière vague de protestations contre l’Iran – fait probablement partie d’un programme plus vaste de politique d’austérité chirurgicale en Iran qui prépare l’économie d’État rentière du pays au «marché libre» déréglementé. La fenêtre d’opportunité des FDS pour trouver une alternative au patronage américain, et de préparer l’auto-administration et la société civile du Rojava au retour d’Assad, est d’ici à une telle transition en Iran. La situation en Syrie est trop imprévisible pour spéculer au-delà de ce point.
 
La transition imminente de l’Iran vers la légitimité néolibérale – marquant la fin d’une ère d’États voyous – et le resserrement de l’étouffement du système étatique international sur les différentes manifestations du mouvement de résistance kurde devraient servir de signal d’alarme et de vérification de la réalité pour le tandem CDS / FDS. Ils doivent évoluer culturellement et stratégiquement pour naviguer dans le nouveau climat en Syrie; il est temps pour une autre révolution au Rojava.
 
Par exemple, la baisse récente des expressions de solidarité internationale avec le Rojava, qui avait auparavant valu au Rojava sa guerre médiatique contre l’occupation turque, rappelle que le Rojava inspire la solidarité mondiale dans la mesure où il conserve le discours alternatif et la politique de la troisième voie inspirés de la politique d’Öcalan. . La baisse de la solidarité est due en partie au FDS / CDS psittacisme du discours néolibéral des politiques d’établissement dans les métropoles capitalistes. Si les FDS / CDS n’ont d’autre choix que d’engager de tels politiciens dans le dialogue, les dirigeants du Rojava devraient répondre du manteau des polémistes révolutionnaires .
 
La baisse des expressions de solidarité internationale était également liée à l’opacité du processus décisionnel des FDS / CDS, non seulement vis-à-vis de la base du Rojava, mais également envers des alliés externes qui pourraient reconsidérer leur soutien à une avant-garde révolutionnaire qui ne fait pas grand-chose. effort pour communiquer ses véritables objectifs et intentions.
 
Pour combler ce déficit, la hiérarchie descendante entre la prise de décision stratégique et tactique au Rojava doit être inversée : la base doit décider des décisions à long terme et les dirigeants des tactiques temporelles relatives aux décisions collectives de stratégie. L’idée est d’éduquer la prochaine génération de révolutionnaires de base sur l’art et la science de la stratégie et, dans cette mesure, d’ouvrir et de démocratiser l’espace et les possibilités d’une solidarité internationale efficace pour tous. Ce ne sont pas des tâches faciles à accomplir dans une enclave occupée par la Turquie et contrôlée par pas moins de maux que l’Iran, la Russie, Assad et les États-Unis. Mais l’aspect le plus louable du projet du Rojava a toujours été la volonté utopique de repousser les limites du politiquement possible.
 
Je termine mes réflexions à ce moment critique de la vie du mouvement de résistance de gauche au Rojava et dans le Kurdistan au sens large, qui, selon son mantra, ne cesse de résister. Mais je crois aussi qu’il est temps que le mouvement de résistance kurde abandonne sa position résistante et impose sa propre volonté et ses nécessités au désarroi du Moyen-Orient.
 
Une telle approche proactive n’exige pas une guerre de position offensive au nom de la survie ou de la guerre contre le terrorisme. Elle implique le retour aux capacités révolutionnaires du cadre de double pouvoir d’Öcalan, à savoir le confédéralisme démocratique et l’autonomie démocratique, par le biais de la théorisation et du redéveloppement de ces capacités pour une autodéfense durable, efficace et démocratique contre la contre-révolution capitaliste et impérialiste.
 
Dans les jeux d’organisation, de guerre et de morale d’Öcalan et du PKK, et dans les leçons de l’héritage doux-amer du Rojava, nous trouvons les plans contre-contre-révolutionnaires pour une realpolitik kurde et de gauche.
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici